Côtes-de-duras

région viticole
(Redirigé depuis Côtes de Duras)

Côtes-de-duras
Image illustrative de l’article Côtes-de-duras
Vue aérienne de Soumensac
montrant le parcellaire du vignoble.

Désignation(s) Côtes-de-duras
Appellation(s) principale(s) côtes-de-duras[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) moyenne Garonne
Localisation Lot-et-Garonne
Climat tempéré océanique dégradé
Superficie plantée 1 943 hectares[2]
Cépages dominants cabernet sauvignon N, cabernet franc N, merlot N, côt N, sauvignon B, sémillon B, muscadelle B, mauzac B, rouchelein ou chenin B et ondenc B[3]
Vins produits 65 % rouges et rosés, 35 % blancs
Production 111 660 hectolitres en 2009[2]
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 55 à 66 hectolitres par hectare en rouge
60 à 72 hectolitres par hectare en blanc[4]

Le côtes-de-duras[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit sur une partie du Lot-et-Garonne, autour du village de Duras, dans le prolongement des vignobles de Bordeaux.

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Moyen ÂgeModifier

Période moderneModifier

Les vins de Duras sont connus depuis François Ier. Après la révocation de l'édit de Nantes et le départ de protestants locaux pour les Pays-Bas les exportations vers la mer du Nord décollent.

La région fera ensuite partie du « haut pays bordelais » et ses vins sont exportés par le négoce bordelais du quartier des Chartrons. C'est une époque dorée qui prend fin avec la restriction de l'appellation Bordeaux aux seuls vins de Gironde.

Période contemporaineModifier

 
Étiquette de vin datée du XIXe siècle.

L'appellation est accordée le 16 février 1937.

ÉtymologieModifier

La forme la plus ancienne de Duras pourrait provenir du celte duros signifiant hauteur fortifiée, racine à laquelle aurait été rajouté le suffixe -acum. Les toponymistes suggèrent aussi un transfert de la cité de Durazzo[5]. Le duras, est aussi un cépage de la région gaillacoise auquel on a voulu donner les mêmes origines.

Situation géographiqueModifier

Ce vignoble est situé au nord ouest du Lot-et-Garonne, aux confins de la Gironde et de la Dordogne

OrographieModifier

 
Carte de Belleyme (1761-1789) montrant les coteaux colonisés par le vignoble

GéologieModifier

L'appellation repose sur des sédiments fluvio-lacustres tertiaires de trois formations différentes :

  • Calcaire de Castillon, blanc, crayeux, plus ou moins fissuré.
  • Molasses de l'Agenais : alternance de couches argileuse ou argilo-sableuses et de lits de gravier.
  • calcaire blanc de l'Agenais.

ClimatologieModifier

C'est le même climat océanique que celui du vignoble bordelais avec une nuance vers des températures un peu plus extrêmes à cause de l'éloignement de l'océan.

VignobleModifier

Son terroir occupe la rive droite du Dropt et il est découpé par la vallée de la Dourdèze.

PrésentationModifier

Le vignoble s'étend sur 15 communes : Auriac-sur-Dropt, Baleyssagues, Duras, Esclottes, Loubes-Bernac, Moustier, Pardaillan, Saint-Astier, Sainte-Colombe-de-Duras, Saint-Jean-de-Duras, Saint-Sernin, La Sauvetat-du-Dropt, Savignac de Duras, Soumensac et Villeneuve-de-Duras.

EncépagementModifier

Méthodes culturalesModifier

Vinification et élevageModifier

 
Côtes-de-duras, millésime 2013
  • Vin blanc sec : limité à 60 Hl/Ha, il est marqué par son nez de sauvignon, et sa bouche nerveuse et racée. Il est vinifié à basse température avec parfois macération préfermentaire ou élevage sur lie.
  • Vin blanc moelleux : limité à 50 Hl/Ha, il a des arômes de fruits confits. Certaines cuves sont laborées comme des liquoreux par récolte avec tries successives.
  • Vins rosés : limité à 55 Hl/Ha, il est agréablement frais et fruité. La vinification est un rosé de saignée.
  • Vins rouges : limités à 55 Hl/Ha, ils sont généralement souples et fruités, mais des cuvées, notamment vieillies en fût de chêne, peuvent être plus charpentées. La vinification se fait souvent en macération longue.

Terroir et vinsModifier

Structure des exploitationsModifier

Les sources INAO de 2005 font état de 2 038 ha ayant produit 121 948 hl dans 86 caves particulières, 3 caves coopératives et négoces.

Type de vins et gastronomieModifier

CommercialisationModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Le Guide Hachette des vins 2011, éditions Hachette, 2010. (ISBN 978-2-01-237681-6)
  3. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  4. Décret du 9 octobre 2009.
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1707.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier