Carl Gustaf af Leopold

auteur suédois
Carl Gustaf af Leopold
Carl Gustaf af Leopold (ur Svenska Familj-Journalen).png
Fonction
Fauteuil 16 de l'Académie suédoise
-
-
Samuel Grubbe (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Paroisse Maria Magdalena (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Paroisse Klara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Carl Gustaf LeopoldVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université d’Uppsala (à partir du )
Université de GreifswaldVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Date de baptême
Membre de
Personnes liées
Anna Charlotta Schröderheim (en) (ami (d)), Anna Maria Lenngren (ami (d))Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales
Carl Gustaf af Leopolds samlade skrifter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Carl Gustaf af Leopold est un poète suédois, né en 1756, mort en 1829.

Il fut reçu docteur en philosophie et fut attaché en 1782 à la bibliothèque de Stralsund, puis en 1784 à celle de Liden à Upsal.

Le roi Gustave III ayant exprimé le désir de voir transformer en opéra son drame de Helmfeld, Léopold s’acquitta de ce travail à la grande satisfaction de ce prince, avec lequel il vécut dès lors dans une grande intimité.

Nommé successivement membre de l’Académie suédoise, bibliothécaire de Drottningholm (1787), secrétaire du roi (1789) et représentant de ce prince en Finlande (1790), il se vit, après l’assassinat de Gustave, traduit devant la cour criminelle, comme coupable de jacobinisme, et jugea prudent, bien qu’il eût été acquitté, de se retirer à Linköping, où il vécut dans la retraite jusqu’au jour où le jeune roi Gustave IV Adolphe le rappela et le nomma conseiller de chancellerie.

Après la révolution de 1809, il fut anobli, devint en 1818 secrétaire d’État et perdit, complètement la vue en 1822.

Léopold s’essaya dans tous les genres de poésie, sauf dans l’épopée, et fut le chef de l’école suédoise qui s’attachait à imiter la littérature française. Ses tragédies les plus notables sont Odin (1790) et de Virginie. Il avait lui-même donné une édition de ses Œuvres (Stockholm, 1814, 3 vol.), qui fut complétée après sa mort (Stockholm, 1831-1833, 3 vol.)

SourceModifier

« Carl Gustaf af Leopold », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 15 vol., 1863-1890 [détail des éditions].