C/2022 E3 (ZTF)

comète
C/2022 E3 (ZTF)
Description de cette image, également commentée ci-après
Comète C/2022 E3 (ZTF) observée le 27 janvier 2023
avec sa magnitude 5,4[1]
Établi sur observations couvrant (U = ?)
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe −4 027,384 296 850 ua[2]
Excentricité 1,000 272 119[2]
(initialement 0,992)
Périhélie 1,112 245 618 ua[2]
Aphélie — ua[2]
Période ∞ a
(initialement environ 50000 a)
Inclinaison 109,169 028°[2]
Argument du périhélie 145,815 281°[2]
Nœud ascendant 302,554 315°
Dernier périhélie 12 janvier 2023
Prochain périhélie — (périhélie non plus prévu)

Caractéristiques physiques
Découverte
Découvreurs Bryce Bolin et Frank Masci
Date 2 mars 2022

C/2022 E3 (ZTF) est une comète à longue période qui a été découverte par le Zwicky Transient Facility le 2 mars 2022. Elle a atteint son périhélie le , à une distance de 1,11 ua, et sa position la plus proche de la Terre le , à une distance de 0,28 ua. On s'attendait à ce que la comète devienne plus brillante que la magnitude 6 tandis que sa magnitude absolue est estimée à 10,5 au début de février 2023[2]. Il s'agit d'une comète ordinaire du nuage de Oort[3],[4] laquelle avait dû y rester durant plusieurs milliards d'années[1].

Observations modifier

C/2022 E3 (ZTF) a été découverte par les astronomes Bryce Bolin et Frank Masci à l'aide du Zwicky Transient Facility (ZTF) dont Masci était le directeur le [5],[6],[3]. Par prudence et précaution, Bolin a demandé au Centre des planètes mineures de vérifier sa découverte, surtout sur sa nature, une comète ou un astéroïde. Or, leur système sophistiqué présentait déjà 85% de probabilité d'une nouvelle comète. Quelques jours plus tard, le centre a observé l'existence du noyau[6]. Lors de sa découverte, la comète avait une magnitude apparente de 17,3 et était à environ 4,3 ua du Soleil ainsi que 4,9 ua de la Terre[1]. Les observations ultérieures ont révélé une chevelure condensée, confirmant qu'il s'agissait d'une comète[5],[7].

À la suite de cette découverte, cet objet a été cherché dans les archives qui possèdent les observations effectuées auparavant. La première détection remonte, en fait, le 25 octobre 2021, selon la base de données conservée auprès du Jet Propulsion Laboratory de NASA[3],[2].

Début , la comète avait atteint la magnitude 10[8]. Celle-ci présentait à ce moment-là une chevelure de couleur verte, une queue de poussière jaunâtre et une faible queue ionisée. La comète était visible en début de soirée et a commencé à être visible dans le ciel du matin fin novembre[9]. Le , la chevelure était devenue verdâtre, avec une courte et large queue de poussière et une longue et faible queue ionisée s'étendant sur un champ de vision d'une largeur de 2,5 degrés[10]. La comète a ensuite commencé à se déplacer vers le nord, passant par le Bouvier, le Dragon et la Petite Ourse, à environ 10 degrés de l'Étoile polaire[9].

 
Positions de la comète C/2022 E3 (ZTF) dans le ciel étoilé entre le et le .

La comète a atteint son périhélie le , à une distance de 1,11 ua[2]. Son passage au plus près de la Terre a eu lieu le , à une distance de 0,28 ua[2], date à laquelle elle paraissait se situer près du pôle nord céleste[11], dans la constellation de la Girafe[12]. On s'attendait à ce que la comète devienne plus lumineuse que la magnitude 6 et devienne ainsi visible dans de petits instruments depuis un site au ciel sombre, apparaissant comme une tache dans le ciel[13],[14],[9].

Passage de C/2022 E3 (ZTF) au plus près de la Terre
Date et heure Distance par rapport à la Terre (ua) Distance par rapport au Soleil (UA) Vitesse par rapport à la Terre Vitesse par rapport au Soleil (km/s) Intervalle d'incertitude[pas clair]3-sigma) Référence
2023-02-01 17:54 0,2839 1,159 57,4 39,1 ± 1 200 km Horizons

Le 1er février, jour de son passage près de la Terre, la magnitude oscillait entre 4 et 5[15]. La société astronomique de France donne la magnitude maximale 5,1, pour les observations entre le 31 janvier et le 2 février[1]. Simultanément, la comète semble avoir commencé à subir des modifications chimiques avec des couleurs de queue passant au jaune et au blanc[16]. En outre, le 23 janvier à 2h, le plan orbital est croisé par la Terre. En ce jour-là, certaines observations signalent le phénomène de l'anti-queue[16]. En fait, il s'agit d'une partie de la queue de poussières de C/2022 E3 alors que la queue qui est allongée et toujours observée se compose de gaz ionisé[1],[17],[18].

En profitant de cet événement rare, ont lieu de nombreuses observations scientifiques, desquelles les analyses sont attendues. Ainsi, la première participation du télescope spatial XMM-Newton, mis en place par l'Agence spatiale européenne, mais C/2022 E3 ne produit guère l'émission en rayon X, en dépit de la prévision des scientifiques selon la couleur verte[18].

Dans l'analyse chimique, les observations constatent que cette comète contient pleine d'eau et de composés de carbone[18].

Galerie modifier

En février 2023, la position apparente de la comète dans le ciel se rapproche de celle de plusieurs objets très lumineux : d'abord, Capella du 6 février, puis le 11 février la planète Mars, elle-même proche des Pléiades ; enfin, le 15 février, C/2022 E3, l'étoile Aldébaran.

Couleur modifier

 
Raie de Swan observée avec plusieurs comètes, notamment C/2022 E3. Le carbone diatomique (C2) est le responsable de la couleur verte[18].

La couleur verte est due à la présence de carbone diatomique, principalement autour de la tête de la comète[19]. Il s'agit d'un phénomène physique, connu comme fluorescence[18]. La molécule C2, lorsqu'elle est excitée par le rayonnement ultraviolet solaire, émet majoritairement dans l'infrarouge mais son état triplet rayonne à 518 nanomètres. Il est produit par photolyse de matières organiques évaporées du noyau. Elle subit ensuite une photodissociation, avec une durée de vie d'environ deux jours, donc la lueur verte apparaît dans la tête de la comète mais pas dans la queue[20],[21].

Période modifier

Avant de s'approcher du Soleil et de la Terre, C/2022 E3 était passée le 29 mai 2020 à 1,177 unités astronomiques (150 millions de km) de Saturne[2].

Les scientifiques considéraient, après la découverte, que cette comète posséderait 50 000 ans (± 3 000 ans) de période orbitale[4]. En d'autres termes, elle serait passée près de la Terre il y a 50 000 ans aussi.

Toutefois, en perdant ses matériaux près du Soleil et en subissant l'effet de la gravité, une comète peut connaître le changement de l'orbite. Alors que C/2022 E3 n'avait que 17,6 km/s de vitesse en mai 2020, cette comète est en train de s'éloigner à toute vitesse, observée désormais à 57,4 km/s, en janvier 2023[2]. La trajectoire actuelle suggère qu'après avoir dépassé l'orbite de Neptune en 2030 selon le calcul du Jet Propulsion Laboratory[2], C/2022 E3 quittera définitivement le système solaire[4].

Compte-rendu modifier

Le 22 février 2023, avec plusieurs photographies d'observation, un compte-rendu fut révélé par Nicolas Biver, astronome à l'observatoire de Paris et président de la commission des comètes auprès de la société astronomique de France [1].

Références modifier

  1. a b c d e et f Nicolas Biver, « C/2022 E3 », Société astronomique de France,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f g h i j k l et m Jet Propulsion Laboratory, Small-Body Database Lookup, C/2022 E3 (ZTF) [lire en ligne] consulté le 6 février 2023
  3. a b et c (en) Michael Greshko, « A green comet is passing by Earth. Here's how to see it », National Geographic,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c « Observer la comète C/2022 E3 (ZTF) », Observatoire de Paris PSL,‎ (lire en ligne) consulté le 6 février 2023
  5. a et b (en) Bolin, « MPEC 2022-F13 : COMET C/2022 E3 (ZTF) », Minor Planet Electronic Circular, Centre des planètes mineures, (consulté le )
  6. a et b (en) Amudalat Ajasa, « How to see the green comet - from the astronomer who discovered it », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Electronic Telegram No. 5111- COMET C/2022 E3 (ZTF) », Central Bureau for Astronomical Telegrams, (consulté le )
  8. (en) Ratcliffe et Ling, « Sky This Month: November 2022 », Astronomy.com, (consulté le )
  9. a b et c « Sneak Peek at Two Promising Comets », Sky & Telescope, (consulté le )
  10. « Comet 2022 E3 (ZTF) | Science Mission Directorate », science.nasa.gov, (consulté le )
  11. « Comets to View in 2022 », Sky & Telescope, (consulté le )
  12. Urbain, « Starlust.org | Meet Comet C/2022 E3 (ZTF), the next naked-eye comet in the night sky », starlust.org, (consulté le )
  13. Machholz, « EarthSky | New comet might brighten enough for binoculars », earthsky.org, (consulté le )
  14. (en) Atkinson, « Comet C/2022 E3 (ZTF) is one to watch out for in December and January », BBC Sky at Night Magazine, (consulté le )
  15. « Observer la comète C/2022 E3 (ZTF) », Observatoire de Paris PSL,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en) Stuart Atkinson, « How to see the Green Comet C/2022 E3 (ZTF) in the sky », BBC Sky at Night Magazine,‎ (lire en ligne)
  17. Nelly Lesage, « L'« anti-queue » de la comète ZTF est une illusion d'optique », Numerama,‎ (lire en ligne)
  18. a b c d et e (en) « Green Comet C/2022 E3 (ZTF) Full of Water And Carbon Compounds », Astrobiology,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Rao, « A comet not seen in 50,000 years is coming. Here's what you need to know », (consulté le )
  20. (en) Krämer, « Comets’ green colour comes from dicarbon dissociation, experiments confirm », (consulté le )
  21. (en) Koe, « Why are comet heads green — but not their tails? », (consulté le )

Liens externes modifier