Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bambusoideae

sous-famille de la famille des Poacées (Graminées)
Jeune pousse de bambou géant.

Les Bambusoideae sont une importante sous-famille rattachée à la famille des Poaceae (Graminées), qui regroupe plus de 1 400 espèces de plantes monocotylédones, connues sous le nom de « bambous », des régions tropicales, subtropicales et tempérées de tous les continents à l'exception de l'Europe et de l'Antarctique.

Les Bambusoideae constituent un groupe frère des Pooideae.

Sommaire

Caractéristiques généralesModifier

Les Bambusoideae sont subdivisées en trois tribus : Bambuseae (bambous ligneux tropicaux), Arundinarieae (bambous ligneux tempérés) et Olyreae (bambous herbacés).

Les deux premières comprennent des espèces très diversifiées mais qui partagent quelques caractéristiques communes : chaumes fortement lignifiés, feuilles de chaume spécialisées, ramifications végétatives complexes, ligules externes sur les feuilles de feuillage, fleurs bisexuées et monocarpie grégaire, tandis que les espèces de la troisième, d'origine presque exclusivement américaine, se caractérisent par des tiges plus courtes et plus faiblement lignifiées, une ramification végétative moins développée, des fleurs unisexuées et une floraison annuelle ou saisonnière[1].

DistributionModifier

Les bambusoideae ont une aire de répartition du type pan-tropicale qui s'étend sur tous les continents, à l'exception de l'Europe et de l'Antarctique. La richesse en espèce est cependant concentrée dans deux zones géographiques : l'Asie de l'Est (Chine, Inde, Japon, Birmanie, Malaisie) et l'Amérique du Sud (Brésil, Venezuela, Colombie)[2].

La plupart des espèces de bambous sont originaires de régions à climat tropical chaud et humide et tempéré chaud[3]. On rencontre cependant diverses espèces dans des climats variés, allant des régions tropicales chaudes à des régions montagneuses plus fraîches. Dans la région Asie-Pacifique, les bambous sont présents dans toute l'Asie orientale depuis l'île de Sakhaline à 50° de latitude nord[4] jusqu'au nord de l'Australie vers le sud et l'Inde occidentale et l'Himalaya vers l'ouest. La Chine, le Japon, la Corée, l'Inde et l'Australie ont plusieurs populations endémiques[5]

On en trouve aussi quelques espèces en Afrique subsaharienne, confinées aux zones tropicales depuis le sud du Sénégal jusqu'au sud du Mozambique et à Madagascar vers le sud[6].

En Amérique, les bambous ont une aire de répartition naturelle allant des forêts de hêtres du Chili central et du sud de l'Argentine, à 47° de latitude sud, jusqu'au Sud-Est des États-Unis vers le nord, en passant par les forêts tropicales d'Amérique du Sud et les Andes, jusqu'à près de 4 300 mètres d'altitude en Équateur. Les bambous sont également indigènes en Amérique centrale et au Mexique[7].

On ne connaît aucune espèce de bambous indigène au Canada et en Europe[8].

 
Aire de répartition des Bambusoideae.

Beaucoup d'espèces sont cependant cultivées en dehors de ces aires naturelles, comme plantes ornementales horticoles, en particulier dans la plus grande partie de l'Europe et des États-Unis. Des essais de culture commerciale de bambous ont été réalisés dans la région des Grands Lacs de l'Afrique orientale, en particulier au Rwanda[9].

Liste des tribusModifier

Selon NCBI (1 avr. 2013)[10] :

Classification phylogéniqueModifier

Tribu des BambuseaeModifier

Tribu des OlyreaeModifier

Tribu des ArundinariinaeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) William P Wysocki, Lynn G Clark, Lakshmi Attigala, Eduardo Ruiz-Sanchez & Melvin R Duvall, « Evolution of the bamboos (Bambusoideae; Poaceae): a full plastome phylogenomic analysis », BMC Evolutionary Biology,‎ , p. 15:50 (ISSN 1471-2148, lire en ligne)
  2. (en) Jean-Claude Kader, Michel Delseny, Advances in Botanical Research, t. 47, Academic Press, , 288 p. (ISBN 9780080921747), p. 227-229.
  3. (en) John Kitsteiner, « Permaculture Plants: Bamboo », (consulté le 17 novembre 2017).
  4. (en) J Newell, The Russian Far East: A Reference Guide for Conservation and Development, McKinleyville, California, Daniel & Daniel, , 376, 384–386, 392, 404 p. (lire en ligne), chap. Chapter 11: Sakhalin Oblast.
  5. (en) N. Bystriakova, V. Kapos, I. Lysenko et C. M. A. Stapleton, « Distribution and conservation status of forest bamboo biodiversity in the Asia-Pacific Region », Biodiversity and Conservation, vol. 12, no 9,‎ , p. 1833–1841 (DOI 10.1023/A:1024139813651, lire en ligne).
  6. (en) « Gorillas get drunk on bamboo sap », The Daily Telegraph, (consulté le 17 novembre 2017).
  7. (en) « Arundinaria gigantea (Walt.) Muhl. giant cane », United States Department of Agriculture (consulté le 17 novembre 2017).
  8. (en) Anthony Huxley, Mark Griffiths et Margot Levy, New RHS Dictionary of Gardening, Macmillan, (ISBN 0-333-47494-5).
  9. (en) « Bamboo Farming: An Opportunity To Transform Livelihoods », sur The New Times, (consulté le 17 novembre 2017).
  10. NCBI, consulté le 1 avr. 2013

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :