Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Barres, Barr, Bar et Bach (homonymie).

Sur les autres projets Wikimedia :

Sommaire

Nom communModifier

ToponymieModifier

 
Barre rocheuse.

En toponymie, l'emploi de Barre, sous cette forme ou celle des expressions La Barre ou Les Barres, renvoie à l'étymologie du terme, dérivé du gaulois barros qui signifie la tête. Il peut désigner le sommet d'une montagne, une barre montagneuse ou plus généralement un obstacle : colline, hauteur, barrière, enclos etc.[1]

MécaniqueModifier

Vocabulaire maritimeModifier

  • la barre, outil de commande du gouvernail ;
  • une barre de flèche, espar sur le mât ;
  • la barre est un banc de sable, dénommé aussi poulier, résultant de l'accumulation d'alluvions ; de position variable dans le temps, elle est présente à l'embouchure des fleuves, elle lève la mer et rend difficile l'entrée du fleuve surtout lorsque le courant descendant s'oppose à la houle du large. Des exemples connus pour leur dangerosité sont Audierne (Finistère), Étel (Morbihan), l'entrée de la Gironde, ou Salcombe (côte Angleterre sud). Par extension on appelle aussi « barre » le mouvement de la mer qui se produit parallèlement à la côte en raison de la remontée des fonds.

SportsModifier

TypographieModifier

  • une barre, trait se mettant en travers d'un motif principal : la barre du « t », un « o » barré ;
  • la barre oblique « / », signe de ponctuation ;
  • la barre suscrite (ex. ā) est appelée macron;

Autres emploisModifier

Nom propreModifier

ToponymeModifier

Barre est un nom de lieu notamment porté par :

PatronymeModifier

Barre est un nom de famille notamment porté par :

AutresModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Mario Rossi, Les Noms de lieux du Brionnais-Charolais : témoins de l'histoire du peuplement et du paysage, Paris, Publibook, (ISBN 9782748350722, lire en ligne), p. 206.