Canton d'Échirolles

canton français

Canton d'Échirolles
Canton d'Échirolles
Situation du canton d'Échirolles dans le département de Isère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement(s) Grenoble
Bureau centralisateur Échirolles
Conseillers
départementaux
Daniel Bessiron
Sylvette Rochas
2015-2021
Code canton 38 05
Histoire de la division
Création 2 août 1973[1]
22 mars 2015[2]
Disparition 24 janvier 1985[3]
Démographie
Population 46 930 hab. (2016)
Densité 3 100 hab./km2
Géographie
Superficie 15,14 km2
Subdivisions
Communes 3

Le canton d'Échirolles est un canton français du département de l'Isère.

HistoireModifier

Le canton d'Échirolles a été créé par le décret du 2 août 1973 à la suite du démantèlement des anciens cantons de Grenoble-Est, Grenoble-Nord et Grenoble-Sud[1].

Le canton disparaît en 1985 à la suite de la création des cantons d'Eybens, d'Échirolles-Est et d'Échirolles-Ouest par décret du 24 janvier 1985[3].

Un nouveau découpage territorial de l'Isère entre en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015. Il est défini par le décret du 18 février 2014[2], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[4]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[5]. Dans l'Isère, le nombre de cantons passe ainsi de 58 à 29.

Le canton d'Échirolles est reconstitué par ce décret : il est formé de communes des anciens cantons d'Échirolles-Est et Échirolles-Ouest (2 communes) et d'Eybens (1 commune). Il est entièrement inclus dans l'arrondissement de Grenoble. Le bureau centralisateur est situé à Échirolles.

CompositionModifier

De 1973 à 1985Modifier

Lors de sa création, le canton d'Échirolles est composé de trois communes entières[1] :

Depuis 2015Modifier

Le nouveau canton d'Échirolles comprend les mêmes trois communes entières[2] :

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Échirolles
(bureau centralisateur)
38151 Grenoble-Alpes Métropole 35 875 (2014)
Bresson 38057 Grenoble-Alpes Métropole 685 (2014)
Eybens 38158 Grenoble-Alpes Métropole 10 153 (2014)

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 46 713 habitants[6].

ReprésentationModifier

Représentation de 1973 à 1985Modifier

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1973 1985 Georges Kioulou
(1916-2000)
PCF Photographe, artisan, ouvrier de l'industrie chimique
Maire d'Échirolles (1945-1981)
Ancien conseiller général du canton de Grenoble-Sud-Est (1970-1973)

Représentation entre 1985 et 2015Modifier

Voir Canton d'Échirolles-Est et Canton d'Échirolles-Ouest.

Représentation depuis 2015Modifier

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Daniel Bessiron   DVG Fonctionnaire
Adjoint au maire d'Échirolles
2015 en cours Sylvette Rochas   PCF Adjointe au maire d'Échirolles
Présidente du groupe "Communistes et gauche unie solidaire"
Ancienne conseillère générale du Canton d'Échirolles-Est

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Daniel Bessiron et Sylvette Rochas (Union de la Gauche, 35,28 %) et Alexis Jolly et Marie-Agnès Vouriot (FN, 27,37 %). Le taux de participation est de 44,71 % (12 443 votants sur 27 832 inscrits)[7] contre 49,24 % au niveau départemental[8] et 50,17 % au niveau national[9]. Au second tour, Daniel Bessiron et Sylvette Rochas (Union de la Gauche) sont élus avec 63,43 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 46,9 % (7 560 voix pour 13 100 votants et 27 932 inscrits)[10].

RéférencesModifier

Voir aussiModifier