Amadou Gon Coulibaly

homme politique ivoirien

Amadou Gon Coulibaly
Illustration.
Amadou Gon Coulibaly en 2018.
Fonctions
Ministre du Budget et du Portefeuille de l’État

(2 ans, 11 mois et 19 jours)
Président Alassane Ouattara
Gouvernement Coulibaly I, II et III
Prédécesseur Abdourahmane Cissé
Successeur Adama Sanogo
Premier ministre de Côte d'Ivoire[N 1]

(3 ans, 5 mois et 28 jours)
Président Alassane Ouattara
Gouvernement Coulibaly I, II et III
Prédécesseur Daniel Kablan Duncan
Successeur Hamed Bakayoko
Ministre d'État
Secrétaire général de la Présidence de la République de Côte d'Ivoire

(5 ans, 8 mois et 30 jours)
Président Alassane Ouattara
Gouvernement Soro III et IV
Kouadio-Ahoussou
Duncan IV et V
Prédécesseur Désiré Tagro
Successeur Patrick Achi
Ministre de l'Agriculture

(7 ans, 4 mois et 22 jours)
Président Laurent Gbagbo
Gouvernement Affi N'Guessan IV
Diarra II
Konan Banny I et II
Soro I
Prédécesseur Sébastien Djédjé Dano
Successeur Sangafowa Coulibaly
Maire de Korhogo

(19 ans, 3 mois et 6 jours)
Élection
Prédécesseur Adama Coulibaly
Député de Côte d'Ivoire

(5 ans et 14 jours)
Élection
Biographie
Nom de naissance Amadou Gon Coulibaly
Date de naissance
Lieu de naissance Abidjan (AOF)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Abidjan (Côte d'Ivoire)
Nature du décès Arrêt cardiorespiratoire
Nationalité Ivoirienne
Parti politique PDCI puis RDR
Père Gon Coulibaly
Mère Fatoumata Gon Coulibaly

Amadou Gon Coulibaly
Premiers ministres de Côte d'Ivoire

Amadou Gon Coulibaly, né le à Abidjan et mort le dans la même ville, est un homme d'État ivoirien. Il est Premier ministre du à sa mort.

Membre du PDCI puis du RDR, il occupe les fonctions de maire de Korhogo à partir de 2001 et de ministre d' à puis à partir de . Il meurt des suites d’un arrêt cardiorespiratoire alors qu'il était le candidat désigné du RHDP à l’élection présidentielle d'.

BiographieModifier

Fils de Gon Coulibaly, député sous la présidence de Félix Houphouët-Boigny, Amadou Gon Coulibaly est issu d'une famille sénoufo très impliquée dans la politique du pays. Son arrière-grand-père, Péléfero Gbon Coulibaly, était en effet, le chef suprême des Sénoufos et un proche du premier président du pays, Félix Houphouët-Boigny[1].

Après avoir étudié au lycée moderne de Dabou (sud-ouest de la Côte d'Ivoire)[2] puis en prépa au lycée Jean-Baptiste-Say de Paris, il obtient un diplôme d'ingénieur à l'École spéciale des travaux publics de Paris (ESTP) en 1982 et du Centre des hautes études de la construction de Paris en 1983.

Amadou Gon Coulibaly commence sa carrière en tant qu'ingénieur de la direction et contrôle des grands travaux (DCGT) en 1983. Il y est recruté par Antoine Cesareo[3]. Durant cette période, il rencontre Alassane Ouattara.

En 1990, alors que ce dernier devient Premier ministre, il intègre son cabinet. Il tient depuis cette période une relation privilégiée avec l'actuel président de la République[4]. Au sein du cabinet, il est conseiller technique du président et il est chargé des programmes d'ajustement sectoriel, des entreprises publiques et des projets d'investissements publics dont le gisement gazier de Foxtrot. À la fin du gouvernement de Ouattara en 1993, il revient à la DCGT en tant que directeur adjoint[2].

Il est transplanté du cœur en 2012[5].

Le , il est nommé Premier ministre par le président de la République, Alassane Ouattara[6].

Après avoir renoncé à briguer un troisième quinquennat, Alassane Ouattara le désigne, en , candidat du RHDP à l’élection présidentielle de 2020[7]. Il tente alors de convaincre le président Ouattara de permettre le retour au pays de Laurent Gbagbo, acquitté par le Cour pénale internationale, avant la présidentielle[8].

En mai 2020, Coulibaly est évacué vers la France pour suivre des examens médicaux, en particulier une coronarographie et se faire poser un stent. Il est ensuite opéré une seconde fois en juin[9]. Hamed Bakayoko assure l'intérim[10]. Son absence est initialement estimée à plusieurs semaines mais se prolonge jusqu'à son retour dans le pays, le 2 juillet[11],[12]. Six jours plus tard, le , il meurt à la suite d’un malaise cardiaque survenu pendant le Conseil des ministres[13]. Bakayoko assure de nouveau l'intérim[14]. Il est inhumé le 17 juillet à Korhogo, en présence du président Ouattara[15].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Au gouvernementModifier

À l’Assemblée nationaleModifier

  • Décembre 2011 – 8 juillet 2020 : député de Korhogo
  •  : maire de Korhogo
  •  : député de Korhogo

Au Rassemblement des républicainsModifier

  •  : premier vice-président du RDR
  •  : secrétaire général délégué
  •  : secrétaire général adjoint
  •  : secrétaire national chargé du Développement économique
  •  : membre du comité central et du bureau politique

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Hamed Bakayoko assure l'intérim du 2 mai au 2 juillet 2020.

RéférencesModifier

  1. « Côte d’ivoire : Amadou Gon Coulibaly, digne héritier d’une famille très politique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 21 février 2019)
  2. a et b « Amadou Gon Coulibaly », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 21 février 2019)
  3. « Amadou Gon Coulibaly : « La présidentielle ivoirienne de 2020, c’est loin… » », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 21 février 2019)
  4. « Côte d’Ivoire : jusqu’où ira Amadou Gon Coulibaly ? », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 21 février 2019)
  5. « Côte d’Ivoire : le premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly est mort », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 8 juillet 2020).
  6. « Côte d'Ivoire : Hamed Bakayoko nommé ministre de la Défense », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017)
  7. « Alassane Ouattara choisit Amadou Gon Coulibaly comme successeur en Côte d'Ivoire », BBC Afrique, .
  8. « Pourquoi Laurent Gbagbo n’a pas obtenu son passeport  – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 9 août 2020).
  9. « Côte d’Ivoire : le décès d’Amadou Gon Coulibaly laisse le RHDP orphelin – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 8 juillet 2020).
  10. « Le Premier ministre ivoirien est décédé », sur BBC News Afrique (consulté le 8 juillet 2020).
  11. Baudelaire Mieu et Vincent Duhem, « Convalescence d’Amadou Gon Coulibaly en France : quel impact sur la campagne présidentielle ? », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  12. Benjamin Roger, « Amadou Gon Coulibaly de retour en Côte d’Ivoire », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  13. https://www.olloweb.com, « Amadou Gon Coulibaly est mort ce mercredi à Abidjan », sur lsi-africa.com (consulté le 8 juillet 2020).
  14. « L'absence de Premier ministre inquiète et agace l'opposition ivoirienne », sur RFI, RFI, (consulté le 28 juillet 2020).
  15. « Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a été inhumé dans son fief de Korhogo », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 17 juillet 2020).

Liens externesModifier