Plante calcicole

(Redirigé depuis Calciphile)

Une plante calcicole du latin calcarius, la chaux, et de colere, habiter), est une plante qui se rencontre exclusivement ou préférentiellement sur les sols riches en calcium et ne supporte pas les terrains acides.

Rhodondendron lapponicum.

le synonyme de calciphile et l'antonyme est calcifuge.

Il existe également des champignons et lichen calcicoles, la lichénologie notamment affine plus particulièrement encore les différents calcicoles,

  • laticalcicole : vivant sur des roches diversement calcaires
  • omninocalcicole : vivant sur des roches extrêmement calcaires
  • valdécalcicole : vivant sur des roches très calcaires
  • médiocalcicole : vivant sur des roches moyennement calcaires
  • parvocalcicole : vivant sur des roches pauvres en calcaire
  • minimécalcicole : vivant sur des roches très pauvres en calcaire
  • neutrocalcicole : vivant sur un sol neutre à tendance calcaire
  • calcicline : organisme pouvant croître dans des sols partiellement désaturés (mull eutrophe à mésotrophe), souvent qualifié de neutrophile (neutrocalcicline).

On parle d'espèces ou de végétations calcaricoles lorsqu'elles poussent sur un calcisol caractérisé par une couche de carbonate de calcium meuble ou dur[1].

"...la dent-de-chien, belle liliacée à fleurs pourpre, inféodée aux bois ouverts sur affleurement calcaire, ne se trouve qu'en de rares endroits, en lisière et en sous-bois[2]."

Relation à la biochimie du solModifier

Dans un substrat acide, l'aluminium est davantage soluble et le phosphate l'est moins. Dans ces terrains, les plantes calcicoles montrent un excès d'aluminium entraînant des nécroses et des carences en phosphates entraînant une anthocyanose (rougissement des feuilles) et des retards de croissance[3].

Selon les valeurs écologiques de Landolt, la valeur de réaction indique le degré d'acidité (pH) du sol exigé par une plante. Les chiffres 4 et 5 correspondent à des plantes de sols peu riches ou riches en bases (calcaires)[4].

Exemples d'espèces calcicolesModifier

Arbres et arbustes

Plantes herbacées

Exemples de champignons calcicolesModifier

Formations végétalesModifier

  • pelouse sèche calcicole[6]
  • chênaie pubescente xérophile[5]

Utilité et utilisationsModifier

En plus de leurs fonctions écosystémiques et économiques de biodiversité, de fourniture de bois, de fourrages, de plantes ornementales, comestibles et médicinales, les plantes calcicoles offrent des services spécifiques.

En Bretagne, où les sols forestiers sont en général acides, l’observation des plantes calcicoles est utilisée par des archéologues pour détecter des sites romains. La chaux utilisée pour la construction diffuse dans le sol et modifie le pH en faveur des plantes calcicoles[7].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Calcisol | FAO soil group », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 24 mai 2020)
  2. Bernard Messerli, Découvrir et conserver la biodiversité genevoise Manuel d'actions, Genève, WWF Genève, 120 p., p. 88
  3. « Plante calcicole: définition et explications », sur AquaPortail (consulté le 23 mai 2020)
  4. Konrad Lauber et Gerhart Wagner, Flora Helvetica Flore illustrée de la Suisse, Berne - Stuttgart - Vienne, Éditions Haupt, , 1631 p. (ISBN 978-3-258-07206-7), p. 25-26
  5. a b et c Lieutaghi, Pierre, 1939- ..., Le livre des arbres, arbustes & arbrisseaux, Actes Sud, (ISBN 2-7427-4778-8 et 978-2-7427-4778-8, OCLC 470419220, lire en ligne)
  6. Laure Berger-Sabbatel/Maud Briand, Conservatoire Régional d'Espaces Naturels d'Aquitaine, « Les pelouses sèches calcicoles », sur cren-aquitaine.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  7. « différentes espèces de plantes : les calcicoles », sur plantes-archeologiques.e-monsite.com (consulté le 23 mai 2020)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Flore forestière française. Guide écologique illustré, Rameau J.-C., Mansion D., Dumé G., Timbal J., Lecointe A., Dupont P. & Keller R., vol. 1 Plaines et collines, Institut pour le développement forestier, 1989, 1785 p.