Ouvrir le menu principal
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Bakongo et Bas-Congo.

Bacongo est l'un des plus anciens arrondissements de Brazzaville.

Points géographiques particuliersModifier

Il existe le vieux Bacongo (quartier Dahomey, etc.) et des quartiers plus récents comme Mpissa.

Case de GaulleModifier

Bacongo abrite la « Case de Gaulle », qui fut la résidence du président français Charles de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui cette superbe bâtisse qui surplombe le fleuve Congo, et qui est entourée de grands jardins est la résidence de l'ambassadeur de France au Congo.

La case de Gaulle a connu des affrontements à ses abords lors des événements de 1998[1].

Quartiers et ruesModifier

Les rues et les avenues sont nommées selon les noms des grands hommes français : Augagneur, Surcouf, Guynemer, et d'autres. L'Avenue des « 3 Francs » rappelle le tribut que payaient les colonisés aux colons il y a plus d'un siècle. [réf. souhaitée]

Le quartier Bacongo est desservi par la ligne de bus à sens unique depuis "Rond-Point-Makélékélé", "Commission".

ÉglisesModifier

Bacongo abrite encore les églises Saint-Pierre-Claver, et Notre-Dame-du-Rosaire qui sont des chefs-d'œuvre de l'architecture franco-congolaise.

MarchésModifier

Le marché Total est le plus grand de la ville. Citons également le Marché Commission.

HistoireModifier

Un char de Pascal Lissouba, détruit, traîne sur le bord de la route à quelques mètres du Marché Commission.

Bacongo a été le fief des « ninjas » de Bernard Kolélas pendant le conflit civil de 1997, qui a organisé son ravitaillement par Kinshasa via de petits ports informels reliés par des pirogues, comme celui de la Main Bleue port ou de la Case de Gaulle. S'ils ont perdu leur essence initiale, ceux-ci sont aujourd'hui encore fonctionnels et alimentent à la fois trafic informel de marchandises légales, et trafic de contrebande de produits prohibés, comme des munitions pour armes.

Bacongo est le quartier où est née la SAPE avec l'avenue Matsoua comme couloir de la mode. Jeunes et adultes viennent de partout pour montrer leur capacité à marier les couleurs et l'élégance.

AdministrationModifier

L'administrateur maire en 2015 s'appelle Raymond Kouba.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Marcel Soret, Démographie et problèmes urbains en A.E.F. : Poto-Poto, Bacongo, Dolisie, Impr. Charité, 1954, 134 p.
  • Jeanne-Françoise Vincent, Influence du milieu urbain sur la vie traditionnelle des femmes de Bacongo-Brazzaville, EPHE, Paris, 1964, 314 p. (thèse de 3e cycle)