Bernat Soria

Bernat Soria
Illustration.
Bernat Soria, en 2008.
Fonctions
Ministre de la Santé et de la Consommation d'Espagne

(1 an, 9 mois et 1 jour)
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero I
Prédécesseur Elena Salgado
Successeur Trinidad Jiménez
Biographie
Nom de naissance Bernat Soria Escoms
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Carlet (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Indépendant
Diplômé de Université de Valence
Profession Chercheur

Bernat Soria
Ministres de la Santé d'Espagne

Bernat Soria Escoms, né le à Carlet, est un chercheur et homme politique espagnol, ancien ministre de la Santé, entre 2007 et 2009.

BiographieModifier

Un spécialiste des cellules souchesModifier

Après avoir obtenu un doctorat de médecine à l'université de Valence, il devient coordinateur des questions de physiologie au sein de l'agence nationale d'évaluation et de prospective (ANEP), du ministère de l'Éducation et de la Science. Promu professeur des universités de physiologie en 1986 par l'université Miguel Hernández d'Elche, à Alicante, il en devient, onze ans plus tard, directeur de l'institut de bioingénérie.

Il quitte ensuite la Communauté valencienne pour l'Andalousie, où il obtient la chaire de physiologie de l'université Pablo de Olavide, à Séville, tout en étant choisi comme directeur du centre andalou de biologie moléculaire et de médecine régénérative (CABIMER), dépendant de la Junte d'Andalousie, en 2005.

Il a également été coordinateur du réseau européen de recherche sur les cellules souches.

Ministre de la Santé de ZapateroModifier

Le , Bernat Soria est nommé ministre de la Santé et de la Consommation dans le gouvernement du socialiste José Luis Rodríguez Zapatero, en remplacement d'Elena Salgado[1]. Il annonce quatre mois plus tard avoir accepté d'être tête de liste du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) dans la province d'Alicante pour les élections générales du 9 mars 2008[2].

À la suite du scrutin, il est reconduit dans ses fonctions ministérielles, mais se voit remplacé dès le par la socialiste Trinidad Jiménez, au cours d'un large remaniement gouvernemental[3].

Retour au monde de la rechercheModifier

À peine une semaine plus tard, il réintègre le CABIMER, en tant que chef de département et du plan andalou de thérapie cellulaire et de médecine régénérative[4]. Il renonce finalement à son mandat parlementaire le 30 octobre, expliquant que son emploi nécessitait qu'il s'y dédie à plein temps[5].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier