Ouvrir le menu principal
Aristide Corre
Aristide Corre.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
SuresnesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Aristide Alphonse Corre, né le à Brest[n 1] et mort fusillé le à Suresnes[3], est un militant nationaliste français, cofondateur avec Eugène Deloncle de la Cagoule.

BiographieModifier

Titulaire d'une licence de littérature ancienne et d'une autre d'histoire, Aristide Corre subsiste dans le commerce du papier à Paris où il rencontre Jean Filiol.

Membre fondateur de la Cagoule sous le pseudonyme de Dagore et archiviste de ce mouvement, Corre est également l'un des responsables de son démantèlement, en laissant saisir involontairement par la police les listes d’adhérents, conduisant à l’arrestation ou à l’exil de ses dirigeants.

Corre avait supervisé l'assassinat de Carlo Rosselli et de son frère Sabatino à Bagnoles-de-l'Orne le . Il était également impliqué dans l'attentat de la rue de Presbourg. En fuite en Espagne d’abord à Saint-Sébastien, villa Brisas de mar, il rejoint ensuite La Corogne, où il espionne les mouvements de bateaux allemands pour le compte des services de renseignement français.

Il regagne ensuite la France, rejoint la résistance, et est fusillé sous le nom de Claude Meunier comme otage le 31 mars 1942 à la prison du Cherche-Midi[4].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le journaliste Christian Bernadac présente Aristide Corre comme l'ami d'enfance d'Eugène Deloncle, lui-même d'origine brestoise[1].
    Toutefois, Mercédès Deloncle Corrèze nie cette relation précoce en rappelant la différence d'âge entre les deux futurs activistes. La veuve du chef cagoulard affirme ainsi que la mère de Deloncle, déjà éprouvée par la perte récente d'un fils en bas âge, décide de quitter Brest avec sa famille « immédiatement » après le décès de son époux, le commandant Antoine Charles Louis Deloncle, disparu lors du naufrage du paquebot La Bourgogne en 1898. Alors âgé de huit ans, le jeune Eugène Deloncle ne s'est probablement jamais préoccupé de devenir l'ami d'un enfant de quatre ans, soutient Mercédès Deloncle Corrèze[2].

RéférencesModifier

AnnexesModifier

Sources primairesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier