Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bodange

localité de Belgique

Bodange (Biedeg en luxembourgeois, Bödingen en allemand) est un village de la commune belge de Fauvillers située en Région wallonne dans la province de Luxembourg. Il fait partie de la section de Fauvillers.

Bodange
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Bastogne
Commune Fauvillers
Code postal 6637
Zone téléphonique 063
Démographie
Gentilé Bodangeois(e)
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 14″ nord, 5° 41′ 51″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

Voir sur la carte administrative de Province de Luxembourg
City locator 14.svg
Bodange

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Bodange

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Bodange
Liens
Site officiel bodange.be

Sommaire

GéographieModifier

Situé à deux kilomètres à l’est du village de Fauvillers, Bodange est entouré du côté oriental par la Sûre, un affluent de la Moselle.

ToponymieModifier

  • Boedingen (1329), Boudenges (1464), Bodenge (1579).

HistoireModifier

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940, les Allemands débutent la Bataille de France. Dans le cadre de la percée de Sedan, les Allemands du Kradschützen-Bataillon 1 (motocyclistes) qui sont à la pointe de la 1re Panzerdivision, se heurtent vers midi à deux pelotons de la 5e compagnie du 1er régiment de Chasseurs ardennais[1], soit cinquante hommes dirigés par le capitaine Bricart[2], qui défendent Bodange, n'ayant pas reçu l'ordre de repli à cause de la coupure des communications par les Allemands[1]. Les motocyclistes allemands sont renforcés par l'arrivée progressive de deux autres bataillons de la 1. Panzerdivision : les II./ et III./Schützen-Regiment 1[1]. Les Allemands progressent tout autour du village mais ne peuvent y pénétrer, malgré un rapport de force déjà inégal, qui s'accroît fortement lorsque vers 16 h l'artillerie allemande (10,5cm leFH18) de la II./Artillerie-Regiment 73 entre en action, les chars de la division étant quant à eux encore pris dans les itinéraires encombrés au Luxembourg[1]. C'est ainsi qu'après 18 h, laissant 9 tués sur le terrain dont le capitaine Bricart, les chasseurs ardennais déposent les armes[1], après que n'ait été engagé contre eux plus de trois mille soldats allemands[2].

Notes et référencesModifier

  1. a, b, c, d et e Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 82-83.
  2. a et b Karl-Heinz Frieser, Le Mythe de la Guerre Eclair, Ed. Belin, Paris, 2003, p. 136-137.

Liens externesModifier