Bernard Schmeltz

haut fonctionnaire français
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Schmeltz.
Page d’aide sur l’homonymie Ne doit pas être confondu avec Bernard Schmetz.
Bernard Schmeltz
Bernard Schmeltz (Villabé- 2016-01-16 - IMG 1012 cropped).jpg
Fonctions
Préfet de la Côte-d'Or
Bourgogne-Franche-Comté
depuis le
Préfet de la Corse-du-Sud
Corse
-
Christophe Mirmand (d)
Josiane Chevalier (d)
Préfet de l'Essonne
-
Michel Fuzeau (d)
Josiane Chevalier (d)
Préfet de la Vendée
-
Préfet de Lot-et-Garonne
-
Lionel Beffre (en)
Secrétaire général de la préfecture d'Indre-et-Loire (d)
-
Secrétaire général de la préfecture de la Haute-Loire (d)
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Bernard Schmeltz né le à Paris XVe, est un haut fonctionnaire français[1], successivement préfet de département et préfet de région.

BiographieModifier

FamilleModifier

Bernard Schmeltz est né à Paris d'un père d'origine alsacienne, membre du Conseil d’État, et d'une mère corrézienne. Il est marié et père de deux enfants[1]

FormationModifier

Titulaire d'une licence en sciences économiques, d'une maîtrise en droit public, d'un diplôme d'études approfondies de l’institut d'études politiques de Paris, il est diplômé de l'ENA en 1988 (Promotion « Michel de Montaigne »)[1],[2].

CarrièreModifier

Haut-fonctionnaireModifier

En juin 1988, il est promu administrateur civil de 2e classe affecté au ministère de l'Intérieur, puis nommé sous-préfet de 2e classe, chef du cabinet du préfet de la région Île-de-France, préfet de Paris le 29 septembre suivant. Il est nommé directeur du cabinet du préfet du Finistère le , puis secrétaire général de la préfecture de la Haute-Loire le 2 mai 1991. Le 12 juin 1992, il est nommé inspecteur à l'inspection générale des finances[3].

Le , il est promu administrateur civil de 1ère classe puis nommé chef de cabinet du ministre d’État, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire le 17 septembre 1994. Le , il est promu administrateur civil hors-classe.

Il est nommé sous-préfet de 1re classe, secrétaire général de la préfecture d'Indre-et-Loire le 6 juin 1995, puis promu sous-préfet hors classe le . Le 20 février 2000, il est réintégré administrateur civil hors classe, nommé chargé de fonctions de sous-directeur du recrutement et de la formation. Le 28 avril 2002, il est reclassé administrateur civil hors classe, puis chef du service des étrangers et de la circulation transfrontière le 27 septembre 2002. Il est nommé directeur des ressources humaines du ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire le 3 mars 2005.

PréfetModifier

Il est nommé préfet de Lot-et-Garonne le 15 février 2010, succédant à Lionel Beffre. Il défend le projet de Ligne à grande vitesse, et établit le projet de schéma départemental de coopération intercommunale, la loi prévoyant que les communes devant rassembler au moins 5 000 personnes entraînant une réduction du tiers de nombre de structures[4],[5] et doit gérer le soutien à l'entreprise des parquets Marty [6].

Puis le 2 janvier 2012, il prend ses fonctions de préfet de la Vendée[7]. Il doit notamment gérer les conséquences de la tempête Xynthia et le projet controversé de port de plaisance de Bretignolles-sur-Mer, pour lequel la commission d’enquête avait délivré un avis négatif[8]. En août 2012, il rend public le plan de prévention du risque inondation (PPRI) pour les deux communes de La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer frappées par la tempête Xynthia en février 2010, il a fait inclure une prévision de hausse du niveau des mers ramenée de 100 à 60 centimètres[9], mais il est cependant contesté par certains habitants devant être expropriés[10] qui lui reprochent de rester « droit dans ses bottes »[11]. En octobre 2012, il poursuit la présentation du PPRI à Noirmoutier-en-l'Île et déclare : « Nous n’arrivons pas droit dans nos bottes ! Pas de certitudes mais des convictions, avec un objectif : pas de pertes humaines »[12]. Quatre ans après Xynthia, les expropriations avancent, pas sans les protestations des derniers résidents[13].

Nommé préfet de l'Essonne le 26 août 2013, il assume la création de la communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart [14], et il doit y gérer les dossiers de la Base aérienne 217 Brétigny-sur-Orge[15] de la radicalisation contre lequel il organise la formation de 3500 personnes[16] et du Plan vigipirate [17].

Préfet de régionModifier

Après l'Essonne, il est nommé, le 17 mai 2016, préfet de région de la Corse et préfet de la Corse-du-Sud. Il lance - parmi autres choses - dans le contexte du mouvement nationaliste le dicton « Il n'y a pas d'Etat colonial en Corse » [18]. Il s'oppose à la discrimination formulée par des nationalistes dans une charte pour l'emploi local[19]. À l'occasion d'une visite de Marine Le Pen du Front national, il a sous sa responsabilité les mésures de sécurité par rapport aux démonstrations de séparatistes et aux contre-démonstrations[20],[21],[22],[23].

Dans sa fonction de préfet de région, il est délégué de France Agrimer en Corse. Il participe activement à la lutte contre la Flavescence dorée sur l'île et il gère la crise de Xylella fastidiosa[24],[25].

Sous son préfectorat a été mise en place dans le cadre de la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République le la Collectivité de Corse, une Collectivité territoriale unique[26].

Le 22 mai 2018, il est nommé préfet de région de Bourgogne-Franche-Comté et préfet de la Côte-d'Or[27]. Il commence son préfectorat de région avec le dicton «La loi n'est pas un élément de négociation» [28]. Dans cette région aussi délégué de France Agrimer, il y continue la lutte contre la Flavescence dorée[29] et il intervient pour une libération de fonds de l'État pour la Route Centre Europe Atlantique qui permet d'ouvrir cette route 6 ans plus tôt[30],[31]. Fin août 2018, après l'expulsion de 67 étrangers en quête d'asile du squat Stalingrad à Dijon, il s'explique : « ces personnes ne sont pas des délinquants, bien qu'elles soient en contradiction parfois avec les règles d'entrée sur le territoire »[32].

DécorationsModifier

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Who's Who in France, édition 2012, p. 1947
  2. « Bernard SCHMELTZ, Préfet de la Vendée », sur le site de la préfecture de Vendée, (consulté le 18 septembre 2012).
  3. « Bernard Schmeltz, Préfet de la Vendée », sur le site du conseil général de la Vendée (consulté le 15 septembre 2012).
  4. « Intercommunalité : un puzzle de 15 pièces », sur le site du quotidien La Dépêche du midi, (consulté le 15 septembre 2012).
  5. « Bernard Schmeltz « je serais bien resté en Lot et Garonne un peu plus longtemps » », sur le site septgratuit.fr de la Sarl « ELC Presse », (consulté le 15 septembre 2012).
  6. « Cuzorn. Le préfet Bernard Schmeltz en visite chez Marty », sur le site du quotidien La Dépêche du midi, (consulté le 15 septembre 2012).
  7. « Bernard Schmeltz, nommé préfet de la Vendée », sur le site du conseil général de la Vendée (consulté le 15 septembre 2012).
  8. « Le nouveau préfet Bernard Schmeltz a pris ses fonctions », sur le site du quotidien Ouest France (consulté le 15 septembre 2012).
  9. « La Faute et L’Aiguillon ont le Plan de prévention des risques inondation en main », sur le site du quotidien Ouest France, (consulté le 15 septembre 2012).
  10. « A la Pointe de L’Aiguillon, les habitants manifestent contre les expropriations », sur le site maville.com de la SAS « OUEST FRANCE MULTIMEDIA » (consulté le 15 septembre 2012).
  11. « Xynthia. Le préfet veut aller au bout des expropriations à la Pointe de L’Aiguillon (Ouest France) », sur le site lafautesurmer.net (consulté le 19 octobre 2012).
  12. Philippe Gilbert, « L'Île de Noirmoutier pose son avenir face aux risques d'inondations », sur le site du quotidien Ouest France, (consulté le 19 octobre 2012).
  13. Pascal Charrier, Après Xynthia, les derniers résidents de la pointe de l’Aiguillon font de la résistance, La Croix, 30 septembre 2014
  14. Marie Bidault, Grand Paris Sud veut faire oublier sa naissance difficile, L’Écho, 23 mars 2016
  15. Marine Vallée, Le préfet de l'Essonne fixe les priorités pour 2014, La république du Centre, 4 février 2014
  16. Cécile Chevallier, Essonne : 3 500 personnes formées à repérer des signes de radicalisation, Le Parisien, 16 février 2016
  17. Laurane Sirenko, 13 janvier 2015 Plan vigipirate : le Préfet de l’Essonne en visite à Evry 2, Essonne.info, 13 janvier 2015
  18. I. Luccioni, Bernard Schmeltz : "Il n'y a pas d'Etat colonial en Corse", Corse-matin, 28 septembre 2017
  19. Kael Serreri, En Corse, une charte pour l’emploi local sème la discorde, La Libération, 4 juin 2017
  20. Guillaume Daudin, En Corse, le meeting de Marine Le Pen perturbé par des nationalistes, Public Sénat, 8 avril 2017
  21. Will, Kirby, Marine le Pen rally descends into violence as in Corsica nationalists storm venue, Express, 10 avril 2017
  22. Presidenziali: tutte le reazioni in Corsica in seguito agli scontri al comizio di Marine Le Pen, Corsica ggi, 10 avril 2017
  23. Pauline Moullot, Désintox. Non, le préfet n'a pas escorté les militants nationalistes corses au meeting de Marine Le Pen, La Libération, 9 avril 2017
  24. DRAAF Corse, Compte_rendu_CROPSAV_Vegetal_25-01-2018
  25. Charles Monti, Xylella fastidiosa en Corse : Le préfet "dénonce fermement la mise en cause des services de l’Etat", Corse-net infos, 10 avril 2018
  26. Interview du préfet de Région Bernard Schmeltz :« Je revendique notre île… “ l’usu corsu“… j’ai le droit aussi de me sentir corse… » , Le petit Corse, début 2018
  27. Stéphane Parry, Bernard Schmeltz nommé nouveau préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, France Bleu, 27 avril 2018
  28. Nicolas Richoffer, Bernard Schmeltz, nouveau Préfet de Région : «La loi n'est pas un élément de négociation», Infos Dijon, 23 mai 2018
  29. Arrêté prefectoral organisant la lutte contre la Flavescence dorée de la vigne et son vecteur en 2018 dans les départements de Côte-d'Or, de Saône-et-Loire, du Jura et de l'Yonne, 4 juin 2018
  30. Saone-et-Loire: Un accord a été trouvé pour le financement de la RCEA, Creuse-Info, 28 juin 2018
  31. Laurent Guillaume, Une avancée historique pour la RCEA !, Info Chalon, 29 juin 2018
  32. Nicolas Richoffer, Expulsion du squat Stalingrad à Dijon ; 67 étrangers contrôlés, dont 4 en situation irrégulière, Infos Dijon, 29 août 2018
  33. Décret du 14 mai 2004 portant promotion et nomination
  34. Décret du 14 mai 2013 portant promotion et nomination
  35. Décret du 6 avril 2007 portant promotion et nomination
  36. Décret du 13 juillet 2016 portant promotion et nomination