Ouvrir le menu principal
Bataille de Winterthour
Description de cette image, également commentée ci-après
Théâtre des opérations lors de la bataille.
Informations générales
Date
Lieu Winterthour, Suisse
Issue Victoire autrichienne
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-EmpireDrapeau de la France République française
Commandants
Friedrich von Hotze
Friedrich Joseph
Michel Ney
Forces en présence
8 000 hommes[1]7 000 hommes[2]
Pertes
1 000 tués, blessés ou disparus800 tués, blessés ou disparus
4 canons

Seconde Coalition

Batailles

Guerre de la Deuxième Coalition
St George's Caye (navale) · Nicopolis · Corfou · Copenhague (navale) · Algésiras (navale)


Campagne de Hollande
Callantsoog · Vlieter · Zyp · Bergen · Alkmaar · Castricum


Campagne de Suisse
Ostrach · Feldkirch · 1re Stockach · Winterthour · 1re Zurich · Saint-Gothard · 2e Zurich · Engen · 2e Stockach · Moesskirch · Biberach · Erbach · Höchstädt · Ampfing · Hohenlinden


Campagne d'Égypte
Prise d'Alexandrie · Chebreiss · Pyramides · 1re Aboukir · Sédiman · Caire · El Arish · Jaffa · Saint-Jean-d'Acre · Mont-Thabor · 2e Aboukir · Damiette · Héliopolis · 3e Aboukir · Mandora · Canope · Siège d'Alexandrie


2e Campagne d'Italie
Vérone · Magnano · Cassano · Bassignana · Trebbia · Mantoue · Novi · Genola · Montebello · Gênes · Marengo · Pozzolo

Coordonnées 47° 30′ nord, 8° 45′ est

Géolocalisation sur la carte : canton de Zurich

(Voir situation sur carte : canton de Zurich)
Bataille de Winterthour

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Bataille de Winterthour

La bataille de Winterthour se déroula le entre des éléments de l'armée du Danube et de l'armée des Habsbourg, commandés par Friedrich von Hotze durant la Deuxième Coalition lors des guerres de la Révolution française pour le contrôle du village de Winterthour, situé à 18 kilomètres au nord-est de Zurich en Suisse. En raison de sa position à la jonction de sept carrefours et donnant accès sur le Rhin, ce village revêtait une importance stratégique.

Sommaire

Contexte historiqueModifier

À la mi-mai 1799, les Autrichiens commandés par Heinrich von Bellegarde avaient pris le contrôle de certaines parties de la Suisse et étaient parvenues à repousser les Français hors du canton des Grisons. Après avoir vaincu l'armée du Danube forte de 25 000 hommes de Jean-Baptiste Jourdan lors des batailles d'Ostrach et de Stockach, la principale armée autrichienne, sous le commandement de l'archiduc Charles-Louis, franchit le Rhin au niveau de la ville suisse de Schaffhouse afin de se regrouper avec les armées de Hotze et de Friedrich-Joseph, comte de Nauendorf, sur les plaines environnantes de Zürich.

Ordre de batailleModifier

AutricheModifier

Sous le commandement de Friedrich von Hotze :

  • 12e régiment d'infanterie Manfredini (3 bataillons) ;
  • 21e régiment d'infanterie Gemmingen (2 compagnies) ;
  • 41e régiment d'infanterie Bender (3 bataillons) ;
  • 1er régiment d'infanterie légère Strozzi (1 bataillon) ;
  • 7e régiment de dragons Waldeck (6 escadrons).

FranceModifier

Sous le commandement du général de division Michel Ney :

Déroulement de la batailleModifier

Bien que les forces impliquées fussent minimes, la capacité des Autrichiens à attaquer les lignes françaises aboutit à la consolidation de leur présence sur le plateau au nord de Zurich, ce qui conduisit les Français à se retirer quelques jours plus tard.

L'armée française de Suisse et l'armée du Danube, sous le commandement d'André Masséna, cherchent à empêcher les Autrichiens de consolider leurs positions. Masséna envoie ainsi de l'infanterie près de Zürich pour tenter d'arrêter les Autrichiens à Winterthur. Ceux-ci réussissent à repousser les Français hors du village, bien que les deux camps aient subi de lourdes pertes.

ConséquencesModifier

Une fois que l'union des armées des Habsbourg a eu lieu au début du mois de juin 1799, l'archiduc Charles ordonna une offensive contre les positions françaises à Zurich et força ces derniers à se retirer au-delà de la rivière Limmat.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Smith, « Clash at Winterthur », Databook, pp. 156-157.
  2. Smith, « Clash at Winterthur », Databook, p. 157.
  3. Atteridge, The bravest of the brave, Michel Ney: marshal of France, duke of Elchingen, pp. 47-52.