Amaravati

ville de l'Inde

Amaravati
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Andhra Pradesh
District Guntur
Fuseau horaire IST (UTC+05:30)
Démographie
Population 13 400 hab. (2011[1])
Densité 1 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 34′ 23″ nord, 80° 21′ 29″ est
Superficie 1 170 ha = 11,7 km2
Géolocalisation sur la carte : Inde
Voir sur la carte administrative d'Inde
City locator 14.svg
Amaravati
Géolocalisation sur la carte : Andhra Pradesh
Voir sur la carte administrative de la zone Andhra Pradesh
City locator 14.svg
Amaravati
Géolocalisation sur la carte : Andhra Pradesh
Voir sur la carte topographique de la zone Andhra Pradesh
City locator 14.svg
Amaravati

Amaravati (IAST: Amarāvatī), qu'on écrit également Amaravathi, est une petite ville sur les bords du fleuve Krishnâ dans l'État d'Andhra Pradesh, dans le sud-est de l'Inde. La ville porte le nom de l'une des anciennes capitales des Satavahana (avec Pratishthana (Paithan)) et a donné son nom au style des sculptures qu'on trouve dans cette région, ainsi qu'à la nouvelle capitale de l'Andhra Pradesh en construction.

GéographieModifier

ÉconomieModifier

HistoireModifier

Lieux et monumentsModifier

Le style Amaravati a été florissant du IIIe siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C., sous le règne de la dynastie Satavahana. Sculptées en relief dans un calcaire blanc verdâtre, les sculptures d'Amaravati dépeignent des épisodes de la vie du Bouddha. Le style s'est ensuite répandu à Sri Lanka et en Asie du Sud-Est.

Le stupa d'Amaravati était l'un des plus grands de l'Inde au temps du bouddhisme et la tradition tantrique prétend que le Bouddha y enseigna le kalachakra. Il a été largement détruit au XIXe siècle par des entreprises de construction pour faire du mortier. Selon certaines traditions[2], c'est à Amaravati que Gautama lors d'une vie antérieure rencontra le bouddha Dipankara qui lui prophétisa qu'il deviendrait un jour bouddha à son tour.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. District Census Handbook – Guntur, p. 261
  2. ex : Fu-pen-hing-tsi-king ou Mélanges sur la naissance et l’histoire du Bouddha traduit en chinois sous les Sui (581-617) par Djinakûta, moine originaire du Gandhâra ; voir sacred-texts.com
  3. Monarque idéal selon les conceptions bouddhiques, ou Chakravartin (peut-être une représentation du roi Ashoka).
  4. Histoire d'alana dans : [1].