Ouvrir le menu principal

BlueCub
Image illustrative de l’article BlueCub
Blue Cub à Bordeaux

Situation Bordeaux Métropole
Type Voitures électriques en libre service
Entrée en service
Stations 80
Rames 200 voitures
Exploitant Bolloré

Le , la communauté urbaine de Bordeaux, devenue Bordeaux Métropole depuis, a mis en service des voitures électriques en autopartage du groupe Bolloré. Le système porte sur une centaine de véhicules et 40 stations dans la ville de Bordeaux et six communes voisines. Il se nomme BlueCub.

Sommaire

HistoriqueModifier

La communauté urbaine de Bordeaux lance en janvier 2014[1] son service de voitures 100 % électriques, baptisé « BlueCub »[2], financé entièrement par le groupe Bolloré. Troisième grande agglomération après celles de Paris (Autolib) et de Lyon (Bluely) à proposer un tel service, BlueCub est mis en place sur sept communes de la CUB (Bègles, Bordeaux, Cenon, Le Bouscat, Mérignac, Pessac et Talence). Dans un premier temps, 90 véhicules Bluecar sont installés dans 40 stations. Leur nombre atteindra 200 voitures et 80 stations en 2015. À la différence d'Autolib à Paris qui est encadré par une délégation de service public (DSP), BlueCub relève de l'initiative du groupe Bolloré. Il est développé sur la base d'une autorisation temporaire d'occupation (AOT) du domaine public, délivrée par la CUB, pour l'installation de bornes de recharge des véhicules[3].

Le service se développe au-delà de Bordeaux Métropole pour s'installer à Arcachon avec quatre stations à partir du mois de juillet 2015. Ce service s'appelle Arcachon Bluecar et il est compatible avec le service BlueCub. Enfin l'ajout de vingt voitures Renault Twizy et de quelques voitures utilitaires comme pour autolib' renforcent la gamme de véhicules en libre service[4]'[5]'[6].

PolémiqueModifier

Le 2 avril 2014, le Jury de déontologie publicitaire a donné raison à l'Observatoire du nucléaire qui contestait la présentation de Bluecub comme étant un service « écologique[7] ».

À la suite de cette décision, Stéphane Lhomme, directeur de l'Observatoire du nucléaire, a appelé les habitants de la CUB à débrancher les voitures électriques en charge sur la voie publique[8].

Notes et référencesModifier

  1. Le journal de La Cub, no 25, 4e trimestre 2013, p. 6, consulté le 22 octobre 2013.
  2. Bordeaux : la voiture électrique en autopartage lancée en novembre, article du 21 juin 2013, sur sudouest.fr, consulté le 22 octobre 2013.
  3. bluecub : le futur service de véhicules électriques en auto partage, sur lacub.fr (site de la communauté urbaine de Bordeaux), consulté le 22 octobre 2013.
  4. « Bordeaux: Des Twizy dans la flotte des Bluecub », 20 minutes, (consulté le 9 juillet 2015).
  5. « Arcachon: Quatre stations Bluecub ouvriront en juillet », 20 minutes, (consulté le 9 juillet 2015).
  6. « Bluecub élargit sa gamme et sa zone », Direct Matin Bordeaux, (consulté le 9 juillet 2015).
  7. http://www.jdp-pub.org/BLUECUB-Internet.html
  8. http://observ.nucleaire.free.fr/observ-contre-voitelec.htm

Voir aussiModifier