Arthur von Eppinghoven

peintre belge
Arthur von Eppinghoven
Arthur von Eppinghoven.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activité
Père
Mère
Fratrie
Armes barons Eppinghoven.svg
blason

Christian Friedrich Arthur Meyer von Eppinghoven (Laeken - Etterbeek ) est le cadet des enfants naturels du roi Léopold Ier et Arcadie Claret[1].

BiographieModifier

Après des années passées avec ses parents au château Stuyvenbergh à Laeken, où une éducation princière lui est réservée ainsi qu'à son frère Georg von Eppinghoven, Arthur devient grand maréchal à la cour ducale de Cobourg et aide de camp du roi de Bulgarie. En tant que représentant de la famille ducale de Cobourg, il assiste aux obsèques du roi Leopold II, son demi-frère[2].

Arthur épouse en 1887 Anna Lydia Harris (Gênes 9 septembre 1862 - Ixelles 31 août 1944), la fille du consul général de Grande-Bretagne à Nice, Sir James Harris et sa femme, la Baronne Gerhardine von Gall. Ils ont une fille, Louise-Marie (Wiesbaden 4 janvier 1894 - Etterbeek, 3 avril 1966), qui a comme marraine la princesse Louise de Belgique et comme parrain le roi Ferdinand Ier de Bulgarie[1].

Après la défaite de l'Allemagne en 1918, les monarques allemands doivent abdiquer, y compris le duc de Cobourg. Arthur perd de ce fait ses fonctions et ses émoluments. Il s'efforce de survivre en Allemagne, sans grand succès. En 1924 il vient s'installer à Etterbeek en Belgique avec sa femme et sa fille. En 1934 il fait acter à l'état civil le changement de son nom de Meyer en von Eppinghoven et acquiert la nationalité belge. Son épouse s'adresse au roi Albert Ier pour solliciter une aide matérielle, qu'elle obtient sous forme d'une rente viagère[1].

Arthur, dernier enfant de Léopold Ier [réf. nécessaire], meurt en novembre 1940. Il est enterré au Cimetière de Laeken (pelouse 21)[3], à l'ombre de la Crypte royale. Après sa mort, sa veuve et sa fille continuent à obtenir des aides financières de la famille royale belge, sous forme d'avances sur l'héritage en souffrance de la demi-sœur d'Arthur, l'impératrice Charlotte. Le prince régent Charles les aide également en faisant acheter leur maison, Rue Gérard à Etterbeek, par la Donation royale et leur en laisse à vie la jouissance gratuite.[1] La fille unique, Louise-Marie d'Eppinghoven, qui meurt célibataire, est enterrée avec son père.

Généalogie de la famille von EppinghovenModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Léopold Ier de Belgique
 
Arcadie Claret
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Georges-Frédéric von Eppinghoven
 
Anna Brust
 
 
 
 
 
Arthur von Eppinghoven
 
Anna Lydia Harris
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Henriette-Marianna von Eppinghoven
 
Heinrich-Georg von Eppinghoven
 
Anna Lintermann
 
Claude Eric Tebbitt
 
Arcadie von Eppinghoven
 
Louise-Marie von Eppinghoven
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alarich von Eppinghoven
 
Anna Margarete Ziggert
 
Jürgen von Eppinghoven
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Armin von Eppinghoven
 
Peri Olga Schleining
 
Ralph von Eppinghoven
 
Elizabeth Fricker
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alexander von Eppinghoven
 
 
 
Konrad von Eppinghoven
 
Derek von Eppinghoven

LittératureModifier

  • Carlo Bronne, Leopold Ier et son Temps, Bruxelles, 1947
  • E. Meuser & F. Hinrichs, Geschichte der Monheimer Höfer, Monheim, 1959
  • P. Vermeir, Leopold I, Mens, Vorst en Diplomaat, 2dln., Terrmonde, 1965
  • A. Dechesne, Chaussée de Wavre. Là où un couvent a remplacé la propriété du colonel Claret, in : Mémoire d'Ixelles, septembre-décembre 1986.
  • Alphonse Vandenpeereboom (avec M. Bots), La fin d'un règne, notes et souvenirs, Gand, Liberaal archief, 1994
  • Victor Capron, La descendance naturelle de Léopold Ier, Bruxelles, 1995
  • Genealogisches Handbuch des Adels. Freiherrlichen Häuser, Band XXI. C. A. Starke, 1999, p. 101–3.
  • Henriette Claessens, Leven en liefdes van Leopold I, Lannoo, Tielt, 2002
  • Victor Capron, Sur les traces d'Arcadie Claret : le Grand Amour de Léopold Ier, Bruxelles, 2006
  • Michel Didisheim, Tu devais disparaître. Le roman d'une enfant royale cachée, Ed. Alphée, 2008.
  • Bram Bombeek, A bas le Sexe Cobourg? Een mentaliteitshistorische en politieke benadering van de seksschandalen van het Belgisch koningshuis in de lange 19de eeuw, Université Gand, master histoire, 2009.

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Victor Capron, Sur les traces d'Arcadie Claret : le Grand Amour de Léopold Ier, Bruxelles,
  2. Edmond Carton de Wiart, "Léopold II que j'ai servi", dans Les cahiers léopoldiens, décembre 1959, p. 21.
  3. Derniers Domiciles Connus

Liens externesModifier