Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Debray.
André Debray
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sénateur (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Distinctions

André Debray, né le à Paris (Seine) et mort le à Paris (Seine), est un homme politique français.

BiographieModifier

Il effectue ses études au lycée Notre-Dame de Sainte-Croix de Neuilly et obtient son baccalauréat en philosophie. Titulaire d'une licence en droit, il devient stagiaire à la Banque de Paris et des Pays-Bas (Paribas) en . Il fera carrière dans la banque, dont il deviendra directeur en , et ce jusqu'à sa mort.

En 1940, il met ses compétences financières au service de la Résistance sous le pseudonyme de Bossuet[1] (son frère Georges Debray était évêque de Meaux, tout comme ce dernier). Il fera parvenir à Londres des renseignements sur la situation économique de la France pendant toute l'occupation allemande et organisera clandestinement un réseau de financement pour la Résistance dans les locaux de Paribas[2]. Il devient président du comité de financement de la Résistance pour Paris et commissaire aux finances du conseil national de la Résistance. Participant activement à la libération de Paris, il est blessé le lors de l'attaque des Tuileries.

Le , il est élu par l'Assemblée nationale pour représenter le Mouvement républicain populaire (MRP) au Conseil de la République. Il siègera à la Commission des affaires économiques et à la Commission de la défense nationale. Le , son état de santé précaire le dissuade de se représenter et l'amène à se retirer de la vie politique. Il décède le à Paris.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Témoignage d'André Debray, alias Bossuet, Bourdaloue, Fénelon, recueilli par Jeanne Patrimonio. Mai 1944 ; 13 juin 1946 », sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr (consulté le 31 août 2010)
  2. Éric Bussière, Paribas, p. 142.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier