Ouvrir le menu principal

Bouse séchée

combustible à base de bouse animale séchée
Un moteur Stirling fonctionnant à la bouse séchée ; collection de la fondation Hochhut (de), à Francfort-sur-le-Main.

La bouse séchée est le nom donné aux bouses animales séchées et employées comme combustible. Ce terme générique correspond à un emploi largement répandu de par le monde, qu'il s'agisse de réemploi des excréments seuls ou du fumier animal. On l'appelle parfois « bois de vache ».

La bouse séchée est utilisée soit seule et brute, soit façonnée et additionnée de déchets de moissonnage ou de paille ; on parle alors de bousats. On trouve également le terme de kiziak, dans le contexte de l'Europe de l'Est, du Caucase et de l'Asie centrale.

HistoireModifier

L'usage de bouses et excréments animaux comme source d'énergie est ancien. On trouve trace de cet usage aux temps préhistoriques[1],[2], par exemple en Égypte antique[3], en Perse[4] ou en Guinée équatoriale chez les Fangs[5]. On trouve également mention de cet usage dans la Bible, qu'il s'agisse de bouses animales ou de matières fécales humaines[6].

Le mode d'emploi a peu varié depuis, et cette source d'énergie reste employée un peu partout dans le monde, là où l'achat d'autres formes de combustibles s'avère moins économique.

Plus récemment et de manière analogue, l'usage de matières fécales comme source d'énergie a été étudié. Il peut s'agir d'employer la méthanisation de fumiers ou de matières fécales humaines issues de la collecte des eaux usées par exemple, ou encore l'emploi des matières récoltées dans les toilettes sèches.

On peut citer parmi ces procédés les méthaniseurs, les toilettes à incinération (en) ou le module Omni Processor (en), dont la promotion est faite par la Bill & Melinda Gates Foundation dans leur programme « Reinvent the Toilet Challenge »[7].

En 2015, un rapport de l'Institute for Water, Environment & Health de l'université des Nations unies évalue que l'exploitation du biogaz issu du traitement des matières fécales représenterait l'équivalent de 8,7 milliards d'euros de gaz naturel, et permettrait d'alimenter 138 millions de foyers à l'échelle planétaire ; cela représente 185 à 345 millions d'euros et permettrait 18 millions de foyers dans le seul sous-continent indien, là où la ressource serait la plus valorisable. Les résidus de fermentation pourraient être employés comme substitut au charbon[8],[9].

Caractéristiques et performancesModifier

La bouse séchée est employée la plus sèche possible, rendant sa combustion plus facile et plus complète. Généralement, la bouse séchée est employée lorsque son taux d'humidité devient inférieur à 30 %[10].

L'emploi de la bouse séchée comporte avantages et inconvénients. Pour ce qui est des avantages, citons[11] :

  • Un coût moindre que les combustibles fossiles
  • Un bon rendement
  • Une limitation de la pression mise sur la ressource locale en bois
  • Une bonne disponibilité, assortie d'une faible distance entre lieux de production et de consommation
  • Un système financier facultatif (la bouse séchée pouvant être échangée plutôt que vendue)
  • Une pollution globale limitée
  • Une filière valorisant le fumier animal et limitant son caractère potentiellement pathogène
  • Une source d'énergie renouvelable

Pour ce qui est des inconvénients, si le coût environnemental global de la bouse séchée est plutôt intéressant, il faut néanmoins constater que sa combustion, du fait du modeste « raffinage » de ce combustible, participe localement de l'augmentation de la pollution atmosphérique[12].

Lors d'une expérience menée en Égypte, un feu de bouses séchées est parvenu à produire « une température maximale de 640 °C en 12 minutes, la température chutant à 240 °C au bout de 25 minutes puis à 100 °C au bout de 45 minutes. Ces températures ont été atteintes sans que le feu ne soit rechargé ni attisé »[13].

EmploisModifier

AfriqueModifier

En Afrique du Sud, la bouse séchée est utilisée pour la préparation du potjiekos.

En Égypte, les bouses de vache, de buffle ou encore de chameau sont mêlées à de la paille et à d'autres déchets de moisson lors de la confection du « gella » ou « jilla » (« الجِلَة »). Cette appellation moderne correspond au « khoroshtof » du Moyen Âge[14]. Pendant les années 1980, les briquettes de bouse mêlée de déchets de moissonnage constituaient la source de 76,4 % de l'énergie consommée dans les zones rurales égyptiennes[15].

Au Lesotho, on emploie le « lisu ».

AmériquesModifier

les Amérindiens pueblos utilisaient de la bouse séchée comme combustible[réf. nécessaire]. À leur arrivée dans les Grandes Plaines, les premiers colons européens utilisèrent du fumier de bison séchée comme combustible, appelé « buffalo chips ». Au Pérou, le M.N. Yavari (en), canonnière sur le lac Titicaca construite par Thames Iron Works à Londres en 1861-1862, dont la chaudière Watt a fonctionné à la bouse de lama jusqu'en 1914.

AsieModifier

Au Bangladesh, la bouse de vache séchée est désignée ghunte en bengali. En Chine, les appellations et usages varient selon que l'on se trouve chez les Mongols (on parle d’argal), les Toungouses, les Tibétains, les Hanietc.

En Inde, l'usage peut varier selon la région, qu'il s'agisse de bouses de buffle d'eau ou de vache ; dans certains régions, le brulage de bouses de vache séchées revêt un caractère sacré. La bouse de vache est dénommée en hindi gomaya, komaya ou encore upla[16].

En Iran, la bouse séchée est employée depuis la Préhistoire[4].

Au Kazakhstan, le kiziak (ou kizyak) est utilisé dans les plaines de la steppe et en Asie centrale, est fait de bouses ramassées dans la steppe, humidifiées pour être mêlées à de la paille puis mises à sécher sous forme discoïde[17].

Au Kirghizistan, on emploie la bouse séchée dans des fours spécialement conçus.

La bouse séchée est également utilisée au Népal[18] et au Pakistan[13].

EuropeModifier

La Maison du marais poitevin de Coulon, en France, expose et montre l'usage ancien du chauffage à la bouse séchée, les tourtes ainsi formées étant dénommées « bousettes ». En Bretagne, le « glaoued » ou bousat, était employé jusqu'au début du XXe siècle[19], voire jusque dans les années 1950[20].


En Islande, l'usage de la bouse séchée pour la conservation de la viande par fumage est attestée à l'âge des Vikings

Galerie photographiqueModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Jurek Biegus, « Polish settlements in Russia during WW II », dans Zosia et Jurek Biegus, Polish Resettlement Camps in England and Wales, , 332 p. (lire en ligne)  
  • François Bordes, Leçons sur le Paléolithique, Éditions du CNRS,  
  • (en) Samir El-Shimi et Salah Arafa, « Biogas Technology Transfer To Rural Communities In Egypt », Egyptian Renewable Energy Field Test Project, American University in Cairo Press (en),‎ (lire en ligne [PDF])  
  • (br) Padrig Gouedig, Enez-Eusa, Envoriou tud Eusa, Brud Nevez,  
  • Louis Reveleau, « La bouse : fabrication et utilisation sur la façade atlantique », Ethnozootechnie, no 65,‎ (lire en ligne) ; citant H. Gourdon, La vie du Cap Sizun  
  • (en) Younan Labib Rizk (en), « « A Diwan of contemporary life », [[Al-Ahram Weekly]] [[:en:Al-Ahram Weekly|(en)]][[Catégorie:Article contenant un appel à traduction en anglais]], no 413 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Weekly.ahram.org.eg,  
  • (en) Dimitrij Mlekuž, « The materiality of dung: the manipulation of dung in Neolithic Mediterranean caves », Documenta Praehistorica, vol. 36, no 0,‎ , p. 219 (ISSN 1854-2492, DOI 10.4312/dp.36.14)  
  • (en) Ian S Mudway, Sean T Duggan, Chandra Venkataraman, Gazala Habib, Frank J Kelly et Jonathan Grigg, « Combustion of dried animal dung as biofuel results in the generation of highly redox active fine particulates », Particle and Fibre Toxicology, vol. 2, no 1,‎ , p. 6 (ISSN 1743-8977, DOI 10.1186/1743-8977-2-6)  
  • (en) Naomi Miller, « The use of dung as fuel: an ethnographic example and an archaeological application », Paléorient, vol. 10, no 2,‎ , p. 71-79 (lire en ligne)  
  • (en) Krishna Prasad Pant, Health Costs of Dung-Cake Fuel Use by the Poor in Rural Nepal, (lire en ligne [PDF])
    Projet de rapport soumis lors du 10e Round Regional Research Competition du South Asia Network of Economic Research Institutes (SANEI)
     
  • (en) Llorenç Picornell Gelabert, Eleni Asouti et Ethel Allué Martí, « The ethnoarchaeology of firewood management in the Fang villages of Equatorial Guinea, central Africa : Implications for the interpretation of wood fuel remains from archaeological sites », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 30, no 3,‎ , p. 375–384 (ISSN 0278-4165, DOI 10.1016/j.jaa.2011.05.002)  
  • (en) Eva Rehfuess, Fuel for life : Household energy and health, World Health Organization (ISBN 92-4-156316-8)
  • (en) D. Samuel, « Their staff of life : Initial investigations on ancient Egyptian bread baking », dans B. J. Kemp, Amarna Reports V, Londres, Egypt Exploration Society, , p. 253-290 :

    « a maximum of 640 degrees C in 12 minutes, falling to 240 degrees C after 25 minutes and 100 degrees C after 46 minutes. These temperatures were obtained without refueling and without bellows »

     
  • (en) C.J. Schuster-Wallace, C. Wild et C. Metcalfe, Valuing Human Waste as an Energy Resource : A Research Brief Assessing the Global Wealth in Waste, United Nations University Institute for Water, Environment and Health (UNU-INWEH), (lire en ligne [PDF])  
  • (en) Michael A. Serio, Rosemary Bassilakis, Erik Kroo et Marek A. Wójtowicz, « Pyrolysis Processing of Animal Manure to Produce Fuel Gases », Fuel Chemistry Division Preprints, vol. 47, no 2,‎ (lire en ligne [PDF])  
  • (en) A. Vaňkát, V. Krepl et J. Kára, « Animal dung as a source of energy in remote areas of indian Himalayas », Agricultura Tropica et Subtropica, vol. 43, no 2,‎ (lire en ligne [PDF])  
  • (en) Elisabeth von Münch, Dorothee Spuhler, Trevor Surridge, Nelson Ekane, Kim Andersson, Emine Goekce Fidan et Arno Rosemarin, « Sustainable Sanitation Alliance members take a closer look at the Bill & Melinda Gates Foundation’s sanitation grants », Sustainable Sanitation Practice Journal, no 17,‎ , p. 4-10 (lire en ligne [PDF])  

Liens externesModifier