Beaubreuil

établissement humain en France

Beaubreuil
Beaubreuil
Le centre commercial de Beaubreuil vu depuis l'A20
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Ville Limoges
Canton Limoges-La Bastide
Limoges-Vigenal
Conseil de quartier Beaubreuil-Limoges Nord
Démographie
Population 10 000 hab.[4] (2015)
Densité 4 348 hab./km2
Fonctions urbaines Résidentielle
Étapes d’urbanisation années 1970
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 31″ nord, 1° 17′ 44″ est
Altitude 350 m
Superficie 230 ha = 2,3 km2
Transport
Bus 101820
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Limoges
Voir sur la carte administrative de Limoges
City locator 14.svg
Beaubreuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaubreuil

Beaubreuil est le plus grand quartier extérieur de Limoges (Haute-Vienne), s'étendant sur environ 230 hectares, et l'un des plus peuplés[5]. Totalement séparé du tissu urbain central de la ville par le bois de la Bastide, son architecture est typique d'une zone d'aménagement concerté des années 1970 à 1990, alternant grands ensembles, zones pavillonnaires et espaces commerciaux.


GéographieModifier

SituationModifier

Le quartier de Beaubreuil est situé au nord de la ville, dont il est séparé morphologiquement par le bois de la Bastide. Il est délimité à l'est par les prés et bois du lieu-dit Juillac et le Technopôle ESTER, et par la RD 142, qui joint la Gare des Bénédictins) au lieu-dit « Les Bardys », situé entre Le Palais-sur-Vienne, Saint-Priest-Taurion et Rilhac-Rancon. À l'ouest, l'autoroute A 20 le sépare de la zone industrielle Nord. Au nord, Beaubreuil est bordé par le lieu-dit Grossereix et la RD 914, qui relie Limoges à Guéret via Ambazac.

Morphologie urbaineModifier

Le quartier de Beaubreuil est constitué de barres d'immeubles, de lotissements pavillonnaires et d'équipements municipaux et commerciaux.

  • Au nord-est (Haute et Petite Mazelle), et au sud (Homérides...) se trouvent les lotissements pavillonnaires.
  • Au centre et au nord-ouest, les barres d'immeubles. Les deux artères principales du quartier HLM sont la rue Rhin-et-Danube et la rue Fabre-d'Eglantine.
  • À l'ouest se situe le centre commercial Cora (1988), anciennement Radar (1972), qui regroupe d'autres enseignes au sein du centre commercial La Coupole.
  • L'ensemble est bordé du nord-ouest au sud-ouest par l'Autoroute A20 qui le sépare de la Zone Industrielle Nord.
  • L'extension des activités économiques de Limoges par la construction du parc d'activité de la Grande Pièce au nord-est jusqu'à la zone d'activité du Chatenet du Palais/Vienne renforcera cet effet frontière entre le quartier et la campagne environnante.
  • De fait, le bois de La Bastide avec le Zénith de Limoges et l'Aquapolis (tous trois hors quartier mais relativement proches) constituera une zone récérative importante qui débute par le centre culturel municipal.

ActivitésModifier

Le centre commercial Cora (1988), anciennement Radar (1972), qui regroupe d'autres enseignes au sein du centre commercial La Coupole, occupe une place importante. Juste à côté de ce dernier se trouve également le centre culturel municipal Jean Moulin.

Le gymnase du Petit Beaubreuil ainsi que la maison des associations de Beaubreuil (tour regroupant des dizaines d'associations dont la radio associative Beaub'FM) et une bibliothèque qui dépend du réseau des bibliothèques municipales de Limoges ne sont pas éloignés les uns des autres.

La politique envers les jeunes a été complétée en 2019 : dans le cadre du programme du rénovation urbaine du quartier, l’ancien hôpital de jour a été entièrement réaménagé en pôle enfance : le pôle jeunesse Sanfourche[6] . Il regroupe dans l'ancien espace Marcel-Proust l'association BVL (Beaubreuil Vacances Loisirs), une antenne Relais d'assistantes maternelles et un centre social. Il dispose d'une ludothèque et d’un accueil de loisirs (ALSH) pour adolescents.

Beaubreuil possède plusieurs lieux de culte :

- une église, Saint Martial de Beaubreuil, dont la construction date de 1981.

- un temple bouddhiste Khmer inauguré en 2017.

- une mosquée (Badr) gérée par l'Association des musulmans de Beaubreuil.

- une salle de prière, gérée par l'association culturelle des Turcs de Limoges.

On trouve dans ce quartier deux collèges : Anatole France et Firmin Roz.

Une des deux entrée du quartier est dominée par l'usine d'incinération, à la double cheminée noire et rouge[7] et le château d'eau[8].

TransportsModifier

L'A 20 dessert l'ensemble du quartier par 2 échangeurs complets : le no 29 et le no 31. Beaubreuil est desservi par plusieurs routes départementales ; la RD 142 (avenue de Faugeras) et la RD 250.

L'accès à Beaubreuil est facilité par la présence de nombreux axes routiers secondaires et la bonne desserte de bus, notamment la ligne 10 qui serpente dans le quartier avant de descendre vers Limoges centre-ville. Le quartier est desservi par les lignes : 101820

HistoireModifier

Beaubreuil a été constitué comme quartier urbain dans les années 1970 à partir d'une Zone d'aménagement concerté (ZAC), sur le modèle des villes nouvelles comme Grigny 2 ou La Grande Borne. Les premiers immeubles ont été construits en 1972[9]. Son but était de créer une mixité sociale en mélangeant barre d'habitations en HLM et petits pavillons, ces derniers permettant l’accès à la propriété[10].

C'est aussi une Zone urbaine sensible depuis 1996 (décret n°96-1156[11]) et bénéficie du classement Zone de redynamisation urbaine[12] depuis 1996 (décrets n° 96-1157[13] et n° 96-1158[14]).

Notes et référencesModifier

  1. [1]
  2. [2]
  3. https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/beaubreuil-un-ilot-politiquement-desenchante-dans-la-ville-de-limoges_13734638/#refresh
  4. 5 640 (QP de Beaubreuil) [1] sur une population totale de 10000 habitants environ ; près de 1100 pour le journal local, le Populaire du Centre : [2]; [3]
  5. « Plan Stratégique Local de Limoges », sur haute-vienne.gouv.fr, (consulté le 14 juin 2019)
  6. « Anru - Limoges », sur Agence nationale pour la rénovation urbaine (consulté le 19 juillet 2020)
  7. Jean-Marie Arnal, Nassuf Djailani, Philippe Ruisseaux, « Dans les coulisses d'un incinérateur à Limoges », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 7 avril 2020)
  8. Architecte : Lionel BLEUSET (1976). Labellisé Patrimoine du XXe siècle par arrêté du 25 mars 2002.
  9. François Clapeau, « Il y a 45 ans à Limoges, Beaubreuil sortait de terre. », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, 21/05/2017 à 17:31 (consulté le 7 avril 2020)
  10. « Il y a 45 ans à Limoges, Beaubreuil sortait de terre », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 7 avril 2020)
  11. Décret n°96-1156 du 26 décembre 1996 fixant la liste des zones urbaines sensibles, (lire en ligne)
  12. https://sig.ville.gouv.fr/atlas/ZUS/
  13. Décret n°96-1157 définissant les zones de redynamisation urbaine en France métropolitaine, (lire en ligne)
  14. Décret n°96-1158 du 26 décembre 1996 fixant la liste des zones de redynamisation urbaine des communes des départements d'outre-mer, (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier