Ouvrir le menu principal
Antonio Pedrotti
Antonio Pedrotti 1956.jpg
Antonio Pedrotti en 1956.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
TrenteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Antonio Pedrotti (Trente – Trente, ) est un chef d'orchestre, compositeur et pédagogue italien.

BiographieModifier

Antonio Pedrotti étudie la littérature à l'Université de Rome et parallèlement il est élève d'Ottorino Respighi, en composition à l'Académie Sainte-Cécile. En 1929, il retourne à Trente pour y enseigner au conservatoire. De 1938 à 1944, il étudie la direction auprès de Bernardino Molinari et en tant qu'assistant de Molinari, dirige l'Orchestre de l'Augusteo à Rome[1].

Il est longtemps le chef directeur artistique et le chef remplaçant de l'orchestre de l'Académie Sainte-Cécile de Rome[2] et chef de l'Orchestre philharmonique tchèque avec lequel il a donné près de quarante concerts entre 1950 et 1972[3]. De 1960 jusqu'en 1975, il est le chef permanent de l'orchestre Haydn de Bolzano et Trente[2].

Il dirige à l'étranger (Autriche, Tchécoslovaquie, Suisse, Angleterre) et travaille notamment avec Arturo Benedetti Michelangeli et David Oïstrakh.

Sa collaboration avec la Philharmonie tchèque s'est étalée sur une vingtaine d'années. Il a apporté à l'orchestre plusieurs nouvelles œuvres italiennes — Verdi (Requiem), Respighi…

En tant que compositeur, il s'est principalement concentré sur la musique vocale, harmonisant des chants populaires de la tradition du Trentin, dont 47 destinés au chœur SAT, une célèbre chorale d'hommes.

Depuis 1989, chaque année, a lieu le Concours international de direction d'orchestre Antonio-Pedrotti, qui se tient à Trente, sa ville natale.

DiscographieModifier

Antonio Pedrotti a enregistré quelques disques à La Scala pendant la guerre avec Arturo Benedetti Michelangeli (Concerto de Schumann, pour Teldec), mais son legs principal, il le fait avec Orchestre philharmonique tchèque à Prague et pour Supraphon.

Notes et référencesModifier

  1. Baker 1995, p. 3137.
  2. a et b Encyclopédie de la musique 1995, p. 589.
  3. Jean-Pierre Rousseau, « Antonio Pedrotti », Diapason, no 650,‎ , p. 131 (ISSN 1292-0703).
  4. Lors de sa sortie ce disque a été distingué d'un Diapason d'Or no 650, octobre 2016, p. 131.

BibliographieModifier

Liens externesModifier