Ouvrir le menu principal

Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit

Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit

L'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (en anglais : Alliance for the Protection of Heritage in Conflict Areas, d’où l’acronyme ALIPH) est une fondation créée à Genève le 8 mars 2017 pour sauver le patrimoine en péril dans les zones de guerre.

HistoriqueModifier

La fondation ALIPH a été créée à Genève le 8 mars 2017[1]. Elle trouve son fondement dans le rapport "50 propositions françaises pour protéger le patrimoine de l'humanité" (propositions n°9 et 43) que Jean-Luc Martinez, Président du Louvre, a remis au Président de la République française, François Hollande en novembre 2015 et dont les conclusions ont été présentées lors du G7 d'Ise-Shima (Japon) en mai 2016. Elle s'inscrit dans la logique de la résolution 2347 du conseil de sécurité des Nations unies sur la protection du patrimoine culturel en péril[2],[3]. Sa vocation est de permettre la concrétisation des engagements pris lors de la conférence générale de l’UNESCO de novembre 2015 et ceux de la déclaration d’Abou Dabi, en matière de protection du patrimoine et du pluralisme culturel dans les zones soumises à des conflits armés[4],[5],[6]. Dans un premier temps, l’Unesco a tenté de créer un fonds d’urgence, sans succès. Cette fondation ALIPH est le résultat d’une initiative complémentaire formée par le président de la République française François Hollande et au Prince héritier des Émirats arabes unis, le Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyane. C’est une fondation de droit suisse[7],[8].

Suite à cette création, une conférence tenue le 20 mars 2017, au musée du Louvre à Paris, a dressé l’état des lieux des premières contributions financières de différents États[9],[10],[11], dont la France, les Émirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite, le Koweit, le Luxembourg, le Maroc, la Suisse et la Chine soit un montant total de 76 millions de dollars. Des dons de personnalités privées se rajoutent à ce montant, notamment de l’homme d’affaires Thomas Kaplan[12],[13],[2].

Le 12 octobre 2017 l'américain Thomas Kaplan, est élu Président de l'ALIPH[14]. Le français Valéry Freland en est le Directeur Exécutif.

Le 15 janvier 2018, ALIPH lance son site Internet, une plateforme, en français [15] et en anglais [16] en ligne, soit un vaste appel en vue de soutenir des projets de prévention, de protection ou de restauration de toutes tailles, des plus modestes initiatives locales à d’ambitieux programmes de longue durée. ALIPH a également la volonté d’apporter une aide immédiate aux besoins les plus urgents.

RéférencesModifier

  1. « Registre du Commerce du Canton de Genève », République et canton de Genève (consulté le 15 juillet 2018)
  2. a et b Bernadette Arnaud, « Destruction du patrimoine : une résolution historique du Conseil de Sécurité », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Global fund to protect cultural heritage launches with $75m and board led by US billionaire Thomas Kaplan », sur The Art Newspaper, (consulté le 15 juillet 2018)
  4. Grégory Bozonnet, La sécurité. La mémoire. Question contemporaine 2017, Armand Colin, (lire en ligne)
  5. « Conférence d'Abu Dhabi : un fonds pour sauver le patrimoine en péril », France 24,‎ (lire en ligne)
  6. Florence Evin, « M. Hollande veut créer un « droit d’asile » pour les œuvres menacées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Sophie Roselli, « Genève devient la capitale du patrimoine en péril », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  8. « Pour la protection du patrimoine dans les conflits armés », Délégation française à l’ONU,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Thomas Adamson, « $75.5M pledged to protect heritage sites in war zones », CBC News,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Eileen Kinsella, « Unesco Raises $75.5 Million to Defend Cultural Heritage in War Zones », Artnet,‎ (lire en ligne)
  11. « 70 millions d'euros récoltés en faveur du patrimoine culturel en péril dans le monde », sur Le Figaro, (consulté le 15 juillet 2018)
  12. Florence Evin, « François Hollande obtient 76 millions d’euros pour le sauvetage du patrimoine en péril », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. « L’Unesco lance un appel pour renforcer le pouvoir d’influence », La Tribune (Algérie),‎ (lire en ligne)
  14. « Thomas Kaplan élu à la tête de l’ALIPH », Le Matin.ma,‎ (lire en ligne)
  15. « Aliph-foundation », sur Aliph Foundation (consulté le 15 janvier 2019)
  16. (en) « Aliph-foundation », sur Aliph Foundation (consulté le 15 janvier 2019)