Basilique San Giacomo Maggiore (Bologne)

église de Bologne

Basilique San Giacomo Maggiore (Bologne)
Image illustrative de l’article Basilique San Giacomo Maggiore (Bologne)
Présentation
Nom local Basilica di San Giacomo Maggiore
Culte Catholique romain
Type Basilique
Rattachement Archidiocèse de Bologne
Début de la construction 1267
Fin des travaux 1315
Style dominant Roman et néogothique
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Émilie-Romagne
Ville Bologne
Coordonnées 44° 29′ 43″ nord, 11° 20′ 56″ est
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique San Giacomo Maggiore (Bologne)
Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne
(Voir situation sur carte : Émilie-Romagne)
Basilique San Giacomo Maggiore (Bologne)

La Basilique San Giacomo Maggiore (en français basilique Saint-Jacques le Majeur) (en italien : Basilica di San Giacomo Maggiore) est un édifice religieux situé Piazza Rossini à Bologne en Italie.

L'abside et le campanile
Le Triomphe de la Mort, Lorenzo Costa

HistoireModifier

L'édifice est réalisé entre 1267 et 1315 par les ermites de saint Augustin sur le terrain de l'église Sainte-Cécile. L'église est consacrée finalement en 1344, après la construction de l'abside et restructurée à la fin du XVe siècle.

L'église d'origine romane possédait une nef couverte d'un toit en pente avec charpente apparente, et une abside polygonale. Sa conception était néanmoins d'inspiration gothique : élan vertical, fenêtres en ogive et ses arcs.

Au XVe siècle, les Bentivoglio réalisent la chapelle familiale (1463-1468) ainsi que le porche sur la Via San Donato (1477-1481).

Entre 1483 et 1498 l'intérieur est remanié : substitution du toit à charpente par une toiture à coupole soutenue par trois voûtes et nouvelles chapelles.

Avec la suppression, sous Napoléon, des ordres religieux, les Augustins sont expulsés. De retour en 1824, ils quittent définitivement le couvent de Saint-Jacques-Majeur en 1860 mais continuent à occuper l'église.

DescriptionModifier

ExtérieurModifier

La partie la plus ancienne de l'édifice est la façade à pignons de style roman tardif. À la fin du XIIIe siècle, les Lombards ajoutent les ornements des fenêtres ogivales de style vénitien en pierre d'Istrie.

Le portique de la Renaissance comporte une frise figurative possède 36 colonnes à chapiteaux corinthiens cannelées en grès et couronnées par une frise sculptée.

Le portique est bordé par des niches avec des sarcophages gothiques et donne accès à l'église de Santa Cecilia e Valeriano.

IntérieurModifier

L'intérieur est constitué par une seule nef.

Le projet de l'architecte Pagno Portigiani Lapo da Fiesole a été réalisé entre 1463 et 1468. Le pavement du sol avec le blason des Bentivoglio sont issus de l'atelier des Della Robbia (1489).

  • La Vierge en majesté avec saint Jean, Sébastien, Florian et Augustin de Francesco Raibolini (dit le Francia), (1494 env.).
 
Le retable Bentivoglio par Lorenzo Costa

Oratoire Sainte-Cécile et Valérien (Santa Cecilia e Valeriano)Modifier

 
Le mariage de sainte Cécile et Valérien, par Francesco Francia

L'entrée de l'édifice, qui est le reste de l'ancienne église romaine sainte Cécile, antérieure à 1267, est située le long du portique qui côtoie l'église de San Giacomo Maggiore. Giovanni II Bentivoglio, seigneur de Bologne, la transforme en oratoire et la fait décorer à fresque. Son cycle pictural, qui couvre les murs à gauche et à droite de l'entrée de l'oratoire, est composé d'une série de dix fresques commencées en 1505 décrivant la vie de sainte Cécile et de son époux Valérien, tous deux devenus martyrs pour ne pas avoir renié la foi chrétienne. Les œuvres sont de Francesco Francia, Lorenzo Costa et Amico Aspertini[1] et ont été achevées par des artistes mineurs.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Fonte bibliografica: Eros Stivani, L'oratorio di Santa Cacilia, Bologna 1998

SourcesModifier

  • (it) Angelo Raule, San Giacomo Maggiore in Bologna, Bologne, A. Nanni,