Carl Gustaf Tessin

aristocrate et homme politique suédois

Le comte Carl Gustaf Tessin, en français Charles-Gustave de Tessin (1695-1770), est un aristocrate et homme politique suédois. Il fut aussi un grand collectionneur de peintures.

Carl Gustaf Tessin
Image dans Infobox.
Fonctions
Président de la chancellerie royale (d)
-
Anders Johan von Höpken (en)
Ambassadeur de Suède en France
-
Lantmarskalk (en)
-
Ambassadeur de Suède (d)
-
Membre du Riksdag des États (d)
Riddarhuset
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Åkerö Castle (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
Hedvig Eleonora Stenbock (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Ulla Tessin (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Holstein Party (en)
Chapeaux (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinction
signature de Carl Gustaf Tessin
signature

BiographieModifier

Né à Stockholm, il est le fils de Nicodème Tessin le Jeune, grand maréchal de la cour et architecte renommé. Il fut sur-intendant des bâtiments et jardins du roi de Suède et maréchal à l'assemblée des États du Royaume en 1738. Il se montra zélé champion du Parti des chapeaux et présida l'assemblée de la noblesse à la diète de 1738. Il conseilla l'alliance française et alla lui-même conclure un traité à Versailles (1742) et vécut à la cour de Louis XV de 1739 à 1742, envoyé par le roi, avec les fonctions d'un ambassadeur sans en avoir le titre. Pendant son séjour à Paris, il constitua une importante collection de peintures et de dessins[1] dont Le Triomphe de Vénus de François Boucher. Face à des difficultés financières, il devra se séparer, à partir de 1749, d'un importante partie de cette collection qui deviendra ainsi la propriété de la Couronne suédoise[2].

En 1743 il fut initié en Franc-maçonnerie à Berlin[3].

Il finit par être président de la chancellerie et gouverneur du prince royal (devenu ensuite Gustave III). Le comte de Tessin et son épouse Ulla donnaient le ton à la cour raffinée de Drottningholm auprès de la princesse royale Louise-Ulrique, devenue reine en 1751.

Cependant, las d'avoir à lutter contre les partis, "battu froid" par le roi et surtout par la reine Louise-Ulrique, dont il avait été proche, il quitta les affaires en 1761, pour aller vivre dans son château d'Åkerö, où il mourut.

Cette demeure est évoquée par Lars et Ursula Sjoberg dans L'art de vivre en Suède (Flammarion, 1995), qui reproduit également un portrait de lui conservé dans celui de Hammarby (pp 48 à 51 et reprod. coul. p.66).

PhotographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Avec notamment des œuvres de François Boucher, Jean Simeon Chardin, Jean-Baptiste Oudry, François Lemoyne, Nicolas Lancret, Jean-Baptiste Pater, Watteau.
  2. Guillaume Faroult et Juliette Trey, Tessin, un Suédois collectionneur dans le Paris du XVIIIe siècle in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, sept./oct./nov. 2016, n° 37, pp.58-59.
  3. Bernard Homery, "Le premier Grand Maître des francs-maçons en France? L'énigme de Philip, Marquis puis Ier duc de Wharton", Renaissance Traditionnelle, n. 195-196, juillet-octobre 2019, p. 175.

Sources bibliographiquesModifier

  • Catalogue de l'exposition, Un Suédois à Paris au XVIIIe siècle - La collection Tessin (Paris, coédition Liénart/Musée du Louvre, 2016);
  • Bellamy Charlotte, Carl Gustav Tessin and Culinary Considerations, Le Monde français du dix-huitième siècle (Vol. 1 : Iss. 1 , 2016).

Referenser

Liens externesModifier