Antoni Pogorelski

écrivain russe
Antoni Pogorelski
Pogorel.jpg
Portrait de Antoni Pogorelski par un inconnu. (1837)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Noms de naissance
Алексей Алексеевич Перовский, Alexej Alexejevich PerovskijVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Antonij Pogorel'skij, Anton Pogorel'skij, J. PogorělskýVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Famille Perovski (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Anna Alekseïevna Perovskaïa (d)
Nikolai Perovski
Olga Alekseyevna Perovskaïa (d)
Lev Alexeïevitch PerovskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Conflit

Antoni Pogorelski (en russe : Анто́ний Погорельский) est le nom de plume d'Alexeï Alexeïevitch Perovski (en russe : Алексе́й Алексе́евич Перо́вский), né en 1787 à Moscou et mort le à Varsovie, est un écrivain et homme d'état de l'Empire russe. Il est le frère de Vassili et Lev Perovski.

BiographieModifier

Fils illégitime du comte Alexeï Razoumovski, Alexeï Perovski passe son enfance dans la propriété de Potchep où il est scolarisé à domicile. Il étudie ensuite à l'Université impériale de Moscou (1805-1807) et obtient le degré de philosophiæ doctor. En 1807, il traduit en allemand Pauvre Lisa de Nikolaï Karamzine.

En 1808, il publie un livre tiré de ses trois conférences : Comment différencier les animaux des plantes (Как различать животных от растений), De l'utilité du Systema Naturæ de Linné (О цели и пользе Линеевой системы растений), Les plantes qu'il serait utile de cultiver en Russie (О растениях, которые бы полезно было размножать в России).

En 1808-1810, il siège dans le 6e département du Sénat, puis, en 1812 malgré la désapprobation de son père il s'engage dans l'armée. Il sert dans le 3e régiment cosaque d'Ukraine et participe notamment à la bataille de Leipzig et la bataille de Kulm en 1813. En 1814-1816, il sert au royaume de Saxe au sein d'un régiment d'uhlans. À cette époque il se passionne pour l’œuvre d'Hoffmann dont l'influence plus tard se reflétera dans ses livres.

Démobilisé il rejoint la société littéraire Arzamas fondée sous l'égide de Nikolaï Karamzine. Parmi ses connaissances se trouve le jeune Alexandre Pouchkine. À la sortie du poème Rouslan et Ludmila Antoni Pogorelski publie une critique élogieuse dans la revue Le Fils de la Patrie.

En 1829, Pogorelski publie le célèbre conte La Poule noire, ou le monde souterrain, écrit pour son neveu Alexis Tolstoï et traduit par la suite en plusieurs langues[1]. La première édition du livre est illustrée par Alexandre Benois[2].

Il prend sa retraite en 1830 et se consacre aux voyages et à l'éducation de son neveu Alexis Tolstoï.

Antoni Pogorelski meurt de la tuberculose à Varsovie en chemin vers Nice où il comptait se faire soigner. Il est enterré au cimetière orthodoxe de Varsovie.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Ben Hellman, Fairy Tales and True Stories : The History of Russian Literature for Children and Young People (1574 - 2010), BRILL, coll. « Russian History and Culture », , 600 p. (ISBN 978-90-04-25638-5, présentation en ligne), p. 27
  2. Peter Leek, La Peinture Russe, Parkstone International, (ISBN 9781780428451, lire en ligne), p. 250

Liens externesModifier

SourceModifier