Alycidon (1945-1963) est un cheval de course pur-sang anglais, spécialiste des courses de plat. Il est considéré comme l'un des meilleurs stayers de l'histoire.

Alycidon
Image illustrative de l’article Alycidon

Père Donatello II
Mère Aurora
Père de mère Hyperion
Sexe Étalon
Naissance 1945
Pays de naissance Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Mort 10 décembre 1963 (à 18 ans)
Pays d'entraînement Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Éleveur Edward Stanley
Propriétaire Edward Stanley
Entraîneur Walter Earl
Jockey Doug Smith
Rating Timeform 138
Nombre de courses 17
Nombre de victoires 11 (6 places)
Gains en courses £ 37 206
Distinction Champion Sire (1955)
Production Meld
Principales victoires Ascot Gold Cup
Goodwood Cup

Carrière de courses modifier

Le 17e Comte de Derby ne saura jamais qu'il a élevé un champion. Il meurt en février 1948, alors qu'Alycidon n'a couru que deux fois, et sans montrer de qualité. En 1948, passés six mois où, pour cause de deuil familial interdisant les activités hippiques, le cheval court sous les couleurs du Brigadier Fairfax-Ross, Alycidon se produit sous les couleurs du Comte de Derby, 18e du nom, nommé Edward Stanley lui aussi, et qui a hérité du titre et de l'écurie de son grand-père. Alycidon est un poulain tardif et compliqué qui pour sa course de rentrée en avril 1948, tourne en rond dans l'aire de départ (on part alors à l'élastique, les stalles seront introduites en Angleterre à partir de 1965) et, incapable de s'élancer, finit dans le lointain. Mais quinze jours plus tard, muni d’œillères, il montre un tout autre visage pour s'imposer dans le Classic Trial et prendre la troisième place du Chester Vase. Potentiellement candidat au Derby, il doit s'effacer au profit des autres poulains de l'écurie de Lord Derby, jugés meilleurs que lui, qui est redirigé vers les King Edward VII Stakes, le "Derby" d'Ascot, dont il prend la troisième place. Vainqueur ensuite des Princess of Wales Stakes devant le vainqueur du St. Leger 1947 Sayarijao, il fait un test de tenue très concluant sur les 4 000 mètres des St. George Stakes à Aintree et tente sa chance dans le St. Leger, où il n'est qu'un outsider comparé au Français My Love, vainqueur du Derby et du Grand Prix de Paris. Mais ce jour-là, devant le couple royal, seul le très bon Black Tarquin lui barre la route du succès. C'est la dernière fois qu'un cheval devance Alycidon à l'arrivée d'une course. La fin de saison, ponctuée par deux brillantes victoires dans les Jockey Club Stakes et les King George VI Stakes, confirme les progrès du poulains, qui s'affirme comme l'un, sinon le meilleur stayer (c'est-à-dire spécialiste des longues distances) des îles Britanniques. insuffisant toutefois pour devancer Black Tarquin pour le titre de meilleur 3 ans.

En 1949, Alycidon est en pleine possession de ses moyens et réalise une saison parfaite. Sur longue distance, jusqu'à l'interminable Goodwood Cup longue de 4 200 mètres, le partenaire de Doug Smith vole, s'envole, cinq, huit, douze longueurs devant les autres. Dans la Gold Cup, la plus prestigieuse des courses de stayers, il prend une éclatante revanche sur Black Tarquin. Lorsqu'il remporte au canter la Doncaster Cup en septembre, il devient le premier cheval à boucler la Triple Couronne des stayers (Goodwood Cup, Gold Cup, Doncaster Cup) depuis Isonomy en 1879, et son exploit ne sera imité que deux fois, par Le Moss en 1980 et Stradivarius en 2019. Voilà entre autres ce qui explique le rating extraordinaire de 138 que lui décerne Timeform (le plus élevé de l'histoire, et de loin, pour un stayer), et qu'il soit considéré comme le meilleur stayer du 20e siècle par John Randall et Tony Morris dans leur livre de référence A Century of Champions[1].

Résumé de carrière modifier

Date Hippodrome Pays Course Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1947, 2 ans
17 octobre Newmarket   Royaume-Uni Maiden 1 400 m D. Smith 7e / 13 Orbit
29 octobre Newmarket   Royaume-Uni Durham Handicap 1 400 m D. Smith 6e / 13 Hatchik
1948, 3 ans
9 avril Hurst Park   Royaume-Uni Christopher Wren Stakes 2 000 m E. Smith 0 / 23 Rose Duke
23 avril Thirsk   Royaume-Uni Classic Trial Stakes 1 600 m R. Shaw 1er / 11 1/2 Free Dip
7 mai Chester   Royaume-Uni Chester Vase 2 450 m R. Shaw 3e / 8 1 ½ Valognes
20 mai Manchester   Royaume-Uni Royal Standard Stakes 2 000 m R. Shaw 1er / 6 enc. Nathoo
17 juin Ascot   Royaume-Uni King Edward VII Stakes 2 400 m T. Raleigh 3e / 14 3/4 Vic Day
1er juillet Newmarket   Royaume-Uni Princess of Wales Stakes 2 400 m T. Raleigh 1er / 5 2 Sayajirao
31 juillet Aintree   Royaume-Uni St. George Stakes 4 000 m D. Smith 1er / 4 tête Riding Mill
11 septembre Doncaster   Royaume-Uni St. Leger 2 920 m D. Smith 2e / 14 1 ½ Black Tarquin
30 septembre Newmarket   Royaume-Uni Jockey Club Stakes 2 800 m D. Smith 1er / 5 1 ½ Cadir
9 octobre Ascot   Royaume-Uni King George VI Stakes 3 200 m D. Smith 1er / 6 5 Djeddah
1949, 4 ans
5 mai Chester   Royaume-Uni Ormonde Stakes 2 870 m D. Smith 1er / 4 1 Benny Lynch
21 mai Doncaster   Royaume-Uni Corporation Stakes 3 600 m D. Smith 1er / 4 12 Lake Placid
16 juin Ascot   Royaume-Uni Gold Cup 4 000 m D. Smith 1er / 7 5 Black Tarquin
28 juillet Goodwood   Royaume-Uni Goodwood Cup 4 200 m D. Smith 1er / 5 2 Riding Mill
8 septembre Doncaster   Royaume-Uni Doncaster Cup 3 600 m D. Smith 1er / 4 8 Aldborough

Au haras modifier

À l'issue de sa carrière, Alycidon est syndiqué sur la base de £ 120 000. Il s'avère brillant étalon, étant sacré tête de liste en Angleterre et en Irlande en 1955, l'année des exploits de sa fille Meld. Cependant sa carrière fut perturbée par sa faible fertilité (il remplissait moins d'une jument sur trois en 1962) et il fut retiré de la monte début 1963 et il s'éteignit à la fin de cette même année en raison d'une santé fragile. De sa progéniture on retiendra en particulier :

Origines modifier

Alycidon est un fils du champion italien Donatello, élevé par Federico Tesio, invaincu en Italie (Gran Criterium, du Derby Italien, du Gran Premio di Milano, du Gran Premio d'Italia), et battu par le seul Clairvoyant dans le Grand Prix de Paris. Donatello faisait la monte en Angleterre depuis 1938, après avoir été syndiqué pour £ 47 500. Il est aussi le père de l'étoile filante Crepello, qui disparut des pistes après avoir remporté les 2000 Guinées et le Derby, et avant de devenir un excellent étalon.

Aurora, la mère d'Alycidon, était l'une des meilleures pouliches de sa génération, terminant deuxième des Cheveley Park Stakes et des 1000 Guinées, avant de s'avérer formidable poulinière, mère de :

Pedigree modifier

Origines de Alycidon (GB), mâle alezan né en 1945[2]
Père
Donatello II
1934
Blenheim
1927
Blandford Swynford
Blanche
Malva Charles o'Malley
Wild Arum
Delleana
1925
Clarissimus Radium
Quintessence
Duccia di Buoninsegna Bridge of Earn
Dutch Mary
Mère
Aurora
1936
Hyperion
1930
Gainsborough Bayardo
Rosedrop
Selene Chaucer
Serenissima
Rose Red
1924
Swynford John O'Gaunt
Canterbury Pilgrim
Marchetta Marco
Hettie Sorrel (famille 1-w)


Références modifier

  1. Tony Morris et John Randall, A Century of Champions, Portway Press, (ISBN 1-901570-15-0)
  2. « Alycidon Horse Pedigree », sur www.pedigreequery.com (consulté le )