Bruno Cuche

Bruno Cuche, né le à Constance (Allemagne) est un général français. Il a occupé les fonctions de chef de l'état-major de l'armée de terre du au .

Bruno Cuche
Bruno Cuche par Claude Truong-Ngoc novembre 2014.jpg
Le général Bruno Cuche en novembre 2014.
Fonctions
Gouverneur des Invalides
-
Chef d'état-major de l'armée de terre
-
Major général de l'Armée de terre
-
Alain Richard (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Allégeance
Formation
Activités
Officier, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Jean Cuche (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Michèle Hogard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Grade
Commandement
Distinctions

BiographieModifier

Il est le petit-fils du général Émile Hogard.

Après deux années de classe préparatoire (« corniche ») au Prytanée national militaire[1], il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr comme élève-officier en . Sa promotion portera le nom de Souvenir de Napoléon. À l'issue de sa scolarité, il choisit l'arme blindée cavalerie.

En 1970, il effectue le stage d'officier-élève à l'École d'application de l'arme blindée cavalerie, avant d'être affecté au 8e régiment de dragons à Morhange. Il est promu lieutenant en 1971.

En , il rejoint l'École d'application de l'arme blindée cavalerie de Saumur. Il est promu capitaine en . En , il est affecté au 2e régiment de hussards à Orléans où il prendra le commandement du 2e escadron. En 1979, affecté au 501e régiment de chars de combat, il poursuit son temps de commandement à l'escadron d'éclairage de la 2e division blindée situé à Saint-Germain-en-Laye.

En 1981, il effectue un stage à l'École royale des blindés de Bovington (Grande-Bretagne). Il rejoint ensuite l'état-major du gouverneur militaire de Metz où il assume les fonctions d'aide de camp. Il est promu commandant en .

D' à , au cours de son cursus de formation à l'Enseignement militaire supérieur scientifique et technique, il est désigné pour suivre un stage au Canadian Forces Command and Staff College à Toronto (Canada).

Membre de la 99e promotion de l'École supérieure de guerre, il rejoint ensuite l'École d'application de l'arme blindée et cavalerie à Saumur où il occupe le poste de chef du bureau emploi à la 12e DLB. Il est promu lieutenant-colonel en .

Il sert ensuite en 1989 à l'inspection de l'arme blindée cavalerie comme officier rédacteur chargé de l'instruction. Il est promu colonel en .

De 1992 à 1994, il commande le 501e régiment de chars de combat à Rambouillet.

Affecté par la suite à l'état-major des armées, il y occupe les fonctions de chargé de mission avant de rejoindre, en 1996, le cabinet du ministre de la Défense.

Promu général de brigade en 1998, il est affecté à la 2e division blindée où il assume les fonctions d'adjoint au général commandant. Lors de la guerre du Kosovo, il prend la tête du contingent français de la KFOR début Juin 1999 en remplacement du général Marcel Valentin[2]. Il commande l'entrée de troupes françaises de la KFOR au Kosovo le 12 Juin 1999 ainsi que dans Mitrovica le 17 Juin 1999[3],[4].

Il quitte le commandement de la 2e BB en 2000, pour prendre celui des écoles de Coëtquidan. Général de division en 2001, puis de corps d'armée en 2003, il est nommé inspecteur de l'armée de terre la même année.

Promu général d'armée le , il est nommé chef d'état-major de l'armée de terre le même jour.

Le , il présente sa démission au président de la République Nicolas Sarkozy, qui l'accepte le même jour[5]. Elle fait suite à l'accident de Carcassonne du où dix-sept personnes ont été blessées par un sergent qui avait tiré, par erreur à balles réelles lors d'un exercice. Nicolas Sarkozy aurait reproché en substance « l'amateurisme » des forces armées, ayant ainsi conduit à la démission[6] de ce général cinq étoiles quelques semaines avant son départ prévu fin août du service actif pour cause de limite d'âge. Il a été remplacé par le général Elrick Irastorza le .

Le , il est nommé en Conseil des ministres gouverneur des Invalides en succession du général Hervé Gobilliard[7]. Le général Bertrand Ract-Madoux lui succède à ce poste le [8].

Il est actuellement[Quand ?] président de l'Association des Anciens de la 2e division blindée et président de la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque.

DécorationsModifier

     
     
     
 

IntituléModifier

  Grand officier de la Légion d'honneur
  Chevalier de l'ordre national du Mérite
  Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
  Croix du combattant
  Médaille d'Afrique du nord
  Médaille commémorative française

Pays Décoration Rang Ruban
  Ordre souverain de Malte ordre pro Merito Militensi Chevalier à titre militaire  
  Allemagne Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne Commandeur  
  OTAN Médaille de l'OTAN Ex-Yougoslavie
  OTAN Médaille de l'OTAN Kosovo  
  Danemark Médaille du Mérite  

Notes et référencesModifier

  1. Voir l'annuaire de l'AAAEPNM (Association amicale des anciens élèves du Prytanée national militaire).
  2. « Un spécialiste des blindés à Kumanovo », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2020)
  3. « Sur la route « Rimbaud », l'avant-garde de la KFOR se méfie des « surprises » et des mines », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2020)
  4. « Le chef des forces françaises au Kosovo expose ses « préoccupations » au ministre de la défense », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2020)
  5. Fusillade de Carcassonne : démission du chef d'état-major de l'armée de terre, dépêche AFP du .
  6. D'après le chef d'état-major des armées, repris par Le point (4 juillet 2008)
  7. Le général Cuche nommé Gouverneur des Invalides sur le blog Secret défense de Jean-Dominique Merchet de Libération, le 27 mai 2009
  8. Décret du 19 septembre 2014 portant nomination du gouverneur des Invalides.

Liens externesModifier