Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BEPC (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Base d'essais de Sucy.

BEPC
Base d'essais de la Petite Ceinture
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Paris 13e
Historique
Mise en service 1994
Fermeture 1998
Caractéristiques techniques
Longueur 1,25 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Nombre de voies 1 (avec évitement)
Trafic
Propriétaire SNCF (1994 - 1997)
RFF (1997 - 1998)
Exploitant(s) RATP

La Base d'essais de la Petite Ceinture (BEPC) était une ligne d'essais, implantée sur les emprises de la Petite Ceinture ferroviaire de Paris dans le 13e arrondissement. Elle fut utilisée entre 1994 et 1998 pour les tests et la validation du Système d'automatisation de l'exploitation des trains (SAET), système de conduite automatique intégrale aujourd'hui utilisé sur la ligne 14 du métro de Paris.

Sommaire

HistoireModifier

Dans le cadre du projet Météor (qui deviendra la ligne 14), approuvé par le gouvernement en 1989, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) décida que la nouvelle ligne serait exploitée avec des trains en automatisme intégral. Le marché concernant les automatismes de la ligne 14 fut attribué par la RATP à Matra Transport International (devenu Siemens Mobility). Afin de valider le système avant l'ouverture de la ligne, il était nécessaire de réaliser des tests en conditions réelles. Or, à cette époque, la construction de la ligne 14 ne faisait que commencer. La Petite Ceinture s'imposa alors comme le site idéal pour installer une ligne d'essais. La base ouvrit à l'automne 1994 et les essais proprement dits débutèrent au printemps 1995. Ils durèrent jusqu'en , date à partir de laquelle ils purent être effectués sur la ligne 14 elle-même[1].

Après les essais, les installations furent entièrement démantelées et le site fut remis en l'état. Ne subsistèrent pendant un temps que quelques grillages et traces de bâtiments préfabriqués, qui disparurent finalement lors de la construction de la ZAC Gare de Rungis.

 
Le site en juillet 2016.

CaractéristiquesModifier

Les installations étaient situées sur le site de la gare de la Glacière-Gentilly qui, fermée à tout trafic depuis 1991, fut prise en location par la RATP auprès de la SNCF. La voie unique, équipée pour le roulement sur pneumatique, s'étendait sur environ un kilomètre des abords de la place de Rungis à la rue Damesme, avec une seconde voie d'évitement sur 300 m. Un quai de 90 m de long partiellement équipé de portes palières, un petit atelier de révision avec une voie sur fosse de 30 m de long, des locaux administratifs et techniques, un poste de commande centralisé (PCC) ainsi que des équipements assurant l'alimentation en électricité du site avaient été provisoirement aménagés. Les tests s'effectuaient avec deux rames MP 89 CA de pré-série qui avaient été livrées par la route[2].

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Emmanuel Terrier, Samuel Delziani, La saga de la Petite Ceinture (Tome II), Paris, La Vie du Rail, 1er trimestre 2018, 159 p. (ISBN 978-2-37062-053-8), p. 20.
  2. La saga de la Petite Ceinture (Tome II), Paris, La Vie du Rail, 1er trimestre 2018, p. 19.

Voir aussiModifier