Antoine Dehaussy de Robecourt

personnalité politique française

Antoine Dehaussy de Robécourt
Fonctions
député de la Somme à l'Assemblée législative
maire de Péronne (1792-vendémiaire an III)
député de la Somme au Conseil des Cinq-Cents (23 germinal - 18 fructidor an V)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Péronne
Date de décès
Lieu de décès Péronne
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique courant : monarchiste constitutionnel
Profession Avocat

Antoine Dehaussy de Robécourt est né le et décédé le à Péronne, était un homme politique français, élu du département de la Somme.

BiographieModifier

FamilleModifier

Antoine Dehaussy de Robecourt est issu d'une lignée d'hommes de loi péronnais. Jean de Haussy, licencié ès loi fut mayeur de Péronne au XVIe siècle, Mathias de Haussy de Robécourt, fut mayeur de Péronne au milieu du XVIIIe siècle et Jean de Haussy de Robécourt, père d'Antoine, avocat, le fut aussi à la fin du XVIIIe siècle. Antoine de Haussy de Robécourt[Note 1], quant à lui, fut le dernier mayeur de Péronne en 1789-1790[1].

Député de la SommeModifier

Avocat, élu président du Tribunal du District de Péronne en 1790, élu député de la Somme à l'Assemblée législative, le . Il siégea sur le côté droit de l'Assemblée et soutint jusqu'au bout la Monarchie constitutionnelle. Il provoqua le décret qui fit exclure les sociétés populaires de l'enceinte du palais législatif, prit la défense de Bertrand de Molleville, réclama pour les femmes d'émigrés la jouissance de leurs biens, s'opposa au décret qui déclarait que le ministre Servan emportait dans sa retraite les regrets du peuple (). Après le 10 août 1792 et la chute de la royauté, il se retira à Péronne où il fut nommé maire. Il fut destitué en vendémiaire an II par le conventionnel en mission, André Dumont, qui lui reprochait « d'avoir fait de Péronne un autre Coblentz. »

Après la Terreur, il fut élu député de la Somme au Conseil des Cinq-Cents, le 23 germinal an V mais en fut exclu au 18 fructidor[2].

Président du Tribunal de PéronneModifier

Sous le Consulat, il fut nommé, le 12 messidor an VIII, président du tribunal civil de Péronne. Napoléon Ier le créa, le , baron de l'Empire.

Favorable au retour des Bourbons à la chute de l'Empire, il fut confirmé, le , dans ses fonctions de Président du tribunal civil de Péronne.

Il fut Chevalier de la Légion d'honneur[2].

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Étienne Jouy, J. Norvins, Biographie nouvelle des contemporains ou Dictionnaire historique raisonné de tous les hommes qui depuis la Révolution française ont acquis de la célébrité, tome 5, Paris, Librairie historique, 1822
  • « Antoine Dehaussy de Robecourt », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Jules Dournel, Histoire générale de Péronne, Péronne, J. Quentin imprimeur, 1879

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. le patronyme s'écrivait de Haussy sous l'Ancien Régime et Dehaussy à partir de la Révolution française

RéférencesModifier

  1. Jules Dournel, Histoire générale de Péronne, Péronne, J. Quentin imprimeur, 1879
  2. a et b http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=14617