Ouvrir le menu principal

Atari ST

Famille d'ordinateurs personnels
Atari 1040STf avec son moniteur et sa souris.
Atari Mega STe avec son moniteur, son clavier et sa souris.

Les Atari ST forment une famille d'ordinateurs personnels conçus par la firme américaine Atari dont le succès commercial a marqué la deuxième moitié des années 1980 et le début des années 1990. Le succès fut autant grand public (Jeux vidéo)[1],[2] que professionnel (Traitement de texte[3], PAO[4] et surtout MAO[5],[6]).

Le micro-ordinateur Atari ST marque plus particulièrement l’histoire informatique comme la machine ayant permis l'essor de la Musique assistée par ordinateur et la démocratisation de la norme MIDI[5],[6]. En 2010, le magazine spécialisé Sound on Sound le classe dans les 25 produits marquants et responsables des changements de l'enregistrement musical[6]. Cette machine est considérée encore aujourd'hui comme une référence dans le domaine en raison de sa robustesse et de son extrême précision pour le séquençage MIDI[5],[6].

HistoireModifier

L'origine du terme STModifier

ST signifie Sixteen/Thirty-two (« seize/trente-deux ») et fait référence à l'architecture mixte 16/32 bits du microprocesseur Motorola 68000 des premiers modèles. On a dit qu'il s'agissait également des initiales de Sam Tramiel, fils de Jack Tramiel, président d'Atari à l'époque.

Le marchéModifier

 
Devanture d'un revendeur spécialisé en informatique témoignant de la guerre commerciale entre Atari et Commodore - Grenoble (2013).

Lors de sa sortie en 1985, l'Atari ST se positionne en concurrent direct du Macintosh d'Apple commercialisé l'année précédente. Ce nouveau micro-ordinateur doit devenir le nouveau fer de lance d'Atari qui est alors au plus mal à la suite du récent krach du jeu vidéo. La société vient juste d'être rachetée par Jack Tramiel, homme d'affaires très influent à l'époque dans le milieu informatique. Après sa première présentation au public, les différents médias rapportent qu'Atari vient de dévoiler son nouveau « Jackintosh ».

La presse et les professionnels l'opposent pourtant rapidement à l'Amiga du constructeur Commodore car les deux machines sont commercialisées quasiment en même temps. Cette concurrence allait donner lieu à l'une des plus importantes batailles commerciales de la micro-informatique.

Les possesseurs de micro-ordinateurs européens étaient alors divisés en deux clans : les utilisateurs d’un ST ou d’un Amiga. Cette concurrence était visible jusqu'aux devantures des revendeurs spécialisés où la bataille entre Atari et Commodore faisait rage. Les configurations des deux machines étant très proches, le duel se jouait sur des détails (l'Amiga 500 proposant des qualités graphiques et sonores plus novatrices pour l'époque[7] et l'Atari ST un micro-processeur légèrement plus rapide, un encombrement plus réduit, des prises MIDI et un tarif plus attractif[7]). Cette concurrence a incité, par exemple, la scène démo Atari à repousser les limites de la machine pour narguer l'Amiga sur ses points forts.

Le slogan de Jack Tramiel pour l’Atari STF était : « The Power without the Price », la puissance sans le prix.

Devant l'engouement pour la machine, plusieurs jeux vidéo d'un genre nouveau furent développés originellement sur Atari ST tels que (entre autres) Dungeon Master, Le Manoir de Mortevielle, L’Arche du Captain Blood[8] puis plus tard Vroom[8]. Ces titres permirent à la machine de conserver un public plus longtemps, en offrant un service dont l'Amiga ne disposait pas[9].

L'Atari ST a connu également un énorme succès auprès des musiciens grâce aux prises MIDI présentes en configuration standard, ce qui était une grande première pour un ordinateur grand public à cette époque.

Atari a aussi été un sérieux concurrent de la firme Apple avec son micro-ordinateur ST. En 1986, la firme à la pomme s’inquiète de l’arrivée de l’Atari ST qui possède des caractéristiques équivalentes (voire supérieures dans certains cas) au Macintosh et qui ne s’interdit pas non plus de concurrencer directement le secteur de marché de son entrée de gamme : l’Apple II[10]. Quelque temps plus tard, un bidouilleur dénommé Dave Small, commercialise un produit, Spectre GCR (en), permettant d’émuler parfaitement un Macintosh[11] avec des performances supérieures à l’original[réf. nécessaire].

Très abordable, fonctionnant avec l'interface graphique GEM, et utilisant des disquettes 3,5", l'Atari ST a été surnommé le Jackintosh (jeu de mot entre Jack, le prénom de Jack Tramiel et Macintosh) car il se positionnait en concurrent direct du Macintosh.

Ce sont essentiellement le 520 ST, le 1040 ST et dans une moindre mesure le Mega ST qui ont remporté un véritable succès public.

L’Atari ST rencontre rapidement un succès conséquent en Europe dans des pays comme la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et bien d'autres encore[12]. Il obtient aussi un certain succès en Australie ou au Canada[12]. Aux États-Unis, malgré la popularité de la firme nationale Atari, le ST n'est étonnamment pas largement diffusé, et se voit réduit à un marché de niche comme l'Amiga en raison de la concurrence du PC et d'Apple. L’Atari ST se limite alors à seulement 100 000 unités vendues dans ce pays[12].

Fin 1991, l’Atari ST est le micro-ordinateur le plus vendu en Europe[13],[14] avec une logithèque très étendue.

Fin de règne et postéritéModifier

Fin 1992, l’Atari Falcon030 arrive timidement pour remplacer l’Atari ST en proposant une machine à vocation multimédia principalement destinée au grand public. Cette machine extrêmement puissante techniquement[15] va pêcher par son absence de titres phares et sa logithèque peu fournie. Atari laisse vivre sans réel soutien son nouveau micro-ordinateur qui obtient pourtant un certain succès chez les musiciens grâce à son excellent rapport qualité/prix[16]. Atari concentre alors rapidement toutes ses forces sur la promotion de sa console Jaguar, considérant alors le marché des micro-ordinateurs saturé par la consolidation du marché des compatibles PC.

À partir de 1993, malgré la sortie de l'exceptionnel Vroom Multiplayer[17], les nouveaux titres ludiques se font de plus en pllus rares[18], ce qui annonce la fin de la présence de l’Atari ST sur le devant de la scène. Il s’ensuit progressivement l'année suivante l’abandon de la plate-forme par les revendeurs informatiques grands publics. Toutefois, l’Atari ST conserve des utilisateurs fidèles accumulés au fil des années et reste longtemps très utilisé par les musiciens amateurs ou professionnels[15],[19]. À tel point que le magazine musical Keyboards lance un partenariat avec son homologue ST Magazine concernant les dernières actualités de la machine. Le magazine anglais Sound on Sound lance de son côté les « Atari Notes »[19].

Jusqu’à la fin des années 1990, ST Magazine et quelques autres magazines français d’informatique alternative permettent aux utilisateurs de la machine de s'informer sur les nouveautés logicielles ou hardware qui continuent à sortir, et cela sans le moindre soutien de la part d'Atari. En France, des salons professionnels consacrés au monde Atari sont organisés et surprennent par leur nombre de visiteurs[20].

Au début des années 2000, le magazine musical français Keyboards qualifie l’Atari ST de machine « increvable »[5].

D'après certaines sources, il s'est vendu 6 millions d'Atari ST dans le monde dont 550 000[21] en France. L'Allemagne serait le pays où il s'est le plus vendu[réf. souhaitée].

Du 22 octobre 2013 au 24 août 2014, l’Atari ST était exposé à la Cité des sciences et de l'industrie dans le cadre de l’exposition temporaire « Jeu vidéo L'EXPO »[1]. Du 28 avril 2015 au 26 juillet 2015, l’Atari ST était exposé à l’Institut du monde arabe[22],[23] dans le cadre de l’exposition événement «HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes ». Sous la direction artistique du rappeur Akhenaton, l’exposition se voulait axée sur les points d’ancrage importants de la transmission du mouvement hip hop[24].

Musique assistée par ordinateurModifier

Dès[1986, les musiciens plébiscitent l’Atari ST avec notamment l’arrivée du séquenceur Pro 24 de Steinberg[25]. Avec son interface MIDI intégrée, l’Atari ST permet alors à tout un chacun de construire facilement un home studio. Il est dorénavant possible de relier (à la manière d’un orchestre) un ou plusieurs instruments électroniques compatibles avec la norme MIDI (synthétiseur, sampler, boîte à rythme…).

L’Atari ST apporte un espace de travail inouï performant aux musiciens de l’époque avec son écran monochrome haute résolution et son interface graphique GEM autorisant une utilisation intensive de la souris. L’Atari ST couplé avec un sampler sonne le glas des toutes premières configurations informatiques musicales jusqu’alors réservées aux musiciens fortunés (comme le Fairlight CMI) par son prix drastiquement inférieur[26]. Une multitude de logiciels de MAO apparaissent pour couvrir divers besoins : séquenceur, éditeur de partition, éditeur de synthétiseur, apprentissage musical, etc. N’importe quel musicien peut dorénavant avant les concerts répéter chez lui, réaliser des maquettes ou même enregistrer un album complet.

Liste non exhaustive des artistes utilisant ou ayant utilisé un Atari ST :

Les modèlesModifier

Le premier modèle de la série, présenté au cours du printemps 1985 mais jamais commercialisé fut le 130ST, (doté de 128 ko de mémoire vive). Il fut suivi des modèles 520ST (512 ko) et 520ST+ (1024 ko), qui sortent en 1985.

En 1986 apparurent les modèles 260ST (512 ko + système d'exploitation sur disquette à charger en mémoire au démarrage) uniquement commercialisés en Allemagne (Il y a eu quelques modèles vendus en Belgique également), et 520STm (512 ko + sortie vidéo composite pour la télévision).

Le lecteur de disquette 3"5 ne fut intégré qu'à partir de la série de modèles ST déclinées en 520ST , 520STf (512 ko de mémoire vive) et 1040STf(1 Mo de mémoire vive), puis STfm, qui disposait d'un modulateur interne pour une sortie couleur sur écran TV. Suivirent en 1989 la série des STe (e pour enhanced : capacités graphiques et sonores étendues), avec les 520STe et 1040STe.

À destination plus professionnelle, il y eut le Mega ST et le Mega STe, et les portables Stacy et ST Book. Un prototype d'ordinateur à écran tactile, le ST Pad a été présenté mais ne fut jamais commercialisé.

Les successeursModifier

Avec l'apparition des microprocesseurs 32 bits sont apparus l'Atari TT (TT signifiant Thirty-Two) et le Falcon030 (030 faisant référence au nom du microprocesseur Motorola 68030).

En parallèle, des clones furent mis sur le marché, comme l’Eagle, le Medusa, l’Hadès ou le Milan. Ces machines s’inspiraient principalement de la conception du TT (alors que les projets de clone du Falcon n'arrivèrent pas à entrer en production) en intégrant des évolutions de processeur (principalement 68040 et 68060), et d’autres évolutions, comme l’utilisation d’un bus PCI.

En 2010, après plusieurs années de concertation entre les différents acteurs du monde Atari, la production d'un nouveau compatible est lancée. Baptisé « FireBee »[55], ce micro-ordinateur est majoritairement compatible avec la logithèque Atari ST. Il est architecturé autour du microprocesseur Freescale ColdFire MCF5474 cadencé à 264 MHz (400 MIPS), donnant une vitesse moyenne de traitement d'environ 150 fois celle d'un Falcon de base.

En 2015, une nouvelle production du « FireBee » est annoncée avec un dispositif de précommande[56].

CaractéristiquesModifier

  • Processeur : Motorola 68000, cadencé à 8 MHz pour les ST/Mega ST/STe, et à 16 MHz pour le Mega STe.
  • Mémoire vive : 128 ko pour le 130ST, 512 ko pour le 260ST (512 ko + système d'exploitation sur disquette a charger en mémoire au démarrage), 512 ko pour le 520ST, 1024 ko pour le 520ST+ et le 1040ST, 1,2 ou 4 Mo pour le Mega STe.
  • Audio : Chipset sonore Yamaha YM2149 (3 voies), auquel s'ajoute un convertisseur numérique/analogique stéréo en 8 bits à 50 kHz pour les STe et Mega STe, disposant d'un équaliseur temps réel pour le réglage du volume, des basses et des aigus.
  • Lecteur de disquette : Format 3"½ double densité.
  • Disque dur externe (ST): 48 Mo à la norme SCSI, interne pour Méga ST/STe, en option.

ConnectiqueModifier

L'Atari ST était équipé de nombreux connecteurs à l'arrière, sur le côté et même en dessous.

 
Connecteurs sur un Atari 520ST.
 
Souris standard Atari ST (2000).
  • Connecteurs spécifiques aux ST :
    • prise Moniteur/Television (DIN treize broches)
    • connecteur ACSI (similaire au SCSI) DMA : pour utiliser un disque externe, en SCSI avec un adaptateur.
    • interface pour lecteur de disquettes externe.
    • Port cartouche : à l'origine destiné à une application résidente de 128 ko en ROM mais qui a aussi été utilisé pour des extensions hardware : digitaliseurs vidéo (VidiST), scanners à main, digitaliseurs sonores (ST Replay), cartes son (MV16), émulateurs (Spectre CGR), clés hardware de certains logiciels musicaux et dernièrement, carte Ethernet, port USB et IDE.
    • Deux Connecteurs pour joysticks supplémentaires (STe)

AffichageModifier

Mode d'affichageModifier

Les ST disposaient de trois modes d'affichage :

  • basse résolution : 320 × 200 pixels en seize couleurs ;
  • moyenne résolution : 640 × 200 pixels en quatre couleurs ;
  • haute résolution : 640 × 400 pixels monochrome (noir et blanc).

Le mode haute résolution nécessitait un moniteur spécial (Atari SM124) du fait de sa fréquence de rafraîchissement de l'écran de 70 Hz, tandis que les deux autres étaient affichables soit sur une télévision (via la prise péritel), soit sur des moniteurs couleurs (tels que les Atari SC1224 et SC1435).

Des moniteurs « multisynchro » permettaient d'afficher les trois modes.

Des montages électroniques permettaient d'utiliser un écran VGA.

La palette de couleurModifier

Les couleurs sont choisies en spécifiant leurs niveaux de rouge, vert et bleu. Pour les modèles avant le STf, chaque niveau peut prendre une valeur entre 0 et 7, le choix des couleurs se fait donc parmi 512 couleurs.

Pour le STe et le Mega STe, chaque niveau peut prendre une valeur entre 0 et 15, permettant de choisir parmi 4 096 couleurs. Une astuce de codage des niveaux permet une compatibilité ascendante pour les jeux apparus avant le STe.

Des astuces de programmation du matériel permettaient à certains logiciels (comme Spectrum 512) d'afficher plus de couleurs que la normale en changeant en continu la palette de couleur. Ces astuces consommaient l'essentiel de la puissance de calcul et étaient donc inexploitables dans des jeux.

LogicielsModifier

Système d'exploitationModifier

Le système d'exploitation est le TOS pour The Operating System.

Article détaillé : The Operating System.

Logiciels pharesModifier

L'Atari ST est un ordinateur polyvalent permettant aussi bien de jouer que de travailler.

Article détaillé : Liste de jeux Atari ST.
Article détaillé : Liste d'applications Atari ST.

Quelques jeux vidéo qui ont marqué la carrière du STModifier

PublicationModifier

GraphismeModifier

LangagesModifier

  • GFA BASIC (langage de programmation, mélange entre le BASIC standard et le langage C)
  • Omikron BASIC
  • STOS BASIC
  • Seka ASM
  • Devpac ASM
  • Atari ST basic
  • Interpréteur C (Hisoft)
  • Compilateur Lattice C

MusiqueModifier

Notator / Creator (C-Lab/Emagic)

Séquenceur MIDI.

ÉmulationModifier

  • Magic-Sac / Spectre 128 et GCR : un émulateur Mac pour Atari se targuant de performances vidéo 30 % supérieures. Cet émulateur utilisait le port cartouche pour héberger les ROM d'Apple. Ils ont été conçus par l'entreprise Gadgets by Small, fondée par le programmeur Dave Small.
  • Hatari[57] : Emulateur d'Atari ST/STE/TT/Falcon pour les systèmes GNU/Linux, BSD, Mac OS X ou Windows ou tout système supporté par la bibliothèque SDL. Cet emulateur est sous licence GNU GPL. L'emulateur est donc libre, néanmoins l'image du système d'exploitation TOS est encore sous copyright, il est donc illégal de diffuser ce dernier. Cependant, il existe deux moyen de contourner ceci de manière légale. Le premier moyen consiste à recréer l'image TOS à partir d'un Atari existant (ce qui nécessite de posséder la machine physiquement), le deuxième est d'utiliser EmuTOS, un système d'exploitation conçu pour les processeurs Motorola 68000[58].

RéférencesModifier

  1. a et b Exposition temporaire, Cité des sciences et de l'industrie – « Jeu vidéo l'EXPO » - Du 22 octobre 2013 au 24 août 2014
  2. PC Team, hors-série no 4 - Juillet/août 1998 - Toute l'histoire de la micro et du jeu vidéo - La micro dans tous ses états
  3. PC Team, hors-série no 4 - Juillet/août 1998 - Toute l'histoire de la micro et du jeu vidéo - Le Panthéon de la micro
  4. Magazine, Tilt, Numéro 72, page 21 - Novembre 1989 - Tilt d'or du meilleur logiciel de PAO - Calamus sur Atari ST
  5. a b c et d Keyboards, no 139 - Janvier 2000 - 20 ans de puces - "La révolution ATARI"
  6. a b c et d [EN] Sound On Sound, novembre 2010 - "25 Products That Changed Recording"
  7. a et b PC Team, hors-série no 4 - Juillet/août 1998 - Toute l'histoire de la micro et du jeu vidéo - Les grandes dates de l'histoire de l'informatique.
  8. a et b PC Team, hors-série no 4 - Juillet/août 1998 - Toute l'histoire de la micro et du jeu vidéo - Les 50 plus grands jeux de tous les temps !
  9. SEB, « rebelote: VROOM : EDITEUR : LANKHOR, TESTE PAR SEB SUR AMIGA, DEJA TESTE SUR ST DANS JOY N°20, DISPONIBLE SUR ST ET AMIGA », Joystick, no 26,‎ , p. 16 :

    « Les utilisateurs d’Amiga qui avaient vu la version ST de Vroom au moment de sa sortie, il y a 5 mois, ne pouvaient qu’être jaloux de ne pas posséder un tel logiciel sur leurs bécanes. »

    .
  10. (en) Lisa Raleigh, Mercury News, « 1986: Apple's new master chef Gassee stirs up R&D », (consulté le 10 septembre 2015).
  11. Patrick Hesters, Antenne 2, « [Sicob les nouveautés] », JA2 20H, sur Ina.fr, (consulté le 10 septembre 2015).
  12. a b et c (en) Journal - The Syracuse Newspapers - 1989 - "Who killed the Atari ST? A drama in three parts" - Al Fasoldt.
  13. Émission TV, FR3, Micro Kid's - Interview de Jean Richen (Atari France) - 8 avril 1992
  14. ATARI Magazine, hors-série 1991 - Le Guide de la Micro Créative - Édito.
  15. a et b Livre "CUBASE - Studio MUSIQUE" chez CampusPresse (ISBN 2-7440-1481-8) - 2002 - Chapitre 2 Page 40 - Atari/Falcon.
  16. (en) Sound On Sound, septembre 1994 - "Cubase Audio: Atari Falcon - Exploration".
  17. Émission TV, FR3, Micro Kid's - Test VROOM II - 11 avril 1993 - "La perfection absolue! Le top du top! La pole position des simulateurs de F1! Votre bon vieux Atari ST a encore de beaux jours devant lui avec Vroom II !"
  18. Magazine, Tilt, Numéro 116, page 150 - Juillet/août 1993 - Disquette - "À l'époque où trouver des démos pour ST devient très difficile (...)".
  19. a et b (en) Sound On Sound, août 1999 - "34th Atari Note Retrospective - Atari Notes".
  20. (en) Sound On Sound, février 1997 - "French Atari Show; Alibi; Panther - Atari Notes".
  21. ST Magazine, no 120 - octobre 1997 - page 59 - Utilitaires - KOBOLD 3.5.
  22. Laure Narlian (Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox), France Télévisions- francetvinfo (photogr. Laure Narlian), « L'Exposition Hip Hop à l'Institut du Monde Arabe en 20 images », 07/21 L'ORDINATEUR 1040 ST ATARI, (consulté le 11 septembre 2015) : « N'importe quel musicien peut dès lors répéter chez lui, réaliser des maquettes ou même enregistrer un album complet sans passer par un studio donc à peu de frais. Une révolution. ».
  23. Exposition, Institut du monde arabe, Paris, France, « HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes » - Du 28 avril 2015 au 26 juillet 2015 - ORDINATEUR 1040 ST, ATARI | Plastique et métal | MuCEM, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, France.
  24. Mouv', Radio France, « MOUV' @ l'expo "Hip-Hop : du Bronx aux rues arabes" avec AKHENATON - vidéo dailymotion », 2:16 [vidéo], sur Dailymotion, (consulté le 11 septembre 2015).
  25. (fr) Livre CUBASE - Studio Musique chez CampusPresse (ISBN 2-7440-1481-8) - 2002 - Chapitre 1 Page 5 - Atari et MIDI
  26. Franck Ernould, « Les Vingt Ans de Fairlight », Home Studio Recording 38.
  27. (en) « Graham Massey On 808 State's Blueprint », sur The Quietus, (consulté le 3 août 2013) : « We were using the Atari 1040 computer for the 1st time (…) »
  28. (en) « alex Gopher Interview », sur Dirtie Clouds, (consulté le 3 août 2013) : « Lets take it right back to the beginning. When you first started what were you using in studio? and what are you using now? I was using an akai sampler, a vinyle collection, a bass, an atari and a DAT recorder. »
  29. « Guts », sur Nous Mais Ah! – Magazine Urbain, (consulté le 3 août 2013) : « D’abord dj puis beatmaker après l’achat d’un kit de base Atari 520 ST-Ensoniq EPS-SP-1200, Guts et une poignée d’amis mettent sur les rails un groupe simple et funky : Alliance Ethnik. »
  30. (en) « Trash_Audio Presents an Evening With: Atari Teenage Riot (Part 3) », sur trashaudio.com, (consulté le 3 août 2013)
  31. a et b Reportage TV, M6, Rapline - Interview Bomb the Bass - 1991.
  32. a b et c 3x Albums Vinyls - "The History Of The House Sound Of Chicago - The Story Continues" - BCM Records - Stuart Cosgrove http://www.globaldarkness.com/articles/history_of_chicago_house.htm
  33. a b et c (en) « Tim Simenon: Bomb The Bass », sur Sound on Sound, (consulté le 3 août 2013) : « he was until very recently still working with Pro24 on an Atari Mega 4 computer ».
  34. (en) Journal hebdomadaire - New Computer Express - 8 avril 1989 - Numéro 22 - Page 2 - "TURN UP THE BASS: How this man might revolutionise computer music" - "(...) Bomb the Bass's Tim Simenon uses Atari STs to sample and mix sounds at the famous MUTE studio programming suite.(...)".
  35. Clip musical - Bomb The Bass - Don't Make Me Wait - 2:33.
  36. (en) Magazine - FUTURE MUSIC - Numéro 55 - Avril 1997 - Depeche Mode Interview - "THE CURRENT KIT LIST: Depeche Mode hardly ever talk kit and we had to travel to the ends of the world (via Tim Simenon) to get this list together. It includes just about everything used on the new album Ultra! (...) Sequencing: ARP 1615, Atari 1040 (hurrah!) running C-Lab Notator (x2), Atari 1040 running Cubase Score".
  37. [EN] Sound On Sound, août 2004 - "MICHAEL JACKSON 'Black Or White' | Classic Tracks".
  38. Web, ElMundo.es - 17 novembre 2011 - El 'Así me gusta a mí' de Chimo Bayo cumple 20 años.
  39. Vidéo Youtube - Mise en ligne le 16 décembre 2011 - "Como hice Así Me Gusta a Mí" - Germán Bou, autor musical y productor del tema Así Me Gusta a Mí, nos muestra paso a paso su elaboración.
  40. Livre - « Yo ! Révolution Rap » - David Dufresne - Éditions Ramsay - Mars 1991.
  41. Émission TV, M6, Fréquenstar- Jean Jacques Goldman - Dimanche 16 décembre 2001.
  42. Émission Radio, M40, Rencontre avec Jean-Jacques Goldman - 31 janvier 1992.
  43. Émission TV, TMC, Il était une fois... Céline Dion, Interview de Jean Jacques Goldman - "Je viens avec mes petites disquettes (rires), c'était l'époque des ordinateurs ATARI pour pas faire de pub..." - Mercredi 15 mai 2013 à 20h45.
  44. Émission TV, France 3, Céline face à Dion, Interview croisé de Céline Dion et Jean Jacques Goldman - Jean Jacques Goldman : "Je ne me souviens pas quand ça s'est passé mais je sais qu'on a eu un rendez-vous pour leur faire écouter les premières chansons. Je me rappelle j'avais un ordinateur ATARI à l'époque, bah je peux faire de la pub car ça n'existe plus ! Avec des disquettes comme ça..." - Céline Dion : "(rires), Garde-le !" - Jean Jacques Goldman : "Et donc je passais mes playbacks que j'avais enregistrés moi-même et je chantais dessus." - Lundi 21 décembre 2015 à 20h55.
  45. RFI Musique - Biographie- Jean-Louis MURAT - http://www.rfimusique.com/artiste/chanson/jean-louis-murat/biographie
  46. Maritta Calvez - Interview Jean-Louis Murat – L’âme de fond - Octobre 1999.
  47. Radio France, France Inter, Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek, « Juliette du 08 juin 2016 - France Inter », 21:10, Si tu écoutes, j'annule tout, 8 juin 2016 à 17h20 (consulté le 1er septembre 2016).
  48. Daniel Ichbiah, Madonna L'Intégrale : Tout Madonna de A à Z, Saint-Victor-d'Épine, City Editions, , 413 p. (ISBN 978-2-35288-138-4, notice BnF no FRBNF41260145), p. 292-293.
  49. Oxia.
  50. Émission TV, TMC, Il était une fois... Patrick Bruel - Interview de Alain Lepas et Patrick Bruel - Archive Vidéo : Alain Lepas dirige Patrick Bruel à la guitare devant son matériel de composition musicale (Écran et souris Atari ST) - Jeudi 5 mars 2015 à 0h25.
  51. Magazine Home Studio Recording - Franck ERNOULD - Phil BARNEY, Au-delà des modes - Interview du 23 juillet 1998.
  52. (en) « Interview with Kevin McFrey fromm Skinny Pupppy » (consulté le 19 novembre 2019).
  53. Magazine - Crash, no 11, "Teen Age !" - mars 2000 - page 37 - Interview du groupe SUPERFUNK.
  54. What gear did you use to record ‘Your Woman?’, www.whitetown.co.uk , consulté le .
  55. "FireBee".
  56. « firebee.org », sur firebee.org (consulté le 11 septembre 2015) : « 2015-08-26: FireBee Series 2 – La campagne des précommandes est ouverte ! Comme promis, nous tenons à vous informer, aujourd'hui, de la production prochaine d’une nouvelle série d’ordinateurs FireBee. ».
  57. Hatari.
  58. (en) « EmuTOS - About ».

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • AlbaTOS Site personnel portail francophone de la gamme des ordinateurs Atari ST (Actualités, logiciels, etc.)
  • Atarimania Site listant l'ensemble des jeux / démos / utilitaires de la gamme ST avec screenshots, informations, scans, publicités de l'époque, etc.
  • Atari Connection Site personnel regroupant l'ensemble des émulateurs ST, des TOS, des jeux et bien d'autres.