Arrietty, le petit monde des chapardeurs

film sorti en 2010
Arrietty, le petit monde des chapardeurs
Image illustrative de l'article Arrietty, le petit monde des chapardeurs
Logo du film
借りぐらしのアリエッティ
(Karigurashi no Arrietty)
Genre Aventure, amitié
Film d'animation japonais
Réalisateur
Scénariste
Hayao Miyazaki
Keiko Niwa
Studio d’animation Studio Ghibli
Durée 94 min
Sortie

Arrietty, le petit monde des chapardeurs (借りぐらしのアリエッティ, Karigurashi no Arietti?, litt. « Arrietty l'emprunteuse ») est un film d'animation japonais du studio Ghibli sorti au Japon le [1] et sorti en France le [2]. Il est réalisé par Hiromasa Yonebayashi, sur un scénario de Hayao Miyazaki. L’histoire s'inspire librement d’un roman de fantasy pour la jeunesse, Les Chapardeurs (The Borrowers), de Mary Norton.

SynopsisModifier

Présentation généraleModifier

L’histoire se déroule au Japon[3], en 2010. Les Chapardeurs sont des petits hommes hauts d’une dizaine de centimètres qui vivent sous les planchers en tâchant de ne jamais être vus par les humains. Comme leur nom l’indique, ils vivent de chapardages, mais n'empruntent que le strict nécessaire. Le film relate les aventures de la jeune Chapardeuse Arrietty, 14 ans, et de sa famille logeant dans une maison de poupée, dans un univers plein de dangers[4],[5]. L’arrivée d’un jeune garçon dans cette maison de campagne va complètement transformer l’existence de notre héroïne. Le film s’axe en effet sur la rencontre d’un jeune garçon et d’une jeune fille, ici Arrietty la chapardeuse, et Shô, jeune enfant souffrant venu se reposer une semaine dans cette vieille maison familiale. Leur rencontre est la clé de l’histoire.

Synopsis détailléModifier

Le film débute sur le discours de Shō, un jeune garçon qui dit qu'il se souvient encore de la semaine d'été qu'il passa dans la maison d'enfance de sa mère avec Sadako, sa grand-tante maternelle, et Haru, la gouvernante. Quand Shō arrive pour la première fois à la maison, il voit un chat, Niya, en train d'attaquer quelque chose dans les buissons avant d'abandonner, assailli par un corbeau. Shō voit pendant quelques instants seulement Arrietty, une jeune chapardeuse, qui rentre chez elle à travers un soupirail.

La nuit même, Pod, le père d'Arrietty, accompagne cette dernière dans sa première mission de chapardage, afin de récupérer des mouchoirs et du sucre. Après avoir récupéré un carré de sucre dans la cuisine, ils se dirigent, en passant dans les murs, dans une chambre, où ils pénètrent à travers une maison de poupée avec de l'électricité et des ustensiles de cuisine. Cependant, il s'agit de la chambre de Shō, qui ne dort pas mais qui est allongé, éveillé, sur son lit et qui voit donc Arrietty alors qu'elle essaie de prendre un mouchoir sur sa table de chevet. Apeurée, elle laisse tomber le carré de sucre. Shō essaie de la convaincre de rester, mais Pod et Arrietty retournent sans bruit chez eux.

Le jour suivant, Shō laisse le carré de sucre ainsi qu'une petite note près du soupirail où il avait aperçu Arrietty. Pod prévient sa fille de ne pas prendre le carré de sucre car leur existence doit rester secrète. Toutefois, elle fugue afin d'aller voir Shō dans sa chambre. Elle y laisse tomber le carré de sucre afin de signaler sa présence. Sans se montrer, elle demande à Shō de laisser sa famille tranquille et qu'ils n'ont pas besoin de son aide. Sur le chemin du retour, Arrietty est surprise par son père. Réalisant qu'ils ont été repérés, Pod et Homily, sa femme, décident de déménager. Shō apprend de Sadako que certains de ses ancêtres avaient remarqué la présence des chapardeurs et qu'ils avaient construit la maison de poupée pour eux, mais qu'ils n'ont plus donné signe de vie depuis.

Pod rentre blessé d'une mission de chapardage accompagné de Spiller, un chapardeur qu'il a rencontré sur le chemin et qui l'a aidé à rentrer. Il les informe qu'il existe d'autres lieux afin qu'ils puissent déménager. Pendant que Pod récupère de sa blessure, Shō enlève le parquet dissimulant la maison des chapardeurs et remplace leur cuisine par celle de la maison de poupée afin de leur montrer qu'il veut qu'ils restent, mais cela ne fait que les apeurer plus et les fait accélérer leurs préparatifs afin de partir.

Arrietty va faire ses adieux à Shō, mais au cours de la conversation, le garçon suggère à la chapardeuse qu'ils finiront bien par s'éteindre, ce à quoi Arrietty répond avec ardeur qu'ils ne se laisseront pas faire si facilement. Shō s'excuse en avouant que c'est à cause de lui qu'ils déménagent et qu'il a une maladie du cœur qui nécessite une opération dans les jours suivants, opération qui a peu de chance de réussir. Il pense ne rien pouvoir faire contre cela, annonçant que toute chose vivante finit par mourir.

Alors que Sadako est en sortie, Haru remarque que le parquet a été déplacé. Elle découvre la maison des chapardeurs et capture Homily. Alertée par les cris de sa mère, Arrietty quitte Shō avec qui elle discutait dans le jardin et part à sa recherche. Shō, attristé, retourne dans sa chambre. Haru l'y enferme et appelle une entreprise de dératisation pour capturer les autres chapardeurs. Arrietty vient à l'aide de Shō ; ils sauvent Homily et font disparaître toutes les traces de la présence des chapardeurs.

La nuit de leur départ, les chapardeurs sont découverts par Niya. Incapable de dormir, Shō va se balader dans le jardin, où le chat le guide vers un ruisseau où les chapardeurs rejoignent Spiller afin de partir. Shō donne à Arrietty un carré de sucre et lui dit que son courage et sa détermination l'ont convaincu de vouloir se battre contre sa maladie. Arrietty, en souvenir, lui donne sa pince à cheveux. Arrietty et les autres chapardeurs s'enfuient alors dans une théière.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Voix japonaisesModifier

Voix françaisesModifier

Source : Fiche de doublage Voxofilm

ProductionModifier

Avant l’adaptation du studio Ghibli, l’univers des Chapardeurs avait déjà fait l’objet d’une adaptation au cinéma en images réelles : Le Petit Monde des Borrowers, de Peter Hewitt, en 1997.

Karigurashi no Arrietty est le premier film réalisé par Hiromasa Yonebayashi. Encore inconnu du grand public, Yonebayashi est directeur adjoint d’animation au studio Ghibli[6] et a déjà collaboré à de nombreux films, dont Le Château ambulant et Ponyo sur la falaise.

PromotionModifier

Pour la promotion du film, au musée d'arts contemporains de Tokyo (東京都現代美術館, Tōkyō-to gendai bijutsukan?) on pouvait se promener dans un décor réalisé à l'échelle des Chapardeurs, cette création est l'œuvre du chef décorateur et production designer Yohei Taneda[7]

Le 10 février 2012, Disney annonce une exposition sur cette production de Ghibli au El Capitan Theatre à Los Angeles du 17 février au 8 mars 2012 à l'occasion de la sortie du film Arriety (2011) aux États-Unis [8].

Bande originaleModifier

La chanson principale du film a été composée par la musicienne bretonne Cécile Corbel, harpiste celtique et chanteuse. La chanson d'Arrietty est disponible au Japon sur support numérique depuis le et a été diffusé pour la première fois sur la chaîne NTV le [9]. La sortie française du CD de la bande originale du film a été confiée au label de Kazé, Wasabi Records. Les morceaux instrumentaux du film sont composés par Simon Caby et Cécile Corbel. C'est la première fois que le studio Ghibli fait appel à des compositeurs non japonais.

Accueil critiqueModifier

Au JaponModifier

En FranceModifier

Arrietty reçoit un accueil critique globalement favorable : en juin 2011, le site Allociné attribue au film une note moyenne de 3,74/5 à partir de l'interprétation de 23 critiques de presse[10].

Box-officeModifier

En date du 19 avril 2012, les recettes du film totalisent 145,11 millions de dollars américains dont 18 749 116 $ en Amérique du Nord, 110 013 058 $ au Japon et 7 010 476 $ en France[11].

Au JaponModifier

Le film sort le au Japon. À la mi-octobre, il a attiré plus de 7,5 millions de spectateurs, une performance encore inégalée pour un premier film d’un réalisateur japonais[12].

En FranceModifier

Le film est sorti en France le et a réalisé le meilleur démarrage à Paris le jour de sa sortie avec 2068 entrées rassemblées sur 18 copies[13], et a rassemblé 183 156 spectateurs au cours de sa première semaine d'exploitation sur 205 copies[14]. En juin 2011, le film cumulait 933 050 entrées en France, soit la troisième meilleure performance pour un film du studio Ghibli dans le pays, derrière Le Voyage de Chihiro et Le Château ambulant[15].

Amérique du NordModifier

À sa sortie, Arrietty réussit le meilleur démarrage pour un film du studio Ghibli en Amérique du Nord, dépassant le seuil atteint jusque-là par Ponyo sur la falaise[16]. Projeté sur 1522 écrans, le film atteint la neuvième place au box-office nord-américain pour sa première fin de semaine d'exploitation en salle[17].

DistinctionsModifier

En février 2011, le film remporte le prix du Film d'animation de l'année (Animation of the Year) de la Japan Academy[18].

Édition en vidéoModifier

Le long-métrage d'animation est sorti en DVD (région 2) et Blu-Ray (région A) au Japon le 17 juin 2011. Les deux versions comprennent des sous-titres en japonais et en anglais.

En France, Buena Vista Home Video a édité Arrietty en DVD (région 2) et Blu-Ray (région B) le 28 septembre 2011.

Au Royaume-Uni, le film est distribué en DVD (région 2) et Blu-Ray (région B) par StudioCanal. En Amérique du Nord, Disney a annoncé la sortie du film en DVD et Blu-Ray (2 disques) pour le 22 mai 2012[19].

Notes et référencesModifier

  1. « Fiche technique d'Arrietty, la chapardeuse - Buta Connection »
  2. « Chronique Disney - Bientôt au Cinéma », sur Chronique Disney (consulté le 24 octobre 2010)
  3. a et b « Le dossier sur le site Buta Connection »
  4. Le Miyazaki nouveau est annoncé !, elbakin, le 16 décembre 2009
  5. « Le prochain Ghibli explore le Petit Monde des Borrowers », fantasy.fr, le 24 décembre 2009
  6. Nouvelles infos sur “Karigurashi no Arrietty” !, elbakin, le 24 décembre 2009
  7. AnimeLand, hors série N°17
  8. El Capitan Theatre Presents 'The Secret World of Arrietty,' 2/17-3/8
  9. Site de Cécile Corbel
  10. Critiques Presse pour le film Arrietty, le petit monde des chapardeurs sur Allociné. Page consultée le 5 juin 2011
  11. (en) « The Secret World of Arrietty (2012) - International Box Office Results », Box Office Mojo, Internet Movie Database (consulté le 19 avril 2012)
  12. « Un record pour Arrietty ! », article de Gillossen sur elbakin.net le 13 octobre 2010. Page consultée le 13 octobre 2010.
  13. « 1ères séances : Paris aime Arrietty ! », article sur Allociné le 12 janvier 2011. Page consultée le 5 juin 2011.
  14. Box Office France pour la semaine du 12 janvier 2011 sur le site Allociné. Page consultée le 5 juin 2011
  15. Box-office du film sur Allociné. Page consultée le 5 juin 2011.
  16. (en) « Ponyo », Box Office Mojo, Internet Movie Database (consulté le 21 février 2012)
  17. (en) « The Secret World of Arrietty - Weekend Box Office Results », Box Office Mojo, Internet Movie Database (consulté le 21 février 2012)
  18. « Arrietty Wins Japan Academy's Animation of the Year », article sur l'Anime News Network le 18 février 2011. Page consultée le 21 avril 2012.
  19. Catalogue de Amazon.ca. Page consultée le 19 avril 2012

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier