Barthélemy Batantu

Archevêque catholique de Brazzaville (RC)
Barthélémy Batantu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Archevêque catholique
Archidiocèse de Brazzaville
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Consécrateur


Barthélémy Batantu (1925 - 2004) est un prêtre catholique congolais, qui fut archevêque de Brazzaville, en république du Congo.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Barthélémy Batantu est né à Mayala (paroisse de Linzolo), le , de Massengo Jean, son père et de N’Sansi Nzouzi Pauline, sa mère, tous deux féticheurs. Après avoir suivi des cours de catéchisme à Linzolo, auprès du Père Schaub, il est baptisé le . Et la même année, le jeune Batantu débute sa scolarité à l’école primaire saint-Joseph de Bacongo, avant de se rendre, ensuite, à l’école de sainte Jeanne d’Arc, à la Cathédrale où il termine son cycle primaire. En 1945, il entre au Petit séminaire de Mbamou. Il y aura comme directeur de séminaire, le Père Jean Morizur. En , Barthélémy Batantu entre au Grand séminaire Libermann de Brazzaville, pour trois années de philosophie scolastique. En , il repart au Grand séminaire, pour quatre années de théologie[1].

Juste après son ordination, en , l’Abbé Batantu poursuit ses études au Grand séminaire et à l’Institut catholique d’Angers. il y consolide ses connaissances théologiques et musicales.

PrêtreModifier

Le , il est ordonné prêtre par Mgr Michel Bernard, alors Archevêque de Brazzaville. En , l’Abbé Batantu est affecté à la paroisse Notre-Dame du Rosaire de Bacongo, en qualité de troisième Vicaire paroissial de Monsieur l’Abbé Théophile Mbemba, alors Curé depuis 1956 et futur Archevêque de Brazzaville. L’Abbé Barthélémy Batantu y passera 18 ans: 5 ans comme Vicaire et 13 ans comme Curé. C’est au cours de cette période qu’il va déployer ses talents de pasteur, d’éducateur, de catéchète et d’artiste musicien[1].

Passionné de musique, ce griot de Dieu a fondé le fameux groupe des Scholas populaires, dans le souci combien légitime de christianiser les coutumes, pour reprendre sa propre expression. Il a composé des chants liturgiques et profanes.

ÉvêqueModifier

Après la disparition du Cardinal Émile Biayenda, le , c’est Mgr Louis Badila, le Vicaire capitulaire, qui assure les deux ans d’intérim. Le , Rome nomme un nouvel Archevêque.

Barthélémy Batantu est ordonné évêque le , en la fête de Notre-Dame de Lourdes, à Rome, sous le pontificat de Jean-Paul II, des mains de Mgr Duraisamy Simon Lourdusamy, secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples. Les co-consécrateurs sont l'évêque de Brazzaville Mgr Michel Bernard et l'évêque d'Angers, Mgr Jean Orchampt[1].

Sa devise d’évêque est: Scio enim cui credidi « Je sais, en effet, en qui j’ai placé ma confiance » (2 Tm 1, 12).

Du au , il est évêque auxiiaire de Brazzaville.

Le , atteint par la limite d’âge, Mgr Barthélémy Batantu envoie une lettre au Saint-Père, déclarant renoncer à sa charge épiscopale; lettre à laquelle le souverain pontife répond positivement, en nommant Mgr Anatole Milandou nouvel Archevêque de Brazzaville, en date du .

Avec la prise de fonction par le successeur du siège métropolitain de l’Archidiocèse de Brazzaville, le , Mgr Batantu, devenu Archevêque émérite de Brazzaville, se retire dans la paroisse Notre-Dame de l’Assomption où il passera les dernières années.

Le , il est admis, à l’hôpital central des armées Pierre Mobengo de Brazzaville et il rend l’âme le .

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c « Vie et Oeuvre de Monseigneur Barthélémy Batantu - ARCHIDIOCÈSE DE BRAZZAVILLE », sur archidiocesedebrazzaville.org (consulté le 29 octobre 2018)

Liens externesModifier