Ouvrir le menu principal
Figure de pole dance

La pole dance (anglicisme parfois traduit en danse à la barre verticale[1]) est une discipline qui mêle danse et acrobaties autour d'une barre. Cette danse, pratiquée à l'origine dans les cirques où des danseuses dansaient autour des poteaux entre les numéros pour distraire les spectateurs, puis par les strip-teaseuses à partir des années 1950, est devenue une discipline sportive et artistique à part entière à partir des années 1990.

C’est une discipline particulièrement physique, qui exige force et souplesse pour évoluer avec grâce, et qui peut prendre une forme artistique et créative. En 2018, on dénombre en France près de 230 écoles de pole dance[2].

Contrairement aux idées reçues, physiquement parlant, la pole dance est accessible au plus grand nombre. Elle peut être pratiquée aussi bien par les femmes que par les hommes, la différence réside davantage dans le style que dans la technique.

Sommaire

HistoriqueModifier

Il existe différentes théories sur les origines de la pole dance. Le fait d’utiliser une barre verticale pour exécuter des mouvements gymniques voire acrobatiques serait apparu en Inde au XIIe siècle chez des moines yogis, mais il ne s'agissait pas alors de produire un spectacle ni de faire de la danse.

La pole dance sous sa forme actuelle est née dans les tentes de spectacles forains au Canada dans les années 1920[3] durant la Grande Dépression, créé par des danseuses qui ont commencé à intégrer le poteau de la tente dans des danses réalisées en tenues légères et réservées à un public adulte, et qui ont remporté un vif succès. Le Burlesque fait son apparition dans les années 1950, mais il faudra attendre les années 1980 pour que la discipline connaisse un véritable essor et s'étende à de nombreux pays. Dans les années 1990, Fawnia Mondey commencera à enseigner cette discipline et produira un DVD pédagogique[4].

Cette discipline aérienne, à la fois gymnique et artistique, est restée longtemps cantonnée dans les boîtes de strip-tease, mais des danseuses telles que Tammy Morris et Kelly Kayne (Canada) ou Katie Coates (Angleterre) suivent l’exemple de Fawnia Mondey. Chacune avec le style qui lui est propre vont se battre pour faire sortir la pole dance des clubs de strip-tease et la faire reconnaître comme une discipline sportive et artistique permettant de renforcer la confiance en soi tout en s’amusant et en assumant mieux sa sensualité et sa féminité.

Très présente dans les pays anglo-saxons avec de nombreuses écoles, la pole dance a fait son apparition en France en 2006 avec l'école Pole Dance Paris, qui organise dès 2009 la première compétition française[5] qui deviendra par la suite le championnat de France de pole dance[6], aujourd'hui organisé sous l'égide de la Fédération Française de Danse.

Une respectabilité acquise récemmentModifier

Alors qu'elle avait une réputation sulfureuse au XXe siècle, liée à la pratique de la pole dance dans les clubs de striptease[7], la pole dance est aujourd'hui reconnue comme une pratique sportive et artistique par le ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que par la Fédération Française de Danse, au sein de laquelle elle dispose d'une représentante[8] et aspire à être reconnue comme discipline olympique[9].

En 2015, la pole dance est reconnue par le Conseil International de la Danse (UNESCO) à l'occasion du 40e congrès de recherche sur la danse à Athène[10], ce qui donne lieu à une présentation officielle réalisée par Mariana Baum[11].

Preuve supplémentaire de respectabilité, l'Université de Cambridge dispose aujourd'hui de son propre club de pole dance réunissant plus de 700 adhérents sur son campus[12].

Sur un plan purement technique, la discipline s’est peu à peu codifiée, et les différentes figures ont reçu des noms permettant de les distinguer les unes des autres, notamment pour l’enseignement mais également pour l’écriture des chorégraphies ou pour faciliter le travail des juges lors des compétitions[13].

Il existe des courants différents au sein de la discipline. Dans le monde anglo-saxon on parle généralement de pole fitness et on rattache la pole dance au sport et à la performance physique. Pour d’autres, comme en France, la pole dance est un outil d’expression artistique[14].

Fédérations internationalesModifier

C'est à partir de la fin des années 1990 que la pole dance commence à s’éloigner du milieu de la nuit et du striptease. Après des débuts difficiles, les associations et fédérations se développent au cours des années 2000, ce qui contribue à démocratiser la pole dance[15].

Il existe plusieurs fédérations internationales comme la Pole Fitness Association (PFA), l’International Pole Sports Federation (IPSF), la World Pole Sports and Arts Federation (POSA) ou encore l’International Pole Dance & Fitness Association (IPDFA), qui ont mis en place des codes de pointage complexes essentiellement destinés aux compétitions de Pole Sports et organisent des championnats[16]. En France, les championnats organisés par la Fédération Française de Danse mènent aux championnats du monde organisés par la POSA.

La barreModifier

 
Une "stage", où la pole est fixé à un socle mais n'est pas attaché au plafond.

La barre est circulaire et creuse, allant du plancher au plafond, fixée par extension, ou fixée sur un socle, on parle alors de "stage". Il existe différents diamètres, allant généralement de 38mm à 50mm. En Asie, le diamètre utilisé est en général inférieur, 45 mm ou moins.

Parmi les matériaux, on trouve l'acier chromé, le laiton, le titane ou bien encore des « poteaux lumineux » avec des effets de lumière LED. Chacun de ces matériaux offre une capacité de préhension différente : l'acier chromé, le plus utilisé, permet une danse plus rapide et plus fluide ; les barres en laiton fournissent plus de frottement, et permettant une meilleure préhension, mais demandent un entretient régulier.

En pole dance, la barre peut s'utiliser en statique ou en rotatif ("spinning").

Les figuresModifier

Contrairement aux apparences, la pole dance est, physiquement parlant, accessible au plus grand nombre, c'est du reste l'une des raisons de son succès dans les pays anglo-saxons.

Il existe plusieurs types de figures en pole dance dont les principales familles sont[17] :

  • les tricks : figures figées sur la barre ;
  • les inversions : figures réalisées sur la barre la tête à l'envers ;
  • les spins : figures réalisées en mouvement, en tournant autour de la barre ;
  • les transitions : figures qui permettent de réaliser une chorégraphie en alliant spin et trick ;
  • les drops : où il s'agit de tenir une figure puis de se laisser glisser très rapidement sur la barre sans toucher le sol ;
  • les combos : combinaisons de plusieurs figures enchaînées ;
  • le floorwork : les figures réalisées au sol comme le handstand.

CompétitionsModifier

 
Figure de pole dance

Un large éventail de compétitions amateurs et professionnelles sont organisées dans de nombreux pays à travers le monde. Elles sont strictement non dénudées et se concentrent sur la pole dance en tant que discipline sportive et artistique.

Les compétitions de pole dance ont débuté aux États-Unis en 1991 dans la chaîne de clubs de striptease Deja Vu[18], avec un événement appelé Po'Lympics qui s'est déroulé chaque année tout au long de la décennie. Ces compétitions ont mené à la création de nombreuses autres.

La première compétition internationale, Miss Pole Dance World, a eu lieu en novembre 2005 à Amsterdam et a été remportée par Elena Gibson[19] (Royaume-Uni), qui a été disqualifiée le lendemain de la compétition au profit de Reiko Suemune (Japon), arrivée seconde, ce qui a donné lieu à de vives controverses. De 2006 à 2010, Felix Caine (Australie) a remporté cette compétition ainsi que le championnat du monde[20] en 2009.

En FranceModifier

En France, la première compétition de pole artistique a été lancée en 2009 par Mariana Baum[21]. Cette compétition est depuis 2017 devenue le championnat de France reconnu et organisé par la Fédération Française de Danse[22] au sein de laquelle Mariana Baum représente la discipline, ainsi que par la POSA[23] dont elle est vice-présidente[24]. En 2009 et 2010, la compétition a lieu au Vingtième Théâtre (250 places) ; en 2011 et 2012 c’est au Théâtre Déjazet (600 places) qu’elle se tient, et depuis 2013 à La Cigale (1000 places). Les vainqueurs de l'édition 2009 sont Laurence Hilsum et Keem Martinez, suivis en 2010 par Prana Ovide Étienne et Edouard Doye, en 2011, par Laurence Hilsum et Saulo Sarmiento, en 2012 par Marion Crampe et Simon Heulle, en 2013 par Doris Arnold et Guilherme Wandersen, en 2014 par Prana Ovidé Étienne et Keem Martinez, en 2015 par Cyd Sailor et Nicolas Casanova, en 2016 par Céline Counali et Maxime Joret, en 2017 par Bénédicte Rinaldi et Pierre-Jean Gamard[25], en 2018 par Marie Moulin et Vincent Grobelny[26]. Cette compétition a accueilli de nombreux "guests" venus des quatre coins du monde, elle est reconnue pour sa qualité artistique et le professionnalisme des captations vidéos produites lors de chaque édition[27][28].

Laurence Hilsum, lauréate de la compétition française de pole dance 2009 et 2011, a lancé en 2012 à Paris un concours de pole dance amateur[29] qui deviendra par la suite le concours Pole Theatre.

Le premier championnat de pole sport en France est organisé en 2015 par la Délégation Française de Pole (DFP)[30], une association loi 1901 créée en 2012 dans le but d'unifier et structurer la discipline qui rejoindra la Fédération Française de Danse par la suite. Elle se déroule en mai 2015 au Gymnase Japy à Paris sous l’égide de l’IPSF. La deuxième édition s’est elle déroulée sous l’égide de la POSA en septembre 2017 au Palais des Glaces, toujours à Paris[31].

En 2015 apparait le Pole Art France, une compétition ouverte aux amateurs comme aux professionnels venus de tous pays. Les principaux vainqueurs (catégorie professionnels) sont Olga Trifonova (Suède) et Slava Ruza (Russie) en 2015, Maria Agatiello (Italie) et Artem Kazymov (Ukraine) en 2016, Bendy Kate (UK) et Sun Ying Zhi (Chine) en 2017[32].

SpectaclesModifier

La Pole Dance n'existait pas jusqu'à récemment sous forme de spectacle en dehors des concours, compétitions et des présentations de fin d'année d'écoles, notamment du fait de contraintes techniques importantes, de hauteur sous plafond, mais également de son association, jusqu'à la fin des années 90, avec le monde du strip tease.

Le chorégraphe Olivier Dubois a créé en 2009 Révolution, une pièce contemporaine pour 14 femmes utilisant les barres pour tourner autour de celles-ci en continu, métaphore du travail à la chaîne englobant dans un même élan les travailleuses et les strip-teaseuses[33]. Il travaillera à cette occasion avec Mariana Baum[34].

En 2013 Mariana Baum crée le Cabaret de l'air du temps, un spectacle mêlant shows de pole dance, numéros burlesques, magie et chanson, le tout dans une ambiance vintage inspirée des années 30 à 50[35].

En 2014 Sarah Cavenaile, quadruple championne de Belgique, crée le Pole Fusion Festival est un festival de plusieurs jours qui vise à promouvoir la créativité en pole dance et sa fusion avec d'autres arts de la scène. Il encourage les chorégraphies de groupe de toute sorte et la recherche d’une nouvelle manière de concevoir la pole dance et les interactions entre les artistes et le public[36]. Il comprend le "Guest Performances", un spectacle avec de nombreux artistes de pole dance et aériens internationaux, le spectacle de la show team de Sarahcademy et le spectacle Be Pole Connection réunissant diverses écoles belges et européennes.

Le BAPShow, dont la première édition s'est tenue en Octobre 2016[37], est une soirée organisée deux fois par an à Bruxelles en Belgique, l'évènement est organisé par Angèle Plaut[38] et Laurence De Lafontaine et réuni des artistes hommes ou femmes venus de Belgique et des pays limitrophes. Ce spectacle, organisé comme une succession de numéros rythmés, permet de promouvoir cette discipline vis à vis du grand public dans le cadre d'un spectacle, loin d'un esprit de compétition.

Dans la culture populaireModifier

En 1993, lors de la tournée mondiale de Madonna The Girlie Show, la danseuse Carrie Ann Inaba s'est produite sur une barre de pole dance en première partie du spectacle Erotica de Madonna.[39].

La pole dance a été mise en vedette dans Desperate Housewives et The View, comme d'autres tendances en matière de fitness, et sa popularité n'a cessé dès lors d'augmenter. Jennifer Love Hewitt a fait un court passage en pole dance dans un épisode de Ghost Whisperer. L'actrice Sheila Kelley était tellement passionnée par ce sport qu'elle a appris en préparant son rôle dans Dancing at the Blue Iguana, qu'elle a lancé son propre programme d'exercices de pole dance[40].

La chanteuse pop taïwanaise Jolin Tsai a montré ses talents de pole danseuse dans les vidéoclips de Agent J et Beast. Elle a également donné un spectacle pole-dance en duo lors d'une retransmission en direct de son Myself World Tour à Kaohsiung, Taiwan.

La pole dance a ses propres médias, comme les revues Free Spin, Pole Spin et Vertical[41].

La pole dance est aussi le sujet principal d'une bande dessinée populaire intitulée Pole Dancing Adventures, créée par l'artiste Leen Isabel[42].

Dans le jeu vidéo Bayonetta, la personnage principale utilise une pole pour avancer au niveau suivant ou défier ses adversaires. Dans le générique de fin du jeu, on la voit danser sur le poteau. Si vous obtenez un prix platine, vous l'entendrez dire "J'aurais dû être une pole danseuse"[43].

La pole dance a été incorporée aux performances de plusieurs stars de la K-Pop. Ga-In de Brown Eyed Girls a inclus quelques images de pole dance dans le clip de son single solo de 2012 피어나 (Bloom)[44]. Le groupe féminin After School a beaucoup utilisé la pole dance dans le cadre de leurs routine de danse pour leur chanson de 2013 첫사랑 (First Love)[45].

Le single à succès de Rihanna de 2013 Pour it up mettait en vedette la danseuse Nicole 'The Pole' Williams. Nicole Williams a également dansé avec Bruno Mars sur Gorilla lors des MTV EMAs de 2013.

En 2015, le magazine Celebrity Health & Fitness a déclaré que selon ses gardes du corps, Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, avait pris des cours de pole-dance afin de se remettre en forme après avoir donné naissance au prince George en 2013[46].

En 2018, le court métrage en 3D français Upside Down Revolution met en scène Maxime Joret, champion de France 2016, dans un scénario centré sur la pole dance

En 2019, la musicienne anglaise FKA Twigs a sorti un vidéoclip sur son single Cellophane qui contient des figures de pole dance[47].

Notes et référencesModifier

  1. « pole dance », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française.
  2. « About », sur Pole Dance France (consulté le 23 août 2019)
  3. (fr) « Pole dance, nouveaux emplois », Libération (journal), (consulté le 15 août 2012)
  4. « Fédération Française de Pole Dance » (consulté le 13 août 2015)
  5. « Pole dance, nouveaux emplois », sur Libération.fr, (consulté le 22 août 2019)
  6. « Championnat de France de Pole Dance 2018 », sur Pole Dance Paris (consulté le 23 août 2019)
  7. « Pole dance, nouveaux emplois », sur Libération.fr, (consulté le 22 août 2019)
  8. « Commissions fédérales », sur ffdanse.fr (consulté le 22 août 2019)
  9. « La pole dance peut-elle devenir une discipline olympique? », sur Les Inrocks (consulté le 22 août 2019)
  10. « Athens 2015 CDR », sur www.cid-portal.org (consulté le 23 août 2019)
  11. Présentation de la pole dance au 40e congrès du Conseil International de la danse du CID à Athène (2015)
  12. (en-US) « Cambridge University Pole Society », sur Cambridge University Pole Society (consulté le 23 août 2019)
  13. « Présentation », sur ffdanse.fr (consulté le 23 août 2019)
  14. « La pole dance peut-elle devenir une discipline olympique? », sur Les Inrocks (consulté le 23 août 2019)
  15. « La pole dance peut-elle devenir une discipline olympique? », sur Les Inrocks (consulté le 23 août 2019)
  16. « Présentation », sur ffdanse.fr (consulté le 23 août 2019)
  17. « Présentation », sur ffdanse.fr (consulté le 23 août 2019)
  18. (en) « Po'Lympics », Showgirls Magazine,‎ déc. 1998., p. 58
  19. « Elena Gibson, la ballerine qui réinvente le pole dance », sur www.terrafemina.com (consulté le 23 août 2019)
  20. championnat du monde
  21. StreetPress, « Un championnat de France de Pole Dance, en attendant une fédération », sur StreetPress (consulté le 22 août 2019)
  22. « Commissions fédérales », sur ffdanse.fr (consulté le 22 août 2019)
  23. « About », sur Pole Dance France (consulté le 23 août 2019)
  24. « Pole Dance France », sur Pole Dance France (consulté le 23 août 2019)
  25. http://www.poledancecompetition.fr
  26. « Résultats », sur Pole Dance France (consulté le 23 août 2019)
  27. StreetPress, « Un championnat de France de Pole Dance, en attendant une fédération », sur StreetPress (consulté le 23 août 2019)
  28. « Pole dance Paris », sur YouTube (consulté le 23 août 2019)
  29. http://www.pole-and-dance.com/les-dernieres-news-de-lecole-de-pole-dance-pole-dance/page-8
  30. « Paris Compétition Française de Pole Sports », sur Infos 75 (consulté le 23 août 2019)
  31. « 2e compétition de Pole Sport à Paris », sur leparisien.fr, Quotidien,
  32. « pole-art-france », sur pole-art-france (consulté le 23 août 2019)
  33. « Pole dance, nouveaux emplois », sur Libération.fr, (consulté le 23 août 2019)
  34. « Olivier Dubois voit la vie en «Rouge» avec «Révolution» », sur Libération.fr, (consulté le 23 août 2019)
  35. « CABARET DE L'AIR DU TEMPS - Théâtre 14 | THEATREonline.com », sur www.theatreonline.com (consulté le 22 août 2019)
  36. « Sarahcademy Performing Arts », sur www.sarahcademy.be
  37. « Brussels Art & Pole Show | Brussels Art and Pole School », Brussels Art and Pole School,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2017)
  38. « Bienvenue | Brussels Art and Pole School », sur Brussels Art and Pole School (consulté le 3 mai 2017)
  39. (en-US) « Carrie Ann Inaba on Being a Fly Girl with J.Lo & Hanging Out Topless with Madonna », sur www.yahoo.com (consulté le 23 août 2019)
  40. (en-CA) « Pole-dancing: Do you have what it takes? », sur Elle Canada, (consulté le 23 août 2019)
  41. (en-US) Dodai Stewart, « Yet Another Pole Dancing Magazine Hits The Stands », sur Jezebel (consulté le 23 août 2019)
  42. (en-US) « *Pole Dancing Adventures (PDA) - The Original Pole Dance Webcomic Series », sur Pole Dancing Adventures (consulté le 23 août 2019)
  43. « Bayonetta Pole Dancing Ending (Fly Me To The Moon) - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le 23 août 2019)
  44. « Gain(가인) _ Bloom(피어나) MV » (consulté le 23 août 2019)
  45. « [MV] AFTER SCHOOL '첫사랑(First Love)' Music Video » (consulté le 23 août 2019)
  46. (en-US) Samantha Chang, « Royal Bodyguards Secrets: Kate Middleton Pole Danced For Weight Loss, Pippa Wants DWTS », sur celebrityhealthfitness.com (consulté le 23 août 2019)
  47. (en) « FKA Twigs Shows Off Her Impressive Pole-Dancing Skills in a New Music Video », sur Vogue (consulté le 23 août 2019)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussiModifier

Liens externesModifier