Ouvrir le menu principal

Aristolochia

L’aristoloche (genre Aristolochia) est une plante herbacée de type liane, de la famille des Aristolochiacées, qui comprend près de trois cents espèces.

Sommaire

HistoireModifier

ÉtymologieModifier

Le médecin et botaniste grec Dioscoride, au Ier siècle apr. J.-C., donne clairement le sens du nom aristoloche en grec ancien : « L'aristoloche tire son nom du fait qu'elle passe pour exceller à faciliter les accouchements »[1]. Le nom vient du grec ἄριστος - aristos, « excellent », et λοχεία - lokhia, « accouchement »[2]. C'est d’Aristolochia clematitis que l'acide aristolochique tire son nom : c'est une substance fortement toxique et cancérigène, particulièrement dangereuse pour les reins[3].

DescriptionModifier

Théophraste, au IIIe siècle av. J.-C., parle de l’aristoloche dans son ouvrage Histoire des plantes : au livre IX, il commente sa couleur, son goût, et son odeur, ainsi que ses vertus médicinales, en somnifère, ou emplâtre contre les morsures de serpent, puis il parle de sa durée de conservation, et la décrit de sa racine à ses feuilles dans le dernier paragraphe du dernier chapitre[4].

Ce sont des plantes vivaces, souvent grimpantes, à racine tubéreuse pour de nombreuses espèces. Leur taille est très variable selon les espèces allant de quelques centimètres à plusieurs mètres de haut. Les feuilles sont alternes, simples, entières. Les fleurs poussent latéralement, à l'aisselle des feuilles. Elles sont tubulées (tube droit ou courbé, renflé à la base), se prolongeant par une langue unilatérale. Six étamines soudées au style forment une colonne. Ovaire infère. Les fruits sont des capsules.

Habitat et répartitionModifier

La plupart des espèces sont originaires des régions tropicales et méditerranéennes, même si on en trouve quelques-unes des régions tempérées de l'Hémisphère nord, souvent en zones boisées. Beaucoup d'espèces sont vigoureuses, voire envahissantes. C'est le cas de l'Aristolochia littoralis, introduite en Australie, qui étouffe la végétation indigène et empoisonne les chenilles d'un papillon, l'ornithoptère Troides priamus, lequel pond ses œufs sur cette plante en la confondant avec la comestible Pararistolochia praevenosa.

Principales espècesModifier

 
L'Aristoloche siphon (Aristolochia macrophylla) est appréciée comme plante grimpante ornementale à grandes feuilles.

Faune associéeModifier

Des papillons de jour (rhopalocères) de la famille des Papilionidae ont des aristoloches comme plantes hôtes de leurs chenilles. Les chenilles emmagasinent ainsi des produits qui les rendent toxiques pour les prédateurs ce qui les protège au stade de chenille comme au stade d'imago. Les plus connus sont du genre Archon, dont Archon apollinus, le Faux Apollon, du genre Zerynthia : la Diane, (Zerynthia polyxena) et la Proserpine (Zerynthia rumina), du genre Allancastria dont le Thaïs balkanique (Allancastria cerisyi), du genre Parides et du genre Troides dont Troides alexandrae, le plus grand papillon connu au monde.

Notes et référencesModifier

  1. Dioscoride, Materia Medica, 3, 4.
  2. Notice de Dioscoride sur l'aristoloche sur Pl@ntUse
  3. Plantes chinoises et atteintes rénales sur le site de l'AFSSAPS
  4. Amigues 2010, p. 363, 364, 365, 369, 385

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

 
Aristolochia eriantha.
 
Aristolochia ringens - Muséum de Toulouse
 
Aristolochia sp.
Muséum de Toulouse.