Boson Ier vicomte d'Aoste

Boson Ier vicomte d'Aoste (italianisé en Bosone) actif depuis 1090/1100 mort vers 1125. Noble valdôtain, 1er vicomte d'Aoste dont l'origine demeure incertaine. Il est l'ancêtre putatif de la maison de Challant dont la dernière branche perdure dans la Vallée d'Aoste jusqu'au début du XIXe siècle.

Boson Ier vicomte d'Aoste
Fonctions
Vicomte d'Aoste
Titre de noblesse
Vicomte
Biographie
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
AosteVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Enfant
Stemma famiglia challant.png
blason

Vicomte d'AosteModifier

Le vicomte Boson Ier est l'ancêtre de la Maison de Challant. Il apparaît avec le titre latin de vicomte (vicecomes) dans un acte de donation du par lequel le comte de Maurienne Humbert II suzerain d'Aoste pour le compte duquel il exerce l'autorité, cède aux bénédictins de l'abbaye de Fruttuaria qui desservent l'église de Chambave l'exercice de droits régaliens sur les voyageurs le transit des marchandises, des animaux...depuis l'« Eau Rousse », sur les limites de Nus jusqu'à « Pierre Piquée » une route taillée dans le rocher près de Châtillon [1].

Alessandro Barbero identifie Boson avec le « Boso » qui est titulaire de la chancellerie d'Aoste de 1091 à 1125 et donc le successeur dans la fonction de 1125 à 1147 est de plus, un certain « Aimo »[2].

Une origine incertaineModifier

Déjà au XVIIIe siècle, Jean-Baptiste de Tillier, examinant la question de l'origine de Boson, estimait qu'il était issu des marquis de Montferrat ou des marquis de Saluces et penchait pour la première hypothèse[3]. Ce point de vue est encore soutenu par l'ex reine Marie-José de Belgique [4] et Aimé-Pierre Frutaz [5].

Désormais les généalogistes ont établi avec certitude que ces deux lignages avaient pour origine commune la puissante maison Alérame[6] et que sur la base de la ressemblance de leurs armoiries les ancêtres de la maison de Challant devaient être une lignée de cadets ou se revendiquer comme tels des marquis de Montferrat. Le blason de ces derniers s'établit en effet avec un « champ d'argent au chef de gueules  » alors que celui des Challant présente un «  champ d'argent au chef de gueules avec une cotice [bande] de sable brochant ».

Une autre hypothèse reposant sur l'onomastique souligne que le nom de « Boson » n'est usité par aucun membre de la maison Alérame et considère que Boson Ier serait lié à la dynastie bourguignonne des Bosonides peut-être en ligne féminine un « vicomte Boson » étant cité comme châtelain de Bard dès 1034.


PostéritéModifier

Boson Ier est réputé avoir comme fils Aymon Ier vicomte d'Aoste qui apparaît dans des chartes postérieures.

Notes et référencesModifier

  1. ab aqua rubea usque ad petram peccolatam cité par l'Abbé Joseph-Marie Henry, Histoire populaire, religieuse et civile de la Vallée d'Aoste, Imprimerie valdôtaine, Aoste 1929. 3e édition 1967, chapitre 91 « Commencement de la Maison de Challant » p. 127-128
  2. Alessandro Barbero Op.cit p. 42-43.
  3. Recueil ou dissertation historique et géographique sur la Vallée et Duché d’Aoste, connu comme l'Historique de la Vallée d'Aoste « Manuscrit inédit de l'an 1742 ». Texte revu et annoté par Sylvain Lucat. Louis Mensio Imprimeur-Éditeur, Aoste, 1887 p. 41-42
  4. La Maison de Savoie. Les origines Albin Michel, Paris 1956 « Famille, croit-on issue des marquis de Monteferrat » p. 113
  5. (it) Aimé-Pierre Frutaz Fonti per la storia della Valle d'Aosta Ed di Storia e Letteratura, Rome (1966).Réédition en 1997 (ISBN 8886523335) p. 57-58
  6. Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, éditions Brill Leyde 1890-1893, réédition 1966, volume III, chapitre XII § 10 « Montferrat » et tableau généalogique n° 15 « Généalogie de la Maison de Montferrat » p. 730-731

BibliographieModifier

  • Abbé Joseph-Marie Henry, Histoire populaire religieuse et civile de la Vallée d'Aoste. Imprimerie Marguerettaz, Aoste (1929) ; réédition en 1967.
  • (it) Alessandro Barbero Valle d'Aosta medievale Liguori Editore, Naples (2000) (ISBN 8820731622)
  • Georges de Manteyer, « Les origines de la maison de Savoie en Bourgogne (910-1060)  » Dans : Mélanges d'archéologie et d'histoire T. 19, 1899. p. 363-540.