Boson II de Challant

Boson II de Challant (également italianisé en Bosone II di Challant) mort après 1181. Noble valdotain, 3e vicomte d'Aoste avant 1147.

Boson II de Challant
Fonctions
Vicomte d'Aoste
Biographie
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Enfant
Stemma famiglia challant.png
blason

BiographieModifier

Boson II est le fils d'Aymon Ier et le petit-fils de Boson Ier comme son père et son grand-père avant lui il est vicomte d'Aoste pour le compte du comte de Maurienne puis de Savoie. C'est-à-dire qu'il administre pour son suzerain le comté d'Aoste dont ce dernier porte le titre. Il semble qu'il ait exercé cette charge pendant près d'une quarantaine d'années de 1147 à après 1181 sous les comtes Amédée III de Savoie, Humbert III de Savoie et peut-être Thomas Ier de Savoie. À la différence de son père et de son grand-père Boson II n'assume plus personnellement la charge de la chancellerie d'Aoste qui est confiée à un certain Stephanus qui la tient de 1149 à 1190 et qui devait être un ecclésiastique[1].

Boson II est mentionné comme témoin en 1147 de la renonciation du comte Amédée III de Savoie de son Droit aux dépouilles des évêques défunts[2]. En 1150, le nouveau comte Humbert III de Savoie confie à Boson II la protection de la Collégiale de Saint-Ours d'Aoste à laquelle il dispense ensuite ses largesses en 1164,1168,1172,1174. En 1165 Boson II fonde l'Hôpital de Saint-Théodule de Châtillon. En 1177, il cède des biens dans le Valpelline destinés à la maison des pauvres de Mont-Joux. En 1181, il est enfin le témoin de l'investiture de Valpert, prévôt de Saint Gilles et futur évêque d'Aoste dans l'église de Chambave et de Saint-Martin d'Arnaz.

PostéritéModifier

Boson II eut deux fils d'une épouse anonyme :

Notes et référencesModifier

  1. (it) Alessandro Barbero Valle d'Aosta Medievale editeur Liguori, Naples 2000 (ISBN 8820731622) p. 44.
  2. Patricia Buirette, Droit de dépouille, Encyclopædia Universalis (lire en ligne)

BibliographieModifier