Ouvrir le menu principal
Benoît de Cornouaille
Fonctions
Évêque de Nantes
Biographie
Décès
Activité
PrélatVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie

Benoît de Cornouaille († 1115), abbé de l'Abbaye Sainte-Croix de Quimperlé en 1066, et évêque de Nantes de 1079/1081 à 1114.

Benoît ou Benedict est le fils cadet d'Alain Canhiart († 1058) comte de Cornouaille et de son épouse Judith de Nantes[1]

D'abord moine à l'abbaye de Landévennec, Benoît fils du fondateur devient abbé de Sainte-Croix de Quimperlé en 1066 l'année même où son frère aîné Hoël peut prétendre au titre de duc. Son prédécesseur Jungomarc'h élu en 1059 et crédité d'un abbatiat de 7 ans continue toutefois d'apparaître à ses côtés jusqu'à sa propre mort en 1088. Sous l'abbatiat de Benoît la communauté connait une croissance constante et l'on compte une trentaine de moines dans les actes jusqu'en 1081[2]

Selon le cartulaire de Quimperlé le pape Grégoire VII dans une bulle du 25 mars 1078 prend sous sa protection le monastère de Sainte-Croix avec toutes ses possessions. À la suite de la mort de son frère l'évêque Guérech II de Cornouaille, Benoît est désigné pour occuper le siège épiscopal de Nantes en 1079, il n'est toutefois consacré qu'en 1081. Dans le contexte de l'achèvement de la réforme du clergé séculier soutenue par son neveu le duc Alain IV de Bretagne, Benoît réunit un concile à Nantes en 1105[3].

En 1114 du fait de son grand âge Benoît résigne volontairement ses fonctions. Il désigne comme successeur à Sainte-Croix l'abbé Gurhuand († 1131) pendant qu'à l'évêché de Nantes Robert Ier lui succède pour seulement un an avant l'élection en 1115 de Brice († 1140) [4]. Benoît meurt l'année suivante en 1115 selon ses obituaires [5].

Notes et référencesModifier

  1. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècles Ouest-France Université Rennes (1987) (ISBN 2 7373 00142) « Dynastie des comtes de Cornouaille » p. 61
  2. Joëlle Quaghebeur La Cornouaille du IXe au XIIe siècles PUR Rennes (2002) (ISBN 2 868477437) p. 165 .
  3. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 68
  4. selon le cartulaire de Quimperlé cité par Joëlle Quaghebeur op.cit p. 263 note no 499 « MCXIV Benedictus, Alani Cornugallie consulis filius, Nannetice ecclesie sedem et abbatie Kemperelegiensis regimen, confectus senio, sponte dimisit, et in hoc anno unum de suis monachum, nomine Gurhandum ».
  5. Joëlle Quaghebeur op.cit p. 267 note no 518 « MCXV Benedictus episcopus Nannetensis et abbas Sancte Crucis transit ».

SourcesModifier