Auguste Thomazi

officier de marine, journaliste et historien de la marine français
Auguste Thomazi
L'amiral Ronarc'h et Auguste Thomazi, Boulogne-sur-Mer (13 juin 1917).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Officier de marine, journaliste, historien de la marineVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Conflit
Distinctions

Auguste Antoine Thomazi, né à Brest, le et mort à Toulon, le , est un officier de marine, journaliste et historien de la marine français.

Biographie modifier

Fils d'Auguste Thomazi (1843-1903), officier de marine[1], et de Marie-Antoinette Duchateau, il entre à l'École navale en et en sort aspirant de 1re classe en . Il embarque alors sur le cuirassé Victorieuse en escadre du Nord puis passe sur le croiseur Magon à la division de l'Atlantique.

Enseigne de vaisseau (), il sert sur le Suffren en escadre du Nord puis sur le croiseur Troude en Méditerranée sur lequel il participe aux opérations de l'escadre internationale expédiée en Crète en 1896-1897. En 1897, il est sur le Wattignies puis en 1898 sur l'aviso-transport Saône et devient l'année suivante, officier torpilleur sur le croiseur D'Estrées. Il est ensuite chargé du service électricité du cuirassé Charlemagne en escadre du Nord et est nommé en 1900, second du sous-marin Gustave-Zédé à Toulon.

Promu lieutenant de vaisseau en , membre de la Commission supérieure d'expérience des torpilles à Toulon, il reçoit en 1904 le commandement du sous-marin Korrigan à Bizerte puis devient en 1906, professeur à l’École des apprentis torpilleurs sur le Magenta.

Secrétaire de la section des bâtiments de défense au Comité technique de la marine (1907), il est attaché en 1910 au Bureau technique des torpilles à la Direction centrale de l'artillerie navale avant de commander le contre-torpilleur Flamberge en escadre de Méditerranée.

Élève de l’École supérieure de marine (1912) dont il sort breveté, il est nommé en armée navale sur les cuirassés Suffren et Diderot et devient en 1914 aide de camp du contre-amiral président de la Commission permanente des essais. Secrétaire de la même commission et du Comité technique, il commande en 1915 le contre-torpilleur Durandal aux patrouilles de la Manche puis, capitaine de frégate (), devient chef d'état-major de l'amiral Ronarc'h, commandant supérieur de la marine, dans la zone des armées du Nord à Dunkerque.

Il reçoit en 1917 le commandement de la 5e escadrille de la division des patrouilles de Gascogne puis, en , commande le Flamant et la 4e escadrille d'escorte. Sur le même bâtiment, il commande en 1919 la station de la Manche et de la mer du Nord et choisit de quitter le service actif en pour se consacrer au journalisme et aux études historiques.

Capitaine de vaisseau de réserve (), il travaille alors comme chroniqueur maritime au Figaro et, de 1924 à 1929, publie quatre volumes sur la guerre navale dans la zone des armées du Nord, en Adriatique, aux Dardanelles et en Méditerranée durant la Première Guerre mondiale.

Il est élu à l'Académie de marine en .

Publications modifier

  • La Marine française dans la grande guerre (1914-1918). La Guerre navale dans la zone des armées du Nord, 1925, prix Thérouanne de l’Académie française
  • On a volé un transatlantique, 1928, prix Sobrier-Arnould de l’Académie française en 1929 (sous le pseudonyme de Henri Bernay)
  • Le Secret de la Sunbeam Valley, 1928 (sous le pseudonyme de Henri Bernay)
  • Memento de l'officier de quart, 1931
  • Trafalgar, 1932, prix d’Académie de l’Académie française en 1933
  • Les Marins à terre, 1933
  • La Conquête de l'Indochine, 1934, prix Thérouanne de l’Académie française en 1935
  • Les Flottes de l'or, histoire des galions d'Espagne, 1937, prix Bordin de l’Académie française en 1938
  • Histoire de la navigation, 1941
  • Les Expéditions polaires, 1942
  • Marins bâtisseurs d'empire, 3 vol, 1946-1947
  • Le Tragique Destin des cuirassés allemands, 1946, prix Lange de l’Académie française en 1947
  • Sous-marins et croiseurs français, 1947
  • Histoire de la pêche, 1947
  • La Bataille de l'Atlantique, 1949, prix Général Muteau de l’Académie française en 1950
  • Les Navires, 1950
  • Napoléon et ses marins, 1950, prix d’Académie de l’Académie française en 1951

Distinctions modifier

Décorations modifier

Hommage modifier

  • Une rue de Brest porte son nom.

Notes et références modifier

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

Liens externes modifier