Auguste Wackenheim

médecin radiologue français, également professeur, écrivain et poète
Auguste Wackenheim
Naissance
Haguenau
Décès (à 72 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines Radiologie médicale
Patrimoine littéraire alsacien
Institutions Hôpitaux universitaires de Strasbourg
Diplôme Agrégation de médecine
Formation Faculté de médecine de Strasbourg
Renommé pour Neuroradiologie
Distinctions Légion d'Honneur
Médaille Ziedses des Plantes
Bretzel d'or

Auguste Wackenheim, né le à Haguenau (Bas-Rhin) et mort le , est un médecin, homme de lettres et artiste alsacien.

BiographieModifier

Parcours de formation et professionnelModifier

Auguste Wackenheim est un médecin radiologue français[1]. Il est interne des hôpitaux, soutient en 1955 à Strasbourg une thèse de médecine intitulée Contribution à l'étude électroencéphalographique des syndromes endocriniens[2], et se spécialise en neuropsychiatrie. Il réussit l'agrégation de médecine en 1966, et devient professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg (1979). En 1971, il est devenu chef du service de radiologie au CHU de Strasbourg, dirigeant l'un des premiers services de neuroradiologie français doté du scanner médical Densitome[3]. Il est également le fondateur de la Société européenne de neuroradiologie (ESNR) en 1969, et du Collège d'enseignement post-universitaire de radiologie (CEPUR), en 1975.

Un homme de lettres alsacienModifier

Auguste Wackenheim est également écrivain et poète, fin connaisseur de la langue et de la culture alsaciennes. Il fonde en 1983 la Revue alsacienne de littérature[4], qu'il dirige jusqu'en 1996. Cette revue semestrielle, dont Claude Vigée est membre d'honneur, est trilingue (alsacien, français, allemand) et s'investit également dans des événements culturels régionaux. Auguste Wackenheim édite une Anthologie illustrée de la littérature dialectale alsacienne en 5 volumes, dont deux sont posthumes, rassemblant des textes littéraires du XVIIIe au XXe siècles.

Hommages et distinctionsModifier

Il reçoit la médaille Boris Rajewski de l'association européenne de radiologie (EAR), la médaille Ziedses des Plantes en 1995 pour son œuvre scientifique radiologique[5] et la Légion d'honneur en 1992[6]. En 1979, il a reçu le bretzel d'or de l'humour alsacien, distinction décernée par l'Institut des arts et traditions populaires d'Alsace.

En 2014 une exposition à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l'Homme - Alsace (MISHA) à Strasbourg présente une série de 80 œuvres originales d’Auguste Wackenheim sur le thème de la danse macabre[7].

Auguste Wackenheim est inhumé au cimetière Saint-Louis de Strasbourg (Robertsau)[8].

Sélection d'œuvresModifier

  • Neuroradiologie : radio-anatomie normale et pathologique du crâne, G. Doin et Cie, Paris, 1960
  • Le bombardement de Strasbourg en 1870, Club Perspectives et réalités, Strasbourg, 197?
  • Léo Schnug, W. Fischer, Strasbourg, 1971
  • (gsw) Zunderschtzewerscht. 1, Krüt un Käs. Kritz un Kwär. Mischmasch. Kudelmudel. Kunderbund underenander, Association Culture alsacienne, Strasbourg, 1972
  • (en) Roentgen Diagnosis of the Craniovertebral Region, Springer Verlag, Berlin, 1974
  • (gsw) Zunderschtzewerscht. 2, : Kappeletz, Association Culture alsacienne, Strasbourg, 1975
  • Rires et sourires en Alsace et ailleurs, Culture alsacienne, Strasbourg, 1976
  • (gsw) Zunderschtzewerscht. 3. Gelackmaiert, Kappeletz, Association Culture alsacienne, Strasbourg, 1976
  • (gsw) Flammekueche, Seba, Strasbourg, 1976
  • Facéties alsaciennes, éd. des Dernières nouvelles d'Alsace, Strasbourg/Istra, 1977
  • Neuroradiologie : crâne, rachis, cerveau, moelle, racines, Masson, Paris, New York, Barcelone, 1978
  • (gsw) Fufzig G'schichtle un Gedichtle, Oberlin, Strasbourg, 1979
  • « Le clin d'œil du Professeur Wackenheim à ses collaborateurs paramédicaux », in Journal de médecine de Strasbourg, 1991, vol 22, no 5
  • (gsw) Elsaesser dodedànz (Danse macabre alsacienne), Le Verger, Illkirch, 1997 (compte-rendu par Francis Rapp, « Le recueil Elsässer Dodedànz d'Auguste Wackenheim », in Revue alsacienne de littérature, 2014, no 121, p. 8-27

Notes et référencesModifier

  1. Hommage de la Société française de radiologie
  2. Thèse de médecine
  3. Ce scanner est produit par la Compagnie générale de radiologie (CGR), filiale de Thomson. Strasbourg est, selon une enquête de J.-L. Schiltz et A. de Caunes («L'affaire du scanner», Science et Vie, no704, mai 1976), le 4e hôpital français à recevoir un scanner médical, après Marseille (La Timone), Bordeaux (Pellegrin) et Paris (La Salpêtrière).
  4. Revue alsacienne de littérature, ISSN 0752-188X
  5. Médaille Ziedses des Plantes (1995)
  6. « Le professeur Auguste Wackenheim, chevalier de la Légion d'Honneur », in Revue alsacienne de littérature, 1992, no 37, p. 69-73
  7. « Patrimoine », in Revue alsacienne de littérature, juin 2014, no 121
  8. Cimetière Saint-Louis, Guides des cimetières no 3 de la Ville de Strasbourg, Strasbourg, 2008, p. 37

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Bourjat, Éléonore Bromhorst, Jean-Louis Dietemann et Jean-Marie Le Minor, Auguste Wackenheim : professeur de radiologie, Université Louis Pasteur, Strasbourg, Laboratoire Guerbet, Aulnay-sous-Bois, 1992, 69 p.
  • Pierre Bourjat, « Le professeur Auguste Wackenheim n'est plus », in Journal de radiologie, vol. 79, no 7, , p. 696
  • Pierre Bourjat, « Auguste Wackenheim : une vie hors du commun », in Alsa Med, 1998, no 11
  • Adrien Finck, « Auguste Wackenheim », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol., 2002, p. 4047-4048
  • Emma Guntz, « Auguste Wackenheim (1925-1998) », in Les Cahiers du bilinguisme : Land un Sproch, 1998, no 128, p. 28
  • Jean-Marie Mantz (dir.), Histoire de la médecine à Strasbourg, La Nuée Bleue, Strasbourg, 1997 (2e éd. révisée), 799 p. (ISBN 2-7165-0219-6)
  • François Schäffner, « In memoriam : Auguste Wackenheim », in Les Cahiers du bilinguisme : Land un Sproch, 1998, no 128, p. 24
  • Titres et travaux du docteur Auguste Wackenheim, A. Wackenheim, 1978, 71 p.
  • (en) International Who's Who in Medicine, Taylor & Francis, Cambridge, 1987, p. 774
  • « Il y a un an, Auguste Wackenheim...  », in Revue alsacienne de littérature, 1999, no 66, p. 71-77

Liens externesModifier