Ouvrir le menu principal

Marcelle Chantal

actrice française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chantal et Cohn.
Marcelle Chantal
Nom de naissance Marcelle Jenny Pascal
Surnom Marcelle Favrel ou Marcelle Jefferson-Cohn
Naissance
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Française
Décès (à 59 ans)
Paris
Profession Cantatrice
Actrice

Marcelle Chantal, est une cantatrice et comédienne française, née Marcelle Pascal, le à Paris 9e[1], où elle décédée le dans le 16e [2] (sous le nom de Marcelle Chantal-Pannier, suite à une adoption tardive).

Sommaire

ParcoursModifier

Marcelle Chantal naît dans une famille très aisée de banquiers. Sa mère, très bonne musicienne lui donne le goût du piano et de la danse. On découvre qu'elle a une voix, et à 16 ans 1/2, elle est reçue au Conservatoire national de Musique où elle est pendant 3 ans l'élève d'Amédée Louis Hettich, où elle obtient un Second Prix.

Dès 1920, elle tourne son premier film Le Carnaval des vérités de Marcel L'Herbier (mais sous le pseudonyme de Marcelle Favrel), avec Jaque-Catelain et Paul Capellani.

En 1921, elle épouse un riche Anglo-Américain, négociant et éleveur de chevaux de courses, Jefferson Davis Cohn[3],

Et c'est donc sous le nom de Mme Jefferson-Cohn, qu'elle se produit Salle Gaveau, en 1927, sous la direction du chef d'orchestre Albert Wolff[4]. Puis elle auditionne chez les Frères Isola et est engagée d'emblée comme cantatrice à l'Opéra-Comique dans La Vie de bohème. On la voit dans Manon de Jules Massenet, puis elle rencontre le succès à l'Opéra Garnier dans Thaïs.

Elle cumule sa carrière de cantatrice avec les fonctions de directrice du Théâtre des Champs-Elysées. Associée à plusieurs créations, elle y reprend les Sylphides, le Lac des Cygnes ou le Spectre de la Rose. Et c'est elle, qui fera découvrir aux Parisiens, en mai 1928, la célèbre danseuse Anna Pavlova.

Peu de temps après, Firmin Gémier, lui propose de créer pour le Théâtre Universel le fameux opéra-jazz Johny mène la danse du compositeur viennois Ernst Krenek.

En 1929, le réalisateur Gaston Ravel l'engage (à la place de l'actrice Pola Negri) pour interpréter le rôle de la comtesse de la Mothe dans Le Collier de la reine, le premier film sonore français. Elle y obtient un énorme succès et sa carrière d'actrice est désormais lancée...

Ayant divorcé de son mari en 1930, elle jouera dans une vingtaine de films (sous son nom désormais officiel de Marcelle Chantal), tout en poursuivant une carrière théâtrale. Notamment dans La Tendresse (d'après Henry Bataille), en 1930[5], ou dans Pranzini, d'André Pascal et Henri Robert, au Théâtre des Ambassadeurs[6], en 1933,

Réfugiée en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, elle y fait des tournées théâtrales.

C'est dans le film Chéri (d'après le roman de Colette) réalisé en 1950 par Pierre Billon, qu'elle apparaîtra pour la dernière fois à l'écran. Elle y tenait le très beau rôle de Léa de Lonval, aux côtés de Jean Desailly et d'Yvonne de Bray.

Elle décèdera d'un cancer en mars 1960.

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives de l'état civil de Paris en ligne : acte de naissance, Paris 9e, le 9 février 1901, (acte du 12 février, n° 191).
  2. Archives de l'état civil de Paris en ligne : acte de décès, Paris 16e, le 11 mars 1960, acte n° 388
  3. Archives de l'état civil de Paris en ligne : acte de mariage, Paris 16e, le 5 novembre 1921, acte n° 2209
  4. Le Figaro, du 4 mai 1927 (n°124)
  5. Le Journal de Paris, 23 mai 1930
  6. L'intransigeant, 10 décembre 1933

Voir aussiModifier

Source et bibliographieModifier

  • Olivier Barrot et Raymond Chirat, 250 acteurs du cinéma français 1930-1950, Flammarion, 2000.
  • Edmond Epardaud (préface d'André Lang), Vedettes françaises, Marcelle Chantal, Editions Henri François, 1932.

Liens externesModifier