Ouvrir le menu principal

Aratika
Vue satellitaire de l'atoll
Vue satellitaire de l'atoll
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 31′ 49″ S, 145° 32′ 11″ O
Superficie 8,3 km2
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Fakarava
Démographie
Population 225 hab. (2017[1])
Densité 27,11 hab./km2
Plus grande ville Paparara
Autres informations
Découverte 1824
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Aratika
Aratika

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Aratika
Aratika
Atolls en France

Aratika est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française dans le sous-groupe des Îles Palliser. Il est administrativement rattaché à la commune de Fakarava. Depuis 1977, Aratika fait partie des sept atolls de la commune de Fakarava classés Réserve de biosphère par l’UNESCO[2].

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

 
Carte topographique d'Aratika.

Aratika est situé à 35 km au sud-est de Kauehi, l'atoll le plus proche, à 48 km au nord-est de Toau et à 450 km au nord-est de Tahiti. L'atoll d'Aratika a une forme de dent de requin : sa plus grande longueur est de 20 km et sa plus grande largeur est de 17 km pour une surface de terres émergées de 8,3 km2. Son lagon s'étend sur une superficie de 145 km2 et communique avec l'océan par deux passes dénommées Fainukea et Temaketa.

L'atoll dépend de la commune de Fakarava qui comprend également les atolls de Kauehi, de Niau, de Raraka, de Taiaro et de Toau.

GéologieModifier

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (de quelques mètres) du sommet d'un petit mont volcanique sous-marin homonyme, qui mesure 1 595 mètres depuis le plancher océanique et fut formé il y a 56,1 à 58,9 millions d'années[3].

DémographieModifier

En 2017, la population totale d'Aratika est de 225 personnes[1],[4] vivant principalement dans le village de Paparara ; son évolution est la suivante :

1983 1988 1996 2002 2007 2012 2017
233[5] 158 225
Sources ISPF[6] et Gouvernement de la Polynésie française.

HistoireModifier

La première mention de l'atoll par un Européen est faite par le navigateur germano-balte Otto von Kotzebue en lors de sa deuxième expédition en Polynésie[7],[8]. L'atoll est abordé le 2 octobre 1831 par le navigateur Ireland, puis par le Français Jules Dumont D'Urville en septembre 1838, ainsi qu'à trois reprises par Charles Wilkes à aller et au retour de son expédition australe : le 3 septembre 1839, le 15 décembre 1840, et le 18 janvier 1841[7],[9]. L'atoll apparaît sur certaines cartes sous le nom d'île Carlshoff[10].

Au XIXe siècle, Aratika devient un territoire français, peuplé d'environ trente habitants, qui développe une petite production d'huile de coco (d'environ dix tonneaux par an vers 1860)[11].

En 1977, l'atoll – avec six autres de la commune de Fakarava que sont Fakarava, Kauehi, Niau, Raraka, Taiaro et Toau – est classé « Réserve de biosphère » par l'UNESCO, classement renouvelé en 2006 et 2017[2],[12].

ÉconomieModifier

L'économie de l'atoll est liée à la perliculture, autorisée sur 150 ha de la partie sud-ouest du lagon, ainsi qu'à la pêche des holothuries représentant environ 6 tonnes exportées annuellement vers Tahiti puis l'Asie[4].

L'atoll compte deux aérodromes : l'un privé « Aratika Perles » ouvert à la pointe sud d'Aratika en 1998 et long de 700 mètres[13], l'autre public « Aratika Nord » au nord-est et long de 1 000 mètres. Ce dernier accueille, en moyenne, environ entre 175 à 240 vols et 1 200 à 3 200 passagers par an, la fréquentation étant fortement déclinante ces dernières années[14].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Répartition de la population de la Polynésie française par île en 2017, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  2. a et b Réserve de biosphère de la commune de Fakarava, MAB France, consulté le 3 mars 2019.
  3. (en) Aratika Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  4. a et b Atlas de Polynésie : Aratika, Direction des ressources marines du Gouvernement de la Polynésie française, consulté le 27 février 2019.
  5. Recensement de 2007
  6. Population, naissances et décès entre deux recensements (RP), Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  7. a et b Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), p. 275-282.
  8. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  9. Expédition de Wilkes
  10. (en) Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  11. Notices sur les colonies françaises, Étienne Avalle, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 636.
  12. Commune de Fakarava, UNESCO, février 2015.
  13. Aérodrome d'Aratika
  14. Statistique de l'aérodrome d'Aratika, Union des aéroports français, consulté le 28 février 2019.

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :