Border Cave

bâtiment en Afrique

Border Cave
Image illustrative de l’article Border Cave
L'entrée de Border Cave vue depuis l'intérieur
Localisation
Pays Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province KwaZulu-Natal
Coordonnées 27° 01′ 33″ sud, 31° 59′ 20″ est
Géolocalisation sur la carte : KwaZulu-Natal
(Voir situation sur carte : KwaZulu-Natal)
Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud
(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)

Border Cave (littéralement, « la grotte de la Frontière ») est un abri-sous-roche situé sur les pentes occidentales des Monts Lebombo, dans le KwaZulu-Natal, près de la frontière entre l'Afrique du Sud et le Swaziland. Ce site archéologique a livré une séquence stratigraphique remarquablement continue et s'étendant sur 200 000 ans. Des restes humains anatomiquement modernes (Homo sapiens) y ont été mis au jour ainsi que des outils en pierre taillée et des déchets de taille.

ContexteModifier

 
La rivière Ingwavuma vue de Border Cave

La cavité ouverte vers l'Ouest, proche de Ingwavuma, se trouve environ 100 m au-dessous de la crête de la chaîne du Lebombo et offre une large vue sur la campagne du Swaziland. Elle est semi-circulaire, large d'environ 40 m et s'est creusée aux dépens de laves jurassiques à la faveur d'une érosion différentielle[1],[2].

DatationsModifier

Les datations par le C-14, par la racémisation des acides aminés et par résonance paramagnétique électronique (RPE) ont permis de déterminer l'âge de la séquence. Les plus anciens niveaux cendreux datent d'environ 200 000 ans BP[3],[4],[5],[6],[7].

Historique des recherchesModifier

L'exploitation du guano en 1940 par un certain W. E. Barton, venu du Swaziland, a révélé un certain nombre de fragments d'ossements humains qui furent considérés comme très anciens par Raymond Dart. Ce dernier avait visité le site en juillet 1934 mais n'y avait réalisé qu'un examen superficiel. En 1941 et 1942, une équipe financée par l'Université du Witwatersrand y réalisa des prospections plus approfondies.

Les fouilles entreprises dans les années 1970 par Peter Beaumont furent très productives. Le site livra non seulement le squelette complet d'un enfant mais aussi les restes d'au moins cinq humains adultes. Plus de 69 000 vestiges lithiques furent aussi mis au jour ainsi que des ossements correspondant à plus de 43 espèces de mammifères, dont 3 aujourd'hui éteintes[8].

Plus récemment, ont été identifiés de la cire d’abeille datant de plus de 40 000 ans, ainsi que des tubercules carbonisés consommés par les hommes préhistoriques il y a 170 000 ans[9].

Le 14 août 2020, la datation d'une litière faîte d'un tapis de cendres et de plantes est publiée dans Science. Elle est estimée à environ 200 000 ans, ce qui en fait la plus vieille couche construite de la main de l'homme connue[10]'[11].

Vestiges lithiques et fauniquesModifier

Les restes fauniques de la grotte montrent que ses premiers occupants consommaient du potamochère, du phacochère, du zèbre et du buffle[12].

Les matières premières utilisées pour réaliser l'industrie lithique incluent le chert, la rhyolite, le quartz et la calcédoine, ainsi que l'os, le bois et les coquilles d'œuf d'autruche.

L'os du LebomboModifier

Le site a aussi livré l'« os du Lebombo », interprété par certains auteurs comme le plus ancien bâton de comptage. Il s'agit d'un petit fragment de fibula (os péroné) de babouin datant de 35 000 ans et portant 29 encoches. Il est similaire aux bâtons utilisés comme calendriers par les San de Namibie[13].

Notes et référencesModifier

  1. Border Cave, Google Docs (lire en ligne).
  2. K. W. Butzer, P. B. Beaumont et J. C. Vogel, « Lithostratigraphy of Border Cave KwaZulu, South Africa: a Middle Stone Age Sequence Beginning c. 195,000 B.P. », Journal of Archeological Science, vol. 5,‎ , p. 317–341.
  3. Rainer Grün, Peter B. Beaumont et Christopher B. Stringer, « ESR dating evidence for early modern humans at Border Cave in South Africa », Nature, vol. 344, no 6266,‎ , p. 537–539 (DOI 10.1038/344537a0, lire en ligne, consulté le 4 janvier 2020)
  4. Rainer Grün et Peter Beaumont, « Border Cave revisited: a revised ESR chronology », Journal of Human Evolution, vol. 40, no 6,‎ , p. 467–482 (DOI 10.1006/jhev.2001.0471).
  5. « Border Cave (South Africa) », archaeology.about.com (consulté le 14 janvier 2010).
  6. M.I. Bird, L.K. Fifield, G.M. Santos, P.B. Beaumont, Y. Zhou, M.L. di Tada et P.A. Hausladen, « Radiocarbon dating from 40 to 60 ka BP at Border Cave, South Africa », Quaternary science reviews, vol. 22, nos 8-9,‎ , p. 943–947 (DOI 10.1016/S0277-3791(03)00005-2, lire en ligne).
  7. (en) Matt Cartmill, Fred H. Smith et Kaye B. Brown, The Human Lineage, John Wiley and Sons, (ISBN 978-0-471-21491-5, LCCN 2008055229, lire en ligne), « Out of East Africa: Early Modern People in northern and southern Africa ».
  8. H. B. S. Cooke, B. D. Malan et L. H. Wells, « Fossil Man in the Lebombo Mountains, South Africa: The 'Border Cave,' Ingwavuma District, Zululand », Man, vol. 45,‎ , p. 6–13 (lire en ligne).
  9. Florence Rosier, Il y a 200 000 ans, nos ancêtres se fabriquaient un lit douillet de cendres et d’herbes, lemonde.fr, 16 août 2020
  10. (en) Lyn Wadley, Irene Esteban, Paloma de la Peña, Marine Wojcieszak, Dominic Stratford, Sandra Lennox, Francesco d’Errico, Daniela Eugenia Rosso, François Orange et Lucinda Backwell, « Fire and grass-bedding construction 200 thousand years ago at Border Cave, South Africa », Science, vol. 369,‎ , p. 863-866 (DOI 10.1126, lire en ligne)
  11. « Trilobites et crustacés : presque les mêmes yeux depuis un demi-milliard d'années », sur www.msn.com (consulté le 3 septembre 2020)
  12. « Border Cave opens for visitors », southafrica.info, (consulté le 14 janvier 2010).
  13. (en) David J. Darling, The universal book of mathematics : from Abracadabra to Zeno's paradoxes, John Wiley and Sons, , 383 p. (ISBN 978-0-471-27047-8, LCCN 2003024670, lire en ligne).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier