Ouvrir le menu principal
Auguste Couat
H BordeauxS B330636101 GF250 1 12 RES v0001 (COUAT).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
Nationalité
Formation
Activité
LatinisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Henri Auguste Couat (1846-1898) est un helléniste et universitaire français qui fut recteur de l'Académie de Bordeaux.

BiographieModifier

Henri Auguste Couat, né le 30 novembre 1846 à Toulouse. Il est le fils du capitaine au 21e RI légère Gustave Couat (1803-1874) et de son épouse, née Marie-Hélène Chartier.

Auguste Couat commences ses études secondaire au Lycée de La Rochelle et les termine à Versailles. Il poursuit ses études à l'École normale supérieure (1866-1869) et devient agrégé de lettres classiques en 1869. Il est nommé professeur de rhétorique au lycée de Montauban.

A Montauban il se démarque comme un républicain engagé et compte parmi les fondateurs en 1871 du Républicain du Tarn-et-Garonne et rédacteur du Progrès Libéral, ce qui lui vaut un blâme de ses supérieurs.

Entre 1871 et 1875 il fit chargé de la classe de rhétorique, d'abord au Lycée de Tournon, puis au Lycée de Grenoble.

Le 10 février 1874 Auguste Couat est reçu docteur ès lettres à Paris pour sa thèse[1] sur Catulle.

A partir de 1875 il enseigne le grec à la faculté des lettres de l'université de Bordeaux et reçoit le titre de professeur en 1878 et garde la poste jusqu’en 1887. Il fonde en 1879 avec Louis Liard les Annales de la faculté de lettres de Bordeaux qui est à l'origine de la Revue des études anciennes. Il passe une année en mission en Grèce en 1880-1881.

Auguste Couat devint doyen de la faculté des lettres en 1881 et fut chargé du rapport sur le décret du 18 décembre 1885, le point de départ de l'organisation des Universités. Il fut également membre du jury de l'agrégation des lettres de 1881 à 1887 et en 1889, le président du jury de l'agrégation de grammaire. Pendant sa présidence l'organisation à subis de profonde modification[2].

Le 25 octobre 1887, il est nommé recteur de l'Académie de Douai au moment du transfert à Lille des Facultés de Doit et des Lettres et chargé de leur nouvelle organisation.

Le 6 décembre 1890 il est nommé recteur de l'Académie de Bordeaux. Parmi ses préoccupations comme recteur étaient : l'introduction de l'éducation physique ; l'application des principes de l'hygiène ; le goût des jeux en plein air et le développement de l'éducation morale.

Auguste Couat fut nommé : Officier de l'instruction publique(1883) ; Chevalier de la Légion d'honneur, le 29 décembre 1885 et Officier de la Légion d'honneur, le 26 juillet 1896. Il fut reçu à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux et 1893. Une rue de Bordeaux a été baptisée à son nom.

Il est mort à Bordeaux le 21 juillet 1898. Le doyen Paul Stapfer fait son éloge funéraire le 23 juillet 1898, mais s'étant prononcé alors à mots couverts pour la défense du capitaine Dreyfus, Stapfer est suspendu deux jours plus tard de ses fonctions[3].

ŒuvresModifier

En 1891 son livre Aristophane et l'ancienne comédie attique reçoit le prix Bordin et sa traduction des Pensées de Marc Aurèle, qui est parue post-mortem en 1904, reçoit en 1905 le prix Jules Janin de l'Académie française[4].

Son livre La Poésie alexandrine paru en 1882, et encore réédité en 1968, fait toujours autorité.

  • « Les poèmes astronomiques d'Aratus », Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux, Bordeaux, t. 3,‎ , p. 318-355 (disponible sur Gallica).
  • Le Musée d'Alexandrie sous les premiers Ptolémées, Bordeaux, A. Gounouilhou, 22 p. (disponible sur Gallica), extrait des Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux.
  • « Notes sur la versification des hymnes de Callimaque », Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux, Bordeaux, t. 4,‎ , p. 77-87 (disponible sur Gallica).
  • La poésie alexandrine sous les trois premiers Ptolémées, 324-222 av. J.-C., Paris, Hachette et cie, (disponible sur Internet Archive), réédition 1968.
  • « Le second livre d'élégies attribué à Théogonis », Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux, Bordeaux, t. 5,‎ , p. 257-290 (disponible sur Gallica).
  • « Le Christianisme et ses origines », Nouvelle Revue, t. 32,‎ , p. 577-598 (disponible sur Gallica).
  • Homère, l'Iliade, l'Odyssée, Paris, H. Lecène et H. Oudin, (disponible sur Gallica), réédition 1895.
  • « Sur la composition des « Acharniens » », Revue des Universités du Midi, Bordeaux, t. 1,‎ , p. 24-74 (disponible sur Gallica).
  • « Notes sur la parados dans les comédies d'Aristophane », Revue des Universités du Midi, Bordeaux, t. 1,‎ , p. 363-385 (disponible sur Gallica).
  • Marc Auréle, Pensées : Traduction par Auguste Couat, Bordeaux, Féret et fils, (disponible sur Internet Archive), voir Wikisource et Commons

BibliographieModifier

  • Auguste Couat : Nos notabilités du XIXe siècle : Médaillons bordelais. (ill. Louis Blayot), t. I, Bordeaux, Féret et fils, (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. « Françoise Huguet, «Les thèses de doctorat ès lettres soutenues en France de la fin du XVIIIe siècle à 1940», novembre 2009 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation
  2. * Rapport sur le Concours d'agrégation de grammaire en 1891, Paris, A. Colin et Cie, .
    * Le concours d'agrégation de grammaire en 1894 : rapport à Monsieur le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Paris, A. Colin et Cie, .
  3. On trouvera la relation d'une partie de ces événements dans la 2e série des Réputations littéraires de Paul Stapfer parues en 1901
  4. « Auguste Couat », sur Académie française

Liens externesModifier