Ouvrir le menu principal

Liste des préfets de la Vendée

page de liste de Wikipédia

Préfet de la Vendée
Image illustrative de l’article Liste des préfets de la Vendée
Logotype des services de l’État dans la Vendée.

Image illustrative de l’article Liste des préfets de la Vendée
Titulaire actuel
Benoît Brocart
depuis le
(2 ans, 2 mois et 12 jours)
Création 28 pluviôse an VIII ()
Mandant Président de la République
Premier titulaire Jean-Baptiste-Antoine Faucheux
Résidence officielle Hôtel de préfecture (La Roche-sur-Yon)
Site internet Site officiel

La liste des préfets de la Vendée détaille l’ensemble des hauts fonctionnaires nommés à la tête des services de l’État dans le département de la Vendée sous les différents régimes politiques français depuis 1800.

La fonction de préfet, créée par la loi concernant la division du territoire de la République et l’administration, sous le Consulat, est pour la première fois exercée dans la Vendée par Jean-Baptiste-Antoine Faucheux, nommé le 21 ventôse an VIII ().

Benoît Brocart, désigné le par décret présidentiel, est l’actuel préfet de la Vendée depuis le .

HistoireModifier

Origine du préfetModifier

Le préfet est un haut fonctionnaire créé dans le cadre de la loi concernant la division du territoire de la République et l’administration du 28 pluviôse an VIII (). Ce dernier, placé à la tête de l’administration départementale, en est le seul chargé dans le département.

Dans le département de la Vendée, deux sous-préfets — celui de Montaigu et celui des Sables-d’Olonne — et le secrétaire général — à Fontenay-le-Peuple — le secondent dans le cadre des arrondissements. À partir de 1810, le secrétaire général administre l’arrondissement de Napoléon et deux sous-préfets sont placés à la tête de celui de Fontenay-le-Comte et des Sables-d’Olonne.

Évolution de la fonctionModifier

Sous la Deuxième République, entre le et le , le préfet est le « commissaire du Gouvernement provisoire ».

Le , Jean Schuhler est désigné commissaire de la République de la région de Poitiers — incluant les départements de la Charente, de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres, de la Vendée et de la Vienne — par le Gouvernement provisoire de la République française.

Par décrets du , la fonction de préfet devient celle de « commissaire de la République ». La qualité de préfet est cependant réinstaurée par le décret du .

Après la loi de décentralisation du et celles des et , certaines compétences traditionnellement imparties à l’État sont attribuées aux collectivités territoriales (régions, départements ou communes). De même, depuis ces textes législatifs, le pouvoir exécutif dans le département est partagé entre le représentant de l’État et le conseil départemental (« conseil général » avant 2015).

Singularités de préfets de la VendéeModifier

Depuis 1800, 83 préfets se sont succédé dans le département de la Vendée.

Le comte Ferri-Pisani, choisi par Napoléon Ier pour exercer les fonctions à son retour de l’île d’Elbe (1815), s’est acquitté de la position de préfet le moins longtemps, sous les Cent-Jours (1 mois et 2 jours)[a].

Nommé par Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, Alphonse-Charles Boby de La Chapelle est le seul préfet à avoir été nommé pour plus de 10 ans consécutifs[b].

Un seul préfet a été désigné plus d’une fois dans le département. Jean-Raymond-Prosper Gauja, a ainsi été nommé à trois reprises (1841, 1848 et 1871), sous trois régimes politiques différents (monarchie de Juillet, Deuxième République et Troisième République)[c].

Sous la Cinquième République, à 30 années d’intervalle, Jean-Paul Faugère, préfet de la Vendée en 2001, a été investi de la même fonction que son père Roland Faugère, en poste en 1971[1].

 
L’hôtel de préfecture de La Roche-sur-Yon en .

Siège de la préfectureModifier

À partir de germinal an VIII (), le préfet de la Vendée siège à l’hôtel de préfecture de Fontenay-le-Peuple, où se situe l’ensemble de l’administration de l’État dans le département. Le premier site préfectoral de la Vendée est constitué entre la voie principale (actuelle rue de Gaoua), une petite rue (actuelle rue Cavoleau) et un chemin se rejoignant au sud de la place d’Armes (actuelle place François-Viète)[2].

Par décret impérial du 5 prairial an XII (), le chef-lieu du département est transféré de Fontenay à La Roche-sur-Yon[3], qui devient, par arrêté préfectoral du 10 fructidor an XII () la commune de Napoléon[4]. En outre, la loi du , qui supprime l’arrondissement de Montaigu, transforme officiellement Fontenay en sous-préfecture et Napoléon en préfecture.

Un nouvel hôtel de préfecture est construit à partir de 1806 à l’initiative de Napoléon Ier. Celui-ci, achevé en 1818, est occupé par le préfet à la fin des années 1810. Il se situe actuellement rue Delille, à La Roche-sur-Yon.

Liste des préfets par période de nominationModifier

La liste suivante présente les préfets nommés dans le département selon le régime politique.

ConsulatModifier

Préfets de la Vendée nommés sous la République française (Consulat)
Identité Décret de nomination Premier consul Période Précédent poste
Jean-Baptiste-Antoine Faucheux[d] 21 ventôse an VIII Napoléon Bonaparte 19 germinal an VIII9 frimaire an IX
(7 mois et 21 jours)
Jean-François Merlet[e] 9 frimaire an IX 25 nivôse an IX
(8 ans et 28 jours)

Premier EmpireModifier

Préfets de la Vendée nommés sous l’Empire français (Premier Empire)
Identité Décret de nomination Empereur Période Précédent poste
Baron Prosper Brugière de Barante[f] Napoléon Ier
(4 ans et 13 jours)
Sous-préfet de Bressuire (1807-1809), dans les Deux-Sèvres
Anne-Léonard-Camille Basset de Chateaubourg[g]
(1 an, 1 mois et 28 jours)
Sous-préfet de Corbeil (1808-1813), en Seine-et-Oise

Première RestaurationModifier

Préfet de la Vendée nommé sous le royaume de France (Première Restauration)
Identité Ordonnance de nomination Roi Période Précédent poste
Nicolas Frémin de Beaumont[h] Louis XVIII
(8 mois et 8 jours)
Préfet des Bouches-du-Rhin (1810-1814)

Cent-JoursModifier

Préfets de la Vendée nommés sous l’Empire français (Cent-Jours)
Identité Décret de nomination Empereur Période Précédent poste
Jean-Pierre,
baron Boullé
[i]
et Napoléon Ier
(1 mois et 19 jours)
Préfet des Côtes-du-Nord (1800-1814)
Paul-Félix,
comte Ferri-Pisani,
comte de Saint-Anastase
[a]

(1 mois et 2 jours)
Conseiller d’État du royaume d’Espagne (1808-1813)

Seconde RestaurationModifier

Préfets de la Vendée nommés sous le royaume de France (Seconde Restauration)
Identité Ordonnance de nomination Roi Période Précédent poste
Pierre-Joseph-Jacques de Maleville[j] Louis XVIII
(2 mois et 16 jours)
Léonard-Félix de Roussy de Sales[k] [α]
(8 mois et 18 jours)
Préfet des Ardennes (1814-1815)
Ferdinand-Marie-Louis,
comte de Waters
[l]

(5 mois et 13 jours)
Préfet de la Creuse (1815-1816)
Comte Urbain-François-Marie de Kerespertz[m]
(1 an et 10 mois)
Sous-préfet de Fougères (1814-1817), en Ille-et-Vilaine
Jean-Baptiste de Rogniat[n]
(1 an, 5 mois et 8 jours)
Préfet des Ardennes (1815-1816)
François de Courpon[o]
(1 an, 10 mois et 19 jours)
Sous-préfet de Béziers (1817-1820), dans l’Hérault
François-Boleslas-Casimir Duval de Chassenon,
vicomte de Curzay
[p]

(4 ans, 10 mois et 14 jours)
Préfet des Côtes-du-Nord (1822)
Charles X
Louis-Antoine-Ange-Élysée,
vicomte de Suleau
[q]

(5 mois et 21 jours)
Préfet de Vaucluse (1824-1827)
Marie-Joseph,
marquis de Foresta[r]

(1 an, 11 mois et 19 jours)
Préfet de la Meurthe (1824-1828)
François-Marie-Gabriel,
vicomte d’Audéric[s]

(1 mois et 24 jours)
Préfet des Basses-Alpes (1828-1830)

Monarchie de JuilletModifier

Préfets de la Vendée nommés sous le royaume de France (monarchie de Juillet)
Identité Ordonnance de nomination Roi Période Précédent poste
Comte Emmanuel-Armand-Jean-Bénédicte de Sainte-Hermine[t] Louis-Philippe Ier
(2 ans, 1 mois et 2 jours)
Christophe-Alexis-Adrien de Jussieu[u]
(5 mois et 10 jours)
Préfet de la Mayenne (1822)
Jacques-Christian Paulze d’Ivoy[v]
(8 ans et 3 mois)
Préfet du Rhône (1830-1833)
Jean-Raymond-Prosper Gauja[c]
(6 ans, 7 mois et 11 jours)
Préfet du Pas-de-Calais (1840-1841)

Gouvernement provisoireModifier

Commissaire de la République de la Vendée nommé sous la République française (Gouvernement provisoire)
Identité Décret de nomination Chef d’État Période Précédent poste
François-Joseph Grille[w] Jacques-Charles Dupont
(3 mois et 9 jours)

Deuxième RépubliqueModifier

Préfets de la Vendée nommés sous la République française (Deuxième République)
Identité Décret de nomination Chef d’État Période Précédent poste
Jean-Raymond-Prosper Gauja[c] Louis-Eugène Cavaignac
(3 mois et 5 jours)
Préfet de la Vendée (1841-1848)
Jean-Marie-Gustave Cazavan[x]
(1 mois et 11 jours)
Préfet de la Haute-Garonne (1848)
Casimir-Jean-Baptiste Bonnin[y] Louis-Napoléon Bonaparte
(2 ans, 8 mois et 12 jours)
Sous-préfet de Fontenay-le-Comte (1848), dans la Vendée
Alphonse-Charles Boby de La Chapelle[b]
(10 ans, 3 mois et 24 jours)
Sous-préfet de Saumur (1848-1851), en Maine-et-Loire

Second EmpireModifier

Préfets de la Vendée nommés sous l’Empire français (Second Empire)
Identité Décret de nomination Empereur Période Précédent poste
Honoré-Hippolyte Girard de Villesaison[z] Napoléon III
(3 ans, 7 mois et 18 jours)
Préfet de la Haute-Marne (1856-1862)
Jean-Jacques Poussou,
marquis de Fonbrune[aa]

(3 ans, 11 mois et 22 jours)
Sous-préfet de Lunéville (1859-1865), dans la Meurthe
Antoine-François Pugliesli-Conti[ab]
(10 mois et 3 jours)
Sous-préfet de Boulogne-sur-Mer (1866-1869), dans le Pas-de-Calais

Gouvernement de la Défense nationaleModifier

Préfet de la Vendée nommé sous la République française (Gouvernement de la Défense nationale)
Identité Décret de nomination Chef d’État Période Précédent poste
Georges Coulon[ac] Louis-Jules Trochu
(6 mois et 14 jours)

Troisième RépubliqueModifier

Préfets de la Vendée nommés sous la République française (Troisième République)
Identité Décret de nomination Président Période Précédent poste
Jean-Raymond-Prosper Gauja[c] Adolphe Thiers
(2 ans, 6 mois et 17 jours)
Préfet de la Loire-Inférieure (1848-1852)
Paul Duphénieux[ad] Patrice de Mac Mahon
(3 ans, 2 mois et 12 jours)
Préfet du Jura (1876)
Raymond Saisset-Schneider[ae]
(4 mois et 6 jours)
Sous-préfet de Rambouillet (1874), en Seine-et-Oise
Arthur-Henri Faret,
marquis de Fournès[af]

(6 mois et 25 jours)
Préfet de la Savoie (1873-1876)
Albert-Victor,
baron Girardin[ag]

(4 ans et 25 jours)
Sous-préfet de Thiers (1877), dans le Puy-de-Dôme
Auguste Calvet[ah] Jules Grévy
(3 ans et 3 mois)
Sous-inspecteur des Forêts à l’administration des Eaux et Forêts
Gabriel Bouffet[ai]
(1 an, 9 mois et 1 jour)
Secrétaire général de la préfecture du Nord (1879-1885)
Edmond Robert[aj]
(2 ans, 11 mois et 20 jours)
Préfet de l’Ardèche (1879-1881)
Georges Louvel[ak] Sadi Carnot
(2 ans, 9 mois et 30 jours)
Sous-préfet de Brest (1888-1890), dans le Finistère
Louis Liégey[al]
(2 ans, 1 mois et 4 jours)
Sous-préfet de Rochefort (1889-1893), dans la Charente-Inférieure
André de Joly[am] Félix Faure
(4 ans, 6 mois et 25 jours)
Préfet de la Creuse (1893-1895)
Eugène Plantié[an] Émile Loubet
(2 ans, 11 mois et 8 jours)
Sous-préfet d’Abbeville (1896-1899), dans la Somme
Jules d’Auriac[ao]
(3 ans et 2 mois)
Préfet de la Creuse (1900-1902)
Jean Branet[ap]
(1 an, 7 mois et 10 jours)
Secrétaire général de la préfecture de la Gironde (1900-1905)
Charles Dupré[aq] Armand Fallières
(1 an, 1 mois et 18 jours)
Sous-préfet de Narbonne (1902-1905), dans l’Aude
Raymond Le Bourdon[ar]
(2 ans et 2 jours)
Sous-préfet d’Autun (1904-1908), en Saône-et-Loire
Pierre Blanc[as]
(2 ans, 6 mois et 2 jours)
Préfet de la Haute-Loire (1907-1910)
Fernand Tardif[at] Raymond Poincaré
(7 ans et 27 jours)
Sous-préfet de Vienne (1907-1910), dans l’Isère
Alfred Baffrey[au] Paul Deschanel
(5 ans, 10 mois et 27 jours)
Sous-préfet de Rochefort (1919-1920), dans la Charente-Inférieure
André Jozon[av] Gaston Doumergue
(3 ans, 11 mois et 12 jours)
Préfet du Territoire-de-Belfort (1925-1926)
Paul Chiraux[aw]
(3 ans, 10 mois et 17 jours)
Sous-préfet de Reims (1926-1930), dans la Marne
Raoul-Stéphane Moreau[ax] Albert Lebrun
(5 ans, 6 mois et 2 jours)
Préfet de l’Ariège (1933-1934)
Raoul Catusse[ay]
(7 mois et 9 jours)
Préfet de la Loire-Inférieure (1936)

État françaisModifier

Préfets de la Vendée nommés sous l’État français (régime de Vichy)
Identité Décret de nomination Chef d’État Période Précédent poste
Gaston Jammet[az] Philippe Pétain
(3 ans, 11 mois et 13 jours)

Gouvernement provisoire de la République françaiseModifier

Préfets de la Vendée nommés sous la République française (Gouvernement provisoire de la République française)
Identité Décret de nomination Chef d’État Période Précédent poste
Léon Martin[ba] Charles de Gaulle
(9 mois et 26 jours)
Secrétaire particulier du président du Conseil pendant le cabinet Clemenceau (1917-1920)
Raymond Vivant[bb]
(3 ans, 7 mois et 14 jours)
Sous-préfet d’Abbeville (1943-1944), dans la Somme

Quatrième RépubliqueModifier

Préfets de la Vendée nommés sous la République française (Quatrième République)
Identité Décret de nomination Président Période Précédent poste
Christian Lobut[bc] Vincent Auriol
(2 ans, 4 mois et 27 jours)
Georges Cathal[bd]
(2 ans, 6 mois et 11 jours)
Secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin (1944-1946)
Jean Perreau-Pradier[be]
(2 ans, 2 mois et 27 jours)
Préfet de la Drôme (1949-1954)
Jean Wolff[bf] René Coty
(3 ans, 9 mois et 7 jours)
Préfet des Deux-Sèvres (1951-1956)

Cinquième RépubliqueModifier

Préfets de la Vendée nommés sous la République française (Cinquième République)[β]
Identité Décret de nomination Président Période Précédent poste
Jean Canet[bg] Charles de Gaulle
(2 ans, 6 mois et 27 jours)
Préfet des Vosges (1957-1959)
Joseph Lenoir[bh]
(3 ans, 1 mois et 28 jours)
Sous-préfet de Toulon (1962-1963), dans le du Var
Jean Reiller[bi]
(4 ans, 5 mois et 25 jours)
Secrétaire général de la préfecture de la Gironde (1960-1966)
Roland Faugère[bj] Georges Pompidou
(1 an, 7 mois et 6 jours)
Sous-préfet de Toulon (1967-1970), dans le du Var
Roger Ninin[bk]
(2 ans et 8 mois)
Préfet, directeur du cabinet du préfet de la région parisienne (1968-1972)
Jean-Baptiste Prot[bl] Valéry Giscard d’Estaing [γ]
(2 ans, 7 mois et 17 jours)
Préfet de l’Aveyron (1974-1975)
Michel Gillard[bm]
(3 ans, 5 mois et 26 jours)
Sous-préfet de Montmorency (1974-1978), dans le Val-d’Oise
Dominique Le Vert[bn] François Mitterrand
(1 an, 10 mois et 22 jours)
Préfet de l’Indre (1979-1981)
Raymond Jaffrezou
(2 ans, 8 mois et 24 jours)
Préfet puis commissaire de la République de la Dordogne (1980-1983)
Christian Tracou
(3 ans, 3 mois et 15 jours)
Commissaire de la République des Deux-Sèvres (1982-1986)
Jacques Roynette
(1 an, 10 mois et 27 jours)
Commissaire de la République puis préfet des Côtes-du-Nord (1986-1989)
Bernard Raffray
(6 mois et 16 jours)
Directeur des services administratifs et financiers du premier ministre (1985-1991)
Jean-Yves Audouin
(1 an, 7 mois et 20 jours)
Préfet du Lot (1989-1992)
Philippe Callède
(2 ans et 10 jours)
Préfet des Ardennes (1990-1994)
Pierre Mirabaud Jacques Chirac
(2 ans, 2 mois et 24 jours)
Préfet de la Corèze (1993-1996)
Paul Masseron[5]
(3 ans, 1 mois et 23 jours)
Préfet de l’Allier (1993-1998)
Jean-Paul Faugère[1]
(9 mois et 22 jours)
Préfet de Loir-et-Cher (1997-2001)
Jean-Claude Vacher[6]
(2 ans, 5 mois et 2 jours)
Préfet des Ardennes (2000-2002)
Christian Decharrière[7]
(2 ans, 5 mois et 25 jours)
Préfet de la Drôme (2002-2004)
Thierry Lataste[8] Nicolas Sarkozy
(2 ans, 5 mois et 27 jours)
Préfet des Pyrénées-Orientales (2004-2007)
Jean-Jacques Brot[9]
(1 an, 9 mois et 23 jours)
Préfet d’Eure-et-Loir (2007-2010)
Bernard Schmeltz[10]
(1 an, 6 mois et 20 jours)
Préfet de Lot-et-Garonne (2010-2011)
Jean-Benoît Albertini[11] François Hollande
(3 ans, 8 mois et 28 jours)
Secrétaire général adjoint, directeur de la Modernisation et de l’Action territoriale au ministère de l’Intérieur (2010-2013)
Benoît Brocart[12] Emmanuel Macron En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 12 jours)
Directeur de l’immigration à la direction générale des Étrangers en France (2014-2017)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Nommé « commissaire du roi » le , il entre en fonction le ad interim. Le , il est désigné préfet.
  2. Sous le deuxième gouvernement de Pierre Mauroy, par décrets du , la notion de préfet est supprimée au profit de celle de commissaire de la République. Elle est restaurée par décret du sous le second gouvernement de Jacques Chirac.
  3. Jean-Baptiste Prot décède en cours de fonction, le .

RéférencesModifier

  1. a et b « Ferri-Pisani de Saint-Anastase, Paul-Félix », [lire en ligne].
  2. a et b « Boby de La Chapelle, Alphonse-Charles », [lire en ligne].
  3. a b c et d « Gauja, Jean-Raymond-Prosper-Mélanie-Thérèse », [lire en ligne].
  4. « Faucheux, Jean-Baptiste-Antoine », [lire en ligne].
  5. « Merlet, Jean-François-Honoré », [lire en ligne].
  6. « Brugière de Barante, Prosper-Amable-Guillaume », [lire en ligne].
  7. « Basset de Chateaubourg, Camille-Anne-Léonard », [lire en ligne].
  8. « Frémin de Beaumont, Nicolas », [lire en ligne].
  9. « Boullé, Jean-Pierre », [lire en ligne].
  10. « Maleville, Pierre-Joseph-Jacques de », [lire en ligne].
  11. « Roussy de Sales, Léonard-Félix de », [lire en ligne].
  12. « Waters, Ferdinand-Marie-Louis de », [lire en ligne].
  13. « Kerespertz, Urbain-François-Marie de », [lire en ligne].
  14. « Rogniat, Jean-Baptiste de », [lire en ligne].
  15. « Courpon, François de », [lire en ligne].
  16. « Du Val de Chassenon de Curzay, François-Boleslas-Casimir », [lire en ligne].
  17. « Suleau, Louis-Antoine-Ange-Élysée de », [lire en ligne].
  18. « Foresta-Collongue, Marie-Joseph de », [lire en ligne].
  19. « Audéric de Lastours, François-Marie-Gabriel d’ », [lire en ligne].
  20. « Sainte-Hermine, Emmanuel-Armand-Jean-Bénédicte de », [lire en ligne].
  21. « Jussieu, Christophe-Alexis-Adrien de », [lire en ligne].
  22. « Paulze d’Ivoy, Jacques-Christian », [lire en ligne].
  23. « Grille, François-Joseph », [lire en ligne].
  24. « Cazavan, Jean-Marie-Gustave », [lire en ligne].
  25. « Bonnin, Casimir-Jean-Baptiste », [lire en ligne].
  26. « Girard de Villesaison, Honoré-Hippolyte », [lire en ligne].
  27. « Poussou de Fonbrune, Jean-Jacques », [lire en ligne].
  28. « Pugliesli-Conti, Antoine-François », [lire en ligne].
  29. « Coulon, Georges », [lire en ligne].
  30. « Duphénieux, Paul-Jean-Jacques-Bertrand-Claude-Martin-Benoît », [lire en ligne].
  31. « Saisset-Schneider, Raymond-Virgile », [lire en ligne].
  32. « Faret de Fournès, Arthur-Henri », [lire en ligne].
  33. « Girardin, Albert-Victor », [lire en ligne].
  34. « Calvet, Auguste-Pierre-Fulcran », [lire en ligne].
  35. « Bouffet, Gabriel-Alexis », [lire en ligne].
  36. « Robert, Edmond-François-Marie », [lire en ligne].
  37. « Louvel, Georges-Pierre-Marie-Désiré », [lire en ligne].
  38. « Liégey, Louis-Nicolas-Pierre », [lire en ligne].
  39. « Joly, André-Marie-Jean-Henri », [lire en ligne].
  40. « Plantié, Eugène-Jean-Baptiste-Marie », [lire en ligne].
  41. « Auriac, Jules-Eugène d’ », [lire en ligne].
  42. « Branet, Jean-François-Marie-Louis », [lire en ligne].
  43. « Dupré, Charles-Jean-Baptiste », [lire en ligne].
  44. « Le Bourdon, Raymond-Joseph-Marie », [lire en ligne].
  45. « Blanc, Pierre-Marie-Joseph », [lire en ligne].
  46. « Tardif, Fernand-Antoine », [lire en ligne].
  47. « Baffrey, Alfred-Jean-Baptiste-Joseph-Meinrad », [lire en ligne].
  48. « Jozon, André », [lire en ligne].
  49. « Chiraux, Paul », [lire en ligne].
  50. « Moreau, Raoul-Stéphane », [lire en ligne].
  51. « Catusse, Raoul-Georges-Louis », [lire en ligne].
  52. « Jammet, Gaston-Albert », [lire en ligne].
  53. « Martin, Léon-Pierre », [lire en ligne].
  54. « Vivant, Raymond-Pierre », [lire en ligne].
  55. « Lobut, Christian-Pierre-Joseph-Roger », [lire en ligne].
  56. « Cathal, Georges », [lire en ligne].
  57. « Perreau-Pradier, Jean-François-Pierre », [lire en ligne].
  58. « Wolff, Jean », [lire en ligne].
  59. « Canet, Jean-Eugène-Louis-Paul », [lire en ligne].
  60. « Lenoir, Joseph-Victor-Jacques-Guy », [lire en ligne].
  61. « Reiller, Jean-Vincent-Albert », [lire en ligne].
  62. « Faugère, Roland », [lire en ligne].
  63. « Ninin, Roger-Gaston-Albert », [lire en ligne].
  64. « Prot, Jean-Baptiste-Pierre », [lire en ligne].
  65. « Gillard, Michel-Léon-Gaston », [lire en ligne].
  66. « Le Vert, Dominique-Jean-Louis », [lire en ligne].
  • Autres références.
  1. a et b Alain Legoupil, « Jean-Paul Faugère nouveau préfet », Ouest-France,‎ .
  2. Boudhors, « Vente de l’ancien hôtel de la préfecture : plan général » (Fi 1 O 305-1), 27 prairial an XIII, dans Cl. Baty, Plans d’édifices (L’Aiguillon-sur-Mer à Givrand), 2007 (collection des archives départementales de la Vendée) [lire en ligne].
  3. Lévêque 1998, p. 14.
  4. Lévêque 1998, p. 118.
  5. « Le préfet Masseron prend ses fonctions », Ouest-France,‎ .
  6. « Jean-Claude Vacher, nouveau préfet », Ouest-France,‎ .
  7. « Les adieux et derniers vœux du préfet », Ouest-France,‎ .
  8. « Le nouveau préfet a pris ses fonctions », Ouest-France,‎ .
  9. « Le préfet Jean-Jacques Brot prend ses fonctions », Ouest-France,‎ .
  10. Philippe Écalle, « Le nouveau préfet a pris ses fonctions », Ouest-France,‎ .
  11. Joël Bigorgne, « Le nouveau préfet prend le pouls du département », Ouest-France,‎ .
  12. Elsa Vande Wiele, « Le nouveau préfet de Vendée fixe ses priorités », Ouest-France,‎ .

BibliographieModifier

AnnexesModifier