Ouvrir le menu principal

Captain Fantastic

film de Matt Ross sorti en 2016
Captain Fantastic
Titre québécois Une vie fantastique
Réalisation Matt Ross
Scénario Matt Ross
Acteurs principaux
Sociétés de production Electric City Entertainment
ShivHans Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique
Durée 118 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Captain Fantastic, ou Une vie fantastique au Québec, est un film dramatique américain écrit et réalisé par Matt Ross, sorti en 2016.

Il a été présenté au festival du film de Sundance. Il remporte le prix de la mise en scène dans la catégorie Un certain regard au Festival de Cannes 2016. Il a été présenté en compétition au Festival du cinéma américain de Deauville 2016 où il a remporté le Prix du jury et le Prix du public[1]. Il remporte aussi le Golden Space Needle du meilleur film au Festival international du film de Seattle[2].

SynopsisModifier

Ben vit avec sa femme et ses six enfants dans les forêts du Nord-Ouest Pacifique, totalement isolé de la société, mais en père dévoué qui se consacre à l'enseignement académique et physique de ses enfants.

Une tragédie se produit, qui force la famille à quitter leur petit paradis. Les enfants doivent faire face à l'excitation et aux périls d'un monde qui ne leur est pas familier, tandis que Ben est obligé de réexaminer sa conception de parent et se lance un nouveau défi, celui de donner à sa famille une autre éducation.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3]

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Distribution des rôlesModifier

TournageModifier

Le tournage a eu lieu dans l'État de Washington (Gold Bar, Sultan, Deception Pass State Park, Snohomish, Kirkland, comté de Whatcom), au Nouveau-Mexique (Las Cruces, Albuquerque, Mesilla) et à Portland dans l'Oregon[4].

MusiqueModifier

Music from the Film
Captain Fantastic

Bande originale de Alex Somers
Durée 56:31[5]
Genre musique de film
Format CD, LP
Label Lakeshore Records

La musique du film est composée par Alex Somers. Certains chansons présentes dans le film sont absentes de l'album, notamment une reprise de Sweet Child O' Mine des Guns N' Roses.

Liste des titres
  1. A New Beginning - 1:26
  2. Church - 3:13
  3. Campfire - 3:56
  4. Funeral Pyre - 1:38
  5. She Slit Her Wrists - 2:51
  6. Memories - 2:14
  7. Fireflies - 2:12
  8. Home - 1:06
  9. Fell - 2:35
  10. Dream - 1:29
  11. Near Death - 1:38
  12. Water (I'm Right Here) - 0:57
  13. School Bus - 1:37
  14. Forrest - 2:47
  15. Look Forward To - 2:58
  16. Keepsakes - 3:32
  17. Remembering - 7:16
  18. Unsoundness - 2:01
  19. Waving Goodbye - 0:47
  20. Day Of Your Birth - 1:03
  21. Water (Not Go Home) - 0:55
  22. Goodbye... - 1:33
  23. Disappear - 2:11
  24. Fortress - 4:37

AccueilModifier

CritiqueModifier

 
L'acteur principal Viggo Mortensen, pour la présentation du film au festival de Cannes 2016.

L'accueil critique est positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,6/5, et des critiques spectateurs à 4,4/5[6].

Dans Télérama, Jacques Morice déclare que « tout ça est bien joli mais tout de même assez aberrant, tant ce modèle de société obéit au diktat d'un père, monstre d'orgueil, dans une toute-puissance inquiétante.[...] On a toujours l'impression d'être en avance sur le film, très démonstratif. Matt Ross ne connaît visiblement pas l'ellipse et se complait souvent dans des clichés d'anticonformisme comme dans les bons sentiments »[7].

Pour Olivier Lamm de Libération, « le film se révèle in fine sans doute plus bête et malhabile que malfaisant - en témoigne le retournement d’états d’âme très mal écrit du personnage de Mortensen dans son dernier tiers - mais il n’est pas besoin de se sentir d’humeur irascible pour se sentir heurté politiquement par sa balourdise et l’invraisemblance de ce qu’il s’efforce de raconter »[8].

Thomas Sotinel du Monde considère que « le film ne tient pas toutes ses promesses [...] Captain Fantastic manie les grands thèmes de la fiction américaine avec un enthousiasme juvénile [...] (mais) pour que ce foisonnement ne finisse pas par recouvrir la trame du film, il aurait fallu une maîtrise dans la conduite du récit, une constance dans la tonalité »[9].

Pour Théo Ribeton des Inrockuptibles, « Il y a bien quelque chose du paradis baba dans Captain Fantastic [...] Mais il y a aussi quelque chose de l’enfer martial, et le film n’en a qu’à moitié conscience. “Nos enfants seront des philosophes rois” : l’idéal poursuivi par Ben a une finalité quasi mystique, mais sa mise en œuvre relève de l’eugénisme fanatique. Aucun écart n’est toléré dans le programme de développement personnel inflexible auquel le papa-gourou astreint sa progéniture. [...] Incapable de trouver un point de négociation entre les deux systèmes de valeurs qu’il met en compétition, Matt Ross alterne indéniables éclairs de lucidité [...] et franches grossièretés scénaristiques. Malgré une capacité certaine à charmer, l’auteur est bien en peine de trouver la clé de son propre film »[10].

Antoine Duplan du journal Le Temps écrit à propos de Matt Ross, « D’une intelligence supérieure, son second long-métrage s’inscrit dans la lignée de Mosquito Coast, de Peter Weir, ou de Vie sauvage, de Cédric Kahn, en observant, sur la ligne fine départageant le guru du héros de la contre-culture, un père qui s’obstine jusqu’à l’aveuglement à faire le bonheur de ses enfants. Captain Fantastic rappelle que les plus belles utopies contiennent forcément le germe du totalitarisme. [...] La tristesse que Ben le libre-penseur ressent quand il admet son échec et se prépare à affronter la solitude est poignante. Matt Ross cultive l’ambiguïté et lance le débat. En ces temps où le religieux effectue un retour en force, il ose promouvoir la raison dialectique et célébrer les beautés du paganisme au cours d’une cérémonie crématoire idyllique. [...] Souvent, la fin des plus belles histoires déçoit. Au moment de conclure, l’inspiration patine un peu. [...] Commencé sur la Frontière, ce récit pétri de mythologies américaines se termine du côté de la Petite maison dans la prairie. Une ultime ambiguïté rachète cet épilogue bucolique : quelle est la nature du soupir que lâche Ben au dernier plan? La satisfaction ou l’ennui? »[11].

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Caroline Vié (20 Minutes) : « Loin de se révéler un film militant, Captain Fantastic est surtout une fable familiale. (...) Ce thème rend son film aussi passionnant qu’universel. »

Thierry Dague (Le Parisien) : « À la fois road-movie et portrait de famille nuancé, Captain Fantastic l'est vraiment... fantastique. »

Dans Le Nouvel Observateur, Pascal Mérigeau trouve que « la galerie de portraits est bien dessinée, le récit ne musarde pas trop, et tous les jeunes acteurs sont excellents, comme soulevés de terre par la composition très emballante de Viggo Mortensen. »

Yannick Vely, dans Paris Match, nous averti : « Il ne faut surtout pas juger trop durement ce qui reste une fable poétique toujours plaisante à suivre, rythmée par la musique divine d’Alex Somers. Et comprendre à quel point ce qui se dit dans le film est une transgression aux États-Unis... »

Selon Christophe Carrière (L'Express), « on quitte la salle en chantant... »

Dans Elle, Françoise Delbecq dit : « À aucun moment, le film ne donne des leçons de vie. Jamais moralisateur, il pose des questions, dont une essentielle : peut-on vivre coupé du monde ? Pour trouver la réponse, il faut voir Captain Fantastic. »

Jérémie Couston (Télérama) : « Incarné par un Viggo Mortensen en grande forme, Ben est-il le superhéros que le titre suggère ? Fantastique ou fantasque ? En tout cas un père idéaliste qui se bat pour ses convictions et pour que ses enfants vivent dans un monde authentique. De quoi forcer le respect ».

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
5 879 736 $[12] [13] 16[13]
  France 546 577 entrées[14] 25 janvier 2017 16
  Mondial 14 857 680 $[12] - -

DistinctionsModifier

AnecdoteModifier

  • Viggo Mortensen, féru de football, a demandé au réalisateur Matt Ross s'il était possible de retarder le tournage d'une scène car il désirait à tout prix suivre la séance de tirs au but entre l'Argentine et les Pays-Bas lors de la demi-finale de la Coupe du Monde 2014[15].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « PALMARÈS 2016 », sur festival-deauville.com, (consulté le 14 octobre 2016)
  2. a et b « SIFF 2016 Award Winners », sur siff.net (consulté le 14 octobre 2016)
  3. « RS-Doublage », sur www.rsdoublage.com (consulté le 13 février 2017)
  4. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) « Captain Fantastic [Score] [Original Motion Picture Soundtrack] », sur AllMusic (consulté le 26 octobre 2016)
  6. « Captain Fantastic », sur Allociné (consulté le 3 mars 2017).
  7. Jacques Morice, « Cannes 2016 - “Captain Fantastic” de Matt Ross : fable écolo-familiale aux (trop) bons sentiments », sur Télérama, (consulté le 14 octobre 2016).
  8. Olivier Lamm, « «Captain Fantastic», papa poule babacool », sur Libération, (consulté le 14 octobre 2016)
  9. Thomas Sotinel, « « Captain Fantastic » : des robinsons radicaux face à la civilisation », sur Le Monde, (consulté le 14 octobre 2016)
  10. Théo Ribeton, « Captain Fantastic », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 14 octobre 2016)
  11. Antoine Duplan, « «Captain Fantastic» ou l’impossible utopie », sur Le Temps, (consulté le 14 octobre 2016)
  12. a et b (en) « Captain Fantastic », sur Box Office Mojo (consulté le 30 octobre 2016)
  13. a et b (en) « Captain Fantastic - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 30 octobre 2016)
  14. « Captain Fantastic », sur JP box-office.com (consulté le 3 mars 2017)
  15. Toma Clarac, « Viggo l'affranchi », GQ n°103,‎ , p. 110 à 117

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Philippe Gunet, « Les idéaux d'un père. Portée par Viggo Mortensen, un oeuvre humaine et émouvante sur une famille qui vit en dehors de la société », Télécâble Sat Hebdo, no 1430, SETC, Saint-Cloud, 25 septembre 2017, P. 23, (ISSN 1280-6617).

Liens externesModifier