Alexandre Kouprine

écrivain russe
Alexandre Kouprine
Description de l'image Alexander Ivanovich Kuprin 7.jpg.
Nom de naissance russe : Александр Иванович Куприн
Naissance
Narovtchat, Oblast de Penza,
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 67 ans)
Léningrad, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Russe
Mouvement Naturalisme
Genres
Signature de Alexandre Kouprine

Alexandre Ivanovitch Kouprine (en russe : Александр Иванович Куприн, translittéré Aleksandr Ivanovič Kuprin), né le 26 août 1870 ( dans le calendrier grégorien) à Narovtchat (ru)[1],[2] et mort le à Léningrad, est un écrivain russe, aviateur, explorateur et aventurier qui est notamment connu pour son roman Le Duel (en) publié en 1905[3].

Parmi ses autres œuvres notables, on peut citer Moloch (1896), La Sorcière Oléssia (1898), Le Capitaine Rybnikov (1906) et Le Bracelet de grenats[4] (1911).

L'écrivain Vladimir Nabokov le qualifie de « Kipling russe, pour ses histoires pathétiques d'aventuriers déracinés, souvent névrotiques et vulnérables[2] ».

Ses débutsModifier

Kouprine est le fils d'une princesse tatare de la lignée des Koulountchakovy (ru)[5], Lioubov Alexeïevna Kouprina, dont la famille se ruina, comme beaucoup d'autres membres de la noblesse, au XIXe siècle[2]. « Son père, Ivan Ivanovich Kouprine, un « fonctionnaire de province » sans notoriété, meurt du choléra en 1871 à l'âge de 37 ans. »

Kouprine entre au pensionnat Razoumovsky en 1876 et parfait son éducation par dix ans d'études dans les écoles militaires de Moscou. Sa première nouvelle, Le Dernier Début, est publiée en 1889 dans un journal satirique[2]. En , Kouprine épouse Maria Karlovna Davydova, leur fille Lidia naît en 1903.

Carrière littéraireModifier

Kouprine quitte l'armée en 1894, puis s'essaye à de nombreux métiers ou occupations, dont le journalisme local, les soins dentaires, l'arpentage, la scène, le cirque, le chant d'église, la médecine, la chasse, ou la pêche. L'écrivain s'inspire de son expérience et ne recherche pas l'innovation dans sa création, contrairement à ses contemporains. Ses premiers écrits sont publiés à Kiev en deux volumes. Ses premières nouvelles, dont beaucoup traitent des chevaux et autres animaux, reflètent son amour de la vie dans toutes ses manifestations[2].

 
Kouprine à Gatchina (BD des années 1910)

C'est vers 1896 que sa nouvelle Moloch le fait réellement connaître[2]. Il aborde aussi la littérature d'enfance et de jeunesse en 1904 avec la nouvelle Le Caniche blanc (Белый пудель), mais c'est le roman Le Duel (1905) qui lui apporte le renom dans les milieux littéraires[6]. Apprécié par Anton Tchekhov, Maxime Gorki, Léonide Andreiev, Ivan Bounine et Léon Tolstoï, ceux-ci le considèrent comme le véritable successeur de Tchekhov. La critique a même tenté de faire remonter à Tchekhov de nombreux éléments de son œuvre, et à travers Tchekhov, à Maupassant. On l'a même qualifié de Maupassant russe. Pour l'historien italien Ettore Lo Gatto c'est à tort, mais Kouprine a il est vrai, en commun avec Maupassant, l'art de construire un conte bref autour d'une intrique bien agencée et accompagnée d'une analyse précise des sentiments[7]. Il est possible de relever dans son œuvre des reflets de Flaubert, de Kipling, de Jack London, mais on ne peut parler d'influence proprement dite. Kouprine a son monde intérieur bien à lui[8]

Après Le Duel, il délaisse peu à peu la littérature pour les cafés et les maisons closes. Son roman à sensation rapportant de manière crue la vie des prostituées, La Fosse aux filles (1915), est accusé de naturalisme excessif par les critiques russes.

Kouprine ne vise point à faire de la littérature un instrument de lutte sociale et politique comme l'a fait Gorki. Il n'était pas pour autant indifférent[7]. Bien que n'étant pas conservateur lui-même, il redoute le bolchévisme, et, quoique travaillant quelque temps avec Maxime Gorki pour la maison d'édition Littératures du Monde, il critique le nouveau régime soviétique. À l’été 1919, il doit quitter la région de Petrograd pour la France[2]. Il vit principalement à Paris les 17 années suivantes, sombrant dans l’alcoolisme, thème récurrent dans son œuvre[2]. Ses livres sont pourtant traduits en français, paraissent dans la Collection blanche de Gallimard et trouvent un certain succès.

Kouprine revient en URSS pour mourir au printemps 1938 à Léningrad, d'un cancer de l'œsophage. Sa tombe se trouve au cimetière Volkovo à Saint-Pétersbourg.

Alexandre Kouprine est le père de l'actrice française Kissa Kouprine.

CritiqueModifier

L'écrivain Sergueï Dovlatov considérait comme indécent d'avoir Tolstoï ou Dostoïevski comme idoles. Kouprine était pour lui « la bonne pointure ». « Kouperine était avant tout un conteur et c'est ce que Dovlatov prisait dans ses récits: raconter des histoires, tenir le lecteur en haleine »[9].

ŒuvresModifier

  • Poslednii debiut (1889), nouvelle (littéralement : Les derniers débuts)
  • Psikheia (1892), nouvelle (littéralement : Psychée)
  • Lunnoi noch'iu (1893), nouvelle
    Publié en français sous le titre À la clarté de la lune, Sofia, A. Paskalev, 1910 (notice BnF no FRBNF30693839)
  • V pot'makh (1893), court roman
    Publié en français sous le titre Clair-obscur, traduit par Nadia Gouëry, Paris, Éditions des Syrtes, 2000 (ISBN 2-84545-011-7)
  • Doznanie (1894), nouvelle (littéralement : L'enquête)
  • Молох (1896), court roman (littéralement : Moloch)
  • Miniatures (1897), recueil de nouvelles
  • La Sorcière Oléssia, (1898), nouvelle
    Publié en français sous le titre Oléssia, la jeune sorcière, traduit par Marc Semenoff, Paris, Éditions du Sagittaire, coll. « Les Cahiers nouveaux » no 6, 1925 (notice BnF no FRBNF32321954) ; réédition bibliophilique sous le titre Olessia, avec illustrations d'Émile-Henry Tilmans, Saint-Vaast-la-Hougue, L'Amitié par le livre, 1951 (notice BnF no FRBNF32321955)
    Publié en français sous le titre Olessia, traduit par Henri Mongault, Paris, Plon, coll. « Bibliothèque reliée Plon » no 136, 1933 (notice BnF no FRBNF32321953) ; réédition sous le titre Olessia (et autres nouvelles), Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 2-84505-074-7) ; réédition sous le titre La Sorcière Olessia, Paris, Éditions Sillage, 2020 (ISBN 978-2-38141-001-2)
  • V tsyrke (1902), nouvelle
    Publié en français sous le titre Au cirque, traduit par Henri Mongault dans le volume Olessia (et autres nouvelles), Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 2-84505-074-7)
  • Konnyye vory (1903), nouvelle
    Publié en français sous le titre Les Voleurs de chevaux, dans Les Œuvres libres no 63, Paris, Arthème Fayard et Cie, 1926 (notice BnF no FRBNF32339681)
  • Белый пудель (1904), nouvelle
    Publié en français sous le titre Le Caniche blanc (et autres contes pour adolescents), traduit par Henri Mongault, Paris, Bossard, 1924 (notice BnF no FRBNF30693838) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1934
  • Poedinok (1905), roman
    Publié en français sous le titre Une petite garnison russe, traduit par Serge Nidvine et Paul Yalb, Paris, F. Juven, 1905 (notice BnF no FRBNF30693841)
    Publié en français sous le titre Le Duel, traduit par Henri Mongault, Paris, Bossard, 1922 (notice BnF no FRBNF30693840) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1934 ; réédition, Monaco/Paris, Le Serpent à Plumes, coll. « Motifs » no 248, 2006 (ISBN 2-268-05771-2) ; réédition, Paris, Éditions Sillage, 2018 (ISBN 979-10-91896-84-9)
  • Reka Zhizni (1906), nouvelle (littéralement : Rivière de la vie)
  • Shtabs-Kapitan Rybnikov (1906), nouvelle
    Publié en français sous le titre Le Capitaine Rybnikov, précédé de Le Mal de mer, traduit par Henri Mongault, Paris, Stock, coll. « Les Contemporains » no 36, 1923 (notice BnF no FRBNF32321950)
  • Iama (1905-1915), roman
    Publié en français sous le titre La Fosse aux filles, traduit par Henri Mongault et Louis Desormonts, Paris, Bossard, 1923 (notice BnF no FRBNF35514411) ; réédition, Paris, A. et G. Mornay, 1926 (notice BnF no FRBNF40235962) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1934 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1964 ; réédition, Paris, éditions des Syrtes, 2002 (ISBN 2-84545-069-9)
  • Гамбринус (1907), nouvelle
    Publié en français sous le titre Gambrinus, dans le volume Gambrinus ; Le Bracelet de grenats ; Le Soleil liquide, et autres récits, Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 978-2-84505-082-2)
  • Émeraude (1907), nouvelle
    Publié en français sous le titre Émeraude, dans le volume Quand les chevaux parlent aux hommes, Paris/Monaco, Éditions du Rocher, coll. « Cheval chevaux », 2003 (ISBN 2-268-04587-0)
  • Листригоны (1907-1911)
    Publié en français sous le titre Les Lestrygons (et autres récits), traduit par Henri Mongault, Paris, A. et G. Mornay, 1924 (notice BnF no FRBNF32321947) ; réédition, Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 2-84505-075-5)
  • Суламифь (1908), roman
    Publié en français sous le titre Sulamite, traduit par Marc Semenoff et S. Mandel, Paris, éditions du Monde nouveau, coll. « La Geste d'Éros », 1922 (notice BnF no FRBNF30693843) ; réédition, Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 978-2-84505-079-2)
  • Granatovyi braslet (1911), nouvelle
    Publié en français sous le titre Le Bracelet de grenats, traduit par Henri Mongault, Paris, Bossard, 1922 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1934 ; réédition, Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 978-2-84505-082-2) ; réédition, Paris, Sillage, 2014 (ISBN 979-10-91896-20-7)
  • Чёрная молния (1912), court roman
  • Le Soleil liquide (1913)
    Publié en français sous le titre Le Soleil liquide, dans le volume Gambrinus ; Le Bracelet de grenats ; Le Soleil liquide, et autres récits, Coeuvres-et-Valsery, éditions Ressouvenances, 2009 (ISBN 978-2-84505-082-2)
    Publié en français sous le titre Le Soleil liquide, dans le volume Le Soleil liquide et autres récits fantastiques, traduit par Viktoriya et Patrice Lajoye, Montélimar, Les Moutons électriques, coll. « Rayon vert », 2013 (ISBN 978-2-36183-124-0)
  • Les Braves Buyards, Paris, la Renaissance, 1928 (notice BnF no FRBNF32321944)
  • Koleso vremeni (1929) (littéralement : La roue du temps)
  • Юнкера (1933), roman autobiographique
    Publié en français sous le titre Jounkera [Les Junkers], Paris, la Renaissance, 1933 (notice BnF no FRBNF32321949)
  • La Noce et autres récits, traduit par Michel Niqueux, édition bilingue, Paris, Éditions Librairie du globe, 1996 (ISBN 2-85536-038-2)
  • Récits de vie dans la Russie tsariste : de 1900 à 1917 (réunit 12 récits), traduits par Françoise Wintersdorff-Faivre, Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 2011 (ISBN 978-2-296563421)
  • Monstres insatiables, traduit par Françoise Wintersdorff-Faivre, Paris, L'Harmattan, coll. « Littérature classique, textes et commentaires », 2013 (ISBN 978-2-343-00966-7)
  • Souvenirs de Yalta (anthologie de textes de Kouprine, Tchekhov, Tolstoï et Garine-Mikhaïlovski), traduits par Françoise Wintersdorff-Faivre, Paris, L'Harmattan, coll. « Littérature classique, textes et commentaires », 2016 (ISBN 978-2-343-08377-3)
  • Bonheur de chien et de chat, vie de bouc et autres bêtes, traduit par Françoise Wintersdorff-Faivre, Paris, L'Harmattan, 2017 (ISBN 978-2-343-13828-2)

Adaptations cinématographiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Narovtchat est un village de l’oblast de Penza
  2. a b c d e f g et h The Moscow Windows'home. Sergei Sossinsky. Moscow News (Russie). History; No. 6. February 17, 1999.
  3. Nicholas Luker dans sa biographie Alexander Kuprin, qualifie Le Duel de grand chef d'œuvre (greatest masterpiece, chapitre IV) ; le critique littéraire Martin Seymour-Smith considère pour sa part que Le Duel est sa meilleure nouvelle, his finest novel (The New Guide to Modern World Literature (pg.1051))
  4. Le Bracelet de grenats a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 1965.
  5. (en) « Aleksandr Ivanovich Kuprin Biography », sur www.bookrags.com (consulté le 5 septembre 2017)
  6. Nicholas J. L. Luker (1982). Une anthologie des Néo-Réalistes russes (An Anthology of Russian Neo-realism: The « Znanie » School of Maxim Gorky), (ISBN 0-88233-421-2) - Page 137
  7. a et b Lo Gatto, p. 556.
  8. Lo Gatto, p. 553.
  9. Sergueï Dovlatov, Le Domaine Pouchkine, Monaco, Éditions du Rocher, coll. « Anatolia », , 156 p. (ISBN 9782268049175), p. 9
  10. (en) Granatovyy braslet sur l’Internet Movie Database

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier

  • Ettore Lo Gatto (trad. Storia della letteratura russa ; trad. M. et A.-M. Cabrini), Histoire de la littérature russe, Desclée de Brouwer, , 925 p.

Liens externesModifier