Ouvrir le menu principal

Rue d'Allonville
Situation
Coordonnées 47° 13′ 20″ nord, 1° 32′ 05″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Malakoff - Saint-Donatien
Début Place du 11e-Train-des-Équipages
Fin Rue Frédéric-Cailliaud
Morphologie
Type Rue
Longueur 1 000 m
Histoire
Anciens noms Rue Toutes-Aides
Chemin Toutes-Aides
Rue de Richebourg

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue d'Allonville

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue d'Allonville

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue d'Allonville

La rue d'Allonville est une voie de Nantes, en France, située dans le quartier Malakoff - Saint-Donatien.

LocalisationModifier

La voie bitumée et ouverte à la circulation automobile, relie la place du 11e-Train-des-Équipages à la rue Frédéric-Cailliaud. Elle rencontre sur son parcours d'une douzaine d'autres artères, dont la rue de Coulmiers qui la croise à la moitié de son tracé.

DénominationModifier

Le nom de cette voie qui se nommait autrefois « rue du Bourg-Fumé », rend désormais hommage à Armand-Octave-Marie d’Allonville, général de brigade qui combattit durant la guerre de Crimée en 1864, avant d'être nommé sénateur par décret[1].

HistoriqueModifier

En janvier 1792, Jean-Baptiste Carrier, après avoir occupé l'hôtel de La Villestreux, s'installe dans une maison située « chemin de Richebourg », à l'angle des actuelles rues d'Allonville et Frédéric-Cailliaud. Cette maison, un hôtel particulier bâti au XVIe siècle conservera ensuite les modifications apportées par Carrier (ouvertures donnant sur la rue obstruée), et sera détruite en 1972[2].

En 1874, à la suite de l'agrandissement du jardin des plantes, la partie est de l'ancien « chemin de Richebourg » est désolidarisé de sa partie ouest devenue la rue de Richebourg, et prend sa dénomination actuelle[3],[4].

Dès 1905, diverses avenues latérales sont percées depuis son tronçon ouest, afin de faciliter la construction des nouvelles maisons : l'avenue de la Devinière, l'avenue de Montys ou l'avenue Guillon[3].

Avant la Première Guerre mondiale, la dénomination de « rue d'Allonville » limitée jusqu'ici à la rue de Coulmiers, s'étend au-delà en englobant l'ancienne « rue Toutes-Aides » dont une partie du tracé marquait, jusqu'en 1908, la limite territoriale entre les communes de Nantes et de Doulon. C'est sur une portion importante du côté nord de cette ancienne rue que le ministère de la Guerre avait aménagé dès 1857, une vaste caserne, baptisée « quartier Richemont », sur des terrains précédemment achetés à la municipalité[5].

Voies secondairesModifier

Place du 11e-Train-des-ÉquipagesModifier

Cette place qui marque l'extrémité orientale de la rue d'Allonville[coord 1], commande l'accès à la rue des Chalâtres au nord, à la rue Honoré-Broutelle à l'est, et la rue de la Ville-en-Pierre au sud. Elle rend hommage au 11e escadron du train des équipages militaires constitué à Nantes le 21 avril 1875[6].

Rue Maryse-GuerlaisModifier

Cette rue qui rejoint la rue d'Allonville à la rue de la Mitrie[coord 2] doit séparer l'emprise de la caserne de gendarmerie du projet immobilier « Docks de la Mitrie ». Ce nom de rue attribué par délibération du Conseil municipal du 30 juin 2017 rend hommage à la militante féministe Maryse Guerlais (1952-2007). Cofondatrice de l'« Espace Simone-de-Beauvoir », situé depuis 2015 quai Ernest-Renaud à Nantes, elle en fut la présidente de 2002 à 2004[7].

Rue Marcel-HatetModifier

Le nom de cette rue rectiligne d'une longueur d'environ 210 mètres qui relie le boulevard Ernest-Dalby[coord 3], ouverte en 1884 sous la dénomination de « rue du Dahomet », rend hommage à Marcel Hatet, employé des PTT, conseiller municipal SFIO durant l'entre-deux-guerres, qui s'engagea dans la résistance durant l'occupation. Arrêté le par la Gestapo au no 6 du quai de la Fosse, il meurt sous la torture à l'hôtel de Charette sur la place Maréchal-Foch. Il avait 45 ans[8].

Avenue du Général-MarchandModifier

Cette voie quasi-rectiligne en impasse d'une longueur d'environ 140 mètres[coord 4]. Elle fut dénommée par une lettre d'autorisation du maire du 29 décembre 1936 à la suite d'une demande des propriétaires l'ont ouvert dans le lotissement Morault-Kent[9].

Avenue Ludovic-CormeraisModifier

Cette voie en impasse constituée de trois segments consécutifs d'une longueur totale d'environ 220 mètres[coord 5], rend hommage à Ludovic Cormerais, fils de Louis Cormerais, maire de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, auquel il succéda cinquante plus tard. Il fut également conseiller général du canton de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu et vice-président de la Chambre syndicale des patrons mécaniciens, forgerons, chaudronniers, fondeurs et modeleurs de Nantes[10].

Rue des RochettesModifier

Cette rue rectiligne d'une longueur d'environ 380 mètres reliant la rue d'Allonville à la place du 265e-Régiment-d'Infanterie[coord 6] et bordée sur son côté est par la caserne Richemont, a été ouverte à la suite d'une décision du conseil municipal du 10 mai 1882 afin de rallier le « chemin des Rochettes ». Son nom actuel a été attribué par une délibération du conseil municipal du 28 juillet 1958[11]. Selon Stéphane Pajot, elle rend hommage à Alexandre Petit Desrochettes, receveur principal des finances, qui fut adjoint au Maire de Nantes François-Marie-Bonaventure du Fou en 1816[12].

Avenue des TerresModifier

Impasse débouchant au niveau du numéro 40[coord 7].

Avenue PacaudModifier

Impasse débouchant entre les numéros 48 et 52[coord 8].

Rue Pierre-AudigéModifier

Voie rejoignant la rue de la Havane[coord 9]. Son nom rend hommage à Pierre Audigé, né en 1908, chirurgien-dentiste installée à Nantes depuis 1937, devenu résistant durant la Seconde Guerre mondiale, il fut arrêté par la Gestapo le 17 avril 1944, et exécuté sommairement avec plus de 70 autres patriotes à la maison d'arrêt de Caen, le 6 juin 1944[13].

Avenue de la DevinièreModifier

Impasse débouchant au niveau du numéro 76[coord 10].

Avenue de MontysModifier

Impasse (anciennement « avenue de Monty ») débouchant entre les numéros 74 et 78[coord 11].

Allée du Bourg-FuméModifier

Avenue piétonne débouchant au niveau du numéro 123[coord 12], elle rejoint le boulevard de Stalingrad par l'intermédiaire de la rue de Maryland. Ce nom lui vient de l'ancienne présence de raffineries de sucre et des fumées que celles-ci rejetaient (voir Rue de Richebourg#Historique)[14].

Avenue des Trois-FrèresModifier

Impasse débouchant entre les numéros 82 et 86[coord 13].

Avenue GuillonModifier

Impasse (anciennement « passage Guillon ») débouchant au niveau du numéro 94[coord 14].

RéférencesModifier

  1. Pajot 2010, p. 15
  2. Merlant 1981, p. 3.
  3. a et b Pied 1906, p. 45.
  4. « Allonville (rue d') », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 16 décembre 2015).
  5. Plaquette « Nantes et ses soldats » - page 8
  6. « Historique sommaire du 11e escadron du train depuis sa formation », sur gallica.bnf.fr, H. Charles-Lavauzelle (Paris) (consulté le 16 décembre 2015).
  7. Délibération no 35 du Conseil municipal du 30 juin 2017 -Dénominations d'espaces publics – Approbation
  8. Pajot 2010, p. 109
  9. « Général-Marchand (avenue) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 1er décembre 2016).
  10. Pajot 2010, p. 63
  11. « Rochettes (rue des) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 17 octobre 2016).
  12. Pajot 2010, p. 184
  13. « biographie de Pierre Audigé (1908-1944) », sur sgmcaen.free.fr (consulté le 20 juillet 2016)
  14. Pajot 2010, p. 40

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Yves Merlant, « De la place de la duchesse Anne à la rue Stanislas Baudry », Les Annales de Nantes et du pays nantais, Nantes, Société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, no 202,‎ , p. 2-4 (ISSN 0991-7179, lire en ligne).

Coordonnées des lieux mentionnésModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier