Un zamindar (« propriétaire terrien » en persan) était un membre de l'aristocratie issu de la noblesse terrienne du sous-continent indien. Il contrôlait un vaste territoire (appelé zamīndāri) et collectait les impôts auprès des paysans. Son rôle a beaucoup évolué selon les époques et les régions.

Au début de l'Empire moghol les zamindars étaient de simples collecteurs d'impôts et ne possédaient pas nécessairement de terres. Ils étaient alors des intermédiaires entre les paysans et le gouvernement. L'Empire Moghol développa le concept de Zamindar pour aboutir à un système quasi-féodal. Akbar, le troisième empereur moghol, leur accorda des titres militaires (Mansabdar). Avec le temps ils rachetèrent leur charge qui devint héréditaire et purent accumuler des terres, souvent plusieurs centaines de kilomètres carrés, certaines familles possédant jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés. Les zamindars ne jouissaient cependant pas de la même autononomie que les princes et le caractère héréditaire de leur fonction était encadré par les souverains moghols. Ces derniers pouvaient notamment les priver de leur statut en cas de sédition ou d'incapacité à fournir les revenus des taxes.

Lors de la conquête de l'Inde par les Britanniques, certains zamindars étaient considérés comme des grands propriétaires terriens, dotés de titres de noblesse, tels que maharadjah ou nabab, furent donnés à certains zamindars importants, perpétuant ce système féodal.

Le système a été aboli lors des réformes agraires dans les années qui suivirent la partition des Indes, en 1950 au Pakistan oriental (actuel Bangladesh), en 1951 en Inde et enfin en 1959 au Pakistan occidental.

Certains zamindars ont joué un rôle important dans l'histoire de l'Inde. Une confédération de douze zamindars, menée par Isa Khan, a par exemple repoussé plusieurs invasions maritimes mogholes dans la région du Bhati (Bengale).