Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mucchielli.
Alex Mucchielli
Description de cette image, également commentée ci-après
Alex Mucchielli
Naissance (76 ans)
Saint Ferdinand
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme
docteur en philosophie, docteur es lettres et sciences humaines (sociologie)
Profession
professeur d'université.
Conjoint
Hélène Mucchielli
Descendants
Raphaël Mucchielli
Claire Mucchielli
Famille

Alex Mucchielli (né en 1943) fut professeur à l’Université Paul Valéry-Montpellier III de 1980 à 2008, et fondateur du département des Sciences de l'Information et la Communication en 1989. Son approche s'inscrit dans l'héritage de l'École de Palo-Alto.

Depuis 2009, il est le cofondateur -avec son fils Raphaël- et le directeur pédagogique d'une entreprise de formation à distance spécialisée dans le serious game.

OriginesModifier

Alex Mucchielli est le fils de Roger Mucchielli, et le frère aîné de Jean-Louis Mucchielli. Il est né en 1943, à Saint Ferdinand, dans le département d’Alger.

Parcours d'études et de rechercheModifier

Alex Mucchielli fait ses études secondaires à Nantes (Lycée Georges-Clémenceau) et à Angers (Lycée Chevrollier) où il obtient le bac Mathématiques et technique en 1960. Il est maître d’internat à Saint Malo tout en faisant des études. Il obtient une licence et un DES de Physique et une licence de psychologie à Rennes, puis obtient une maîtrise de psychologie sociale à Aix en Provence et un certificat de neurophysiologie à Marseille. Il est recruté comme collaborateur technique CNRS au Laboratoire de neurophysiologie de la faculté des Sciences de Nice, où il travaille dans la modélisation électronique des comportements des animaux de l’animalerie (Protoptère et Galagos), il publie « Cybernétique et cerveau humain » (Bordas 1972).

Il réalise une thèse de 3e cycle de philosophie, à Aix-en-Provence, dirigée par Gilles Gaston Granger, intitulée « Analyses et comparaisons sur les modèles des sciences humaines » (1970). Il est ensuite recruté comme assistant de psychologie dans le département de philosophie de l’université de Reims. Il est, en même temps professeur à l’ESCP et directeur du Département de psychologie sociale. Il soutient sa thèse d’État ès Lettres et Sciences Humaines sur « Les mécanismes de défense sociale », en 1978. Dans cette recherche, il montre que, face aux « mécanismes de défense du moi » contre l’angoisse, étudiés par Freud, il existe d’autres mécanismes qui sont dirigés vers l’extérieur de l’individu et qui visent à le protéger contre les menaces et les atteintes à son identité et à sa valeur sociale.

Carrière de chercheurModifier

En 1979, Alex Mucchielli est recruté comme professeur de sociologie à l’université Montpellier III par le professeur et ethnologue Jean Servier et dirige le département de sociologie (1980-1985). Il est élu directeur de l’UFR « Sciences du sujet et de la Société » (1985-1989), puis il fonde le département des sciences de l’information et de la communication (1989).

En 1990, il fonde le Centre d’étude et de recherche sur l’information et la communication[1] qui sera habilité « Équipe d’Accueil ». C'est dans ce Centre de recherche qu'il met au point, après sa rencontre avec Pauk Watzlawick, la méthode d'étude des systèmes d'interactions : la "systémique qualitative". Cette méthode de diagnostic et d'intervention, complète les apports de l'Ecole de Palo Alto en précisant notamment ce qui se passe dans la prescription du symptôme[Quoi ?]. Elle fournit aussi une procédure complète et validée pour arriver à la modélisation finale des échanges permettant l'explicitation des significations de ces échanges. Dans ses publications, Alex Mucchielli, offre aussi à la communauté scientifique des Sciences Humaines une méthode d'analyse des situations et des actions qui s'y déroulent faite à travers un découpage de la situation en sept "contextes" : la méthode de l'analyse panoramique et contextuelle des situations.

Publications Alex Mucchielli publie des ouvrages de méthodologie, notamment le « Dictionnaire des méthodes qualitatives dans les sciences humaines et sociales »  (3e éd. 2009), « Etude des communications : le dialogue avec la technologie » (2006) : « Etude des communications : approches constructiviste », (2006) [2][source insuffisante] ; « Théorie des processus de la communication » (1998) ; « Nouvelles méthodes d’étude des communications » (1998). Il a, par ailleurs, dirigé une trentaine de thèses et a été professeur invité aux Universités de Damas (École Polytechnique), Sherbrooke (Département d'Education), Genève (Dt de sociologie), Tunis (Institut de Presse), Antananarivo (département de français) et de Sherbrooke (Faculté de sciences de l’éducation).

Il est à plusieurs reprises membre du CNU en sociologie ou en sciences de la communication). Douze de ses ouvrages 70 ont été traduits en dix langues dont le chinois, l’arabe, l’espagnol et le russe.

Apport méthodologique aux sciences humainesModifier

Alex Mucchielli a poursuivi l’œuvre intellectuelle de son père, Roger Mucchielli, qui montrait dans son ouvrage : « Introduction à la psychologie structurale » (Dessart, 1969), que ce qui compte dans les conduites des hommes, ce sont les « significations ». Il s’est efforcé de montrer comment les significations apparaissaient aux hommes. Elles sont construites à travers des « processus de contextualisation » qu’il a systématiquement étudiés dans les nouvelles méthodes qualitatives qu’il a mises au point : la « sémiotique situationnelle » et la « systémique qualitative » [3]

Il a également systématisé les processus de l’émergence des significations (« Interaction et processus d’émergence », éd. Eska, 2006) [4]. Il a organisé, à Béziers, en 1999, le premier colloque international sur les méthodes Qualitatives avec l’ARQ (Association pour la Recherche Qualitative du Québec). Il a fondé l’AIFSQ (Association Internationale Francophone pour la Systémique Qualitative) dont le siège est à Pontadelgada (Açores) et l’AIFRESSI (Association Internationale Francophone pour la Recherche en Sémiotique Situationnelle). Il anime régulièrement des séminaires pour faire connaître ces nouvelles méthodes.

Carrière industrielleModifier

Alex Mucchielli rédige et publie, sous format électronique, 15 « Manuels » (manuel pour travailler avec des chefs difficiles, pour affermir son pouvoir, pour mieux gérer sa hiérarchie, pour motiver ses collaborateurs, pour gérer ses collaborateurs, pour vendre ses projets et ses idées, pour faire des analyses systémiques des relations, pour concevoir des publicités persuasives, pour concevoir des e-learnings...) qui vont être la base de sa société de formation à distance Wearelearning.

Après avoir mis au point les « processus primaires d’apprentissage » qui sont à la base de toutes les intégrations de compétences, il met au point un nouveau concept de formation à distance : les situations problématiques de la vie professionnelle sont typiques et récurrentes. Elles peuvent être répertoriées, analysées et l’on peut leur opposer un ensemble de solutions qui ont fait leurs preuves. L'apprentissage par la mise en situation, en mettant en situation les apprenants, trouvera une résonance toute particulière avec l'essor des Serious Games et la démocratisation de leurs utilisations dans l'entreprise.

En 2013, Alex Mucchielli est habilité par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche en tant qu'expert concepteur et scénariste sur les Serious Games. Il conçoit et réalise avec Wearelearning, et en partenariat avec le CNRS, une série de 12 épisodes sur le management d'un serious game s'intitulant Les Nouvelles Aventures de Sindbad.

BibliographieModifier

  • Situation et communication, éd. Ovadia, Nice, 2010, 170 pages.
  • La conception des publicités, éd. Ovadia, Nice, 2010, 136 pages.
  • Dictionnaire des méthodes qualitatives (direction et 120 articles), Armand Colin, Paris, 3e éd. 2009, 520 pages.
  • Communication et influence. Approche situationnelle, éd. Paradigme, Nice, 2008, 128 pages.
  • L’interaction et les processus d’émergence, (dir.), éd. Eska, Paris, 2007, 211 pages.
  • Étude des communications : approches constructivistes, Armand Colin, Paris, 2006, 190 pages.
  • Études des communications. Le dialogue avec la technologie, (dir.), Armand Colin, Paris, 2006, 205 pages.
  • L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, en collaboration avec Pierre Paillé, Armand Colin, Paris, 2003, 211 pages, 2e éd. 2006.
  • Étude des communications : approche par la contextualisation, Armand Colin, Paris, 2004, 264 pages.
  • Étude des communications : approche par la modélisation des relations, Armand Colin, Paris, 2004, 192 pages.
  • Étude des communications : Approche par les processus de la communication, Armand Colin, Paris, 2004, 180 pages.
  • La nouvelle communication. Épistémologie des sciences de l’information et de la communication, Armand Colin, 2001, 210 pages.
  • Théorie systémique des communications, Armand Colin, Paris, 1999, 160 pages.
  • Théorie des processus de la communication, (en collaboration), Armand Colin, Paris, 1998, 180 pages.
  • L’analyse formelle des rêves et des récits d’imagination, P.U.F., Paris, 1992, 175 pages.
  • Les situations de communication. Approche formelle, éd. Eyrolles, Paris, 1991, 131 pages.
  • L’entretien projectif, en collaboration, éd. Eyrolles, Paris, 1991, 132 pages.
  • L'analyse phénoménologique et structurale en Sciences Humaines, PUF, Paris, 1983, 324 pages.
  • Les mécanismes de défense, P.U.F., coll. "Que sais-je ?", Paris, 1980.


Manuels professionnels

  • Intervention systémique dans l’entreprise, éd. Ovadia, Nice, 2010, 180 pages.
  • Soyez plus malin que les cons qui vous pourrissent la vie. Techniques de manipulation persuasive pour faire passer vos projets et vos idées, Ed. Maxima, Paris, 2010, 176 pages.
  • C’est moi le chef. Manuel pour affermir son pouvoir, Éd. Maxima, Paris, 2009, 142 pages.
  • Je suis le nouveau chef. Manuel pour prendre son équipe en main, Éd. Maxima, Paris, 2009, 140 pages.
  • Mon chef est un con. Guide d’actions concrètes pour travailler avec un chef difficile, Éd. Maxima, Paris, 2008, 100 pages.
  • Psychosociologie et systémique des relations dans les organisations, en collaboration, éd. Eska, Paris, 2006, 233 pages.
  • Information et communication interne. Pour de nouveaux audits, Armand Colin, Paris, 2005, 205 pages, traduction roumaine, 2008.
  • Manuel de sémiotique situationnelle pour l’interprétation des conduites et des communications, numilog.com et Le Moine Copiste, 2008, 153 pages.
  • Manuel pour la conception et la réalisation de formation en ligne dans l’approche socio-interactionniste, éd. Paradigme, Nice, 2008, 247 pages.
  • Manuel pour la conception des formations en ligne 1re partie : stratégies pédagogiques et compétences, 120 pages, Numilog.com, 2008.
  • La communication interne : les clés d’un renouvellement, Armand Colin, Paris, 2001, 206 pages.
  • Les sciences de l’information et de la communication, 3e éd. 2001, Hachette, Paris, 158 pages.
  • Introduction à l’étude de l’information et de la communication. Manuel, (en coll. avec 5 auteurs), éd. d’organisation, 1995, chap. Les pratiques et les processus de la communication (60 pages).
  • Manuel pour le diagnostic systémique des relations humaines, numilog.com, Cyberlibris.fr et éd. Mucchielli, 2008, 137 pages.
  • Manuel de sémiotique situationnelle pour l’interprétation des conduites et des communications, numilog.com, cyberlibris.fr et éd. Mucchielli, 2008, 152 pages, traduction Arabe, 2009.
  • Manuel d’utilisation de la situation de travail pour motiver ses subordonnés, numilog.com, cyberlibris.fr et éd. Mucchielli, 2008, 140 pages.
  • Manuel d’utilisation de la systémique des relations pour s’adapter à son chef et mieux manager, numilog.com, cyberlibris.fr et éd. Mucchielli, 2008, 150 pages.
  • Manuel pour affermir son pouvoir lorsqu’on est manager ou responsable, numilog.com, cyberlibris.fr et éd. Mucchielli, 2008, 128 pages.
  • Soigner l’hôpital. Diagnostics de crise et traitements de choc, (avec J. Hart), éd. Lamarre, Paris, 1994, 3e éd. 2003, 167 pages.
  • Le projet d'entreprise, en coll. avec C. Le Bœuf, P.U.F, « Que-sais-je ? », Paris, 1989, 2e éd. 1994, 128 pages.
  • Le projet d'entreprise, comment le concevoir et le mettre en œuvre, en coll. avec C. Le Bœuf, Ed. ESF, Paris, 1987, 2e éd. 1991, 120 pages, traduction russe, 1994.
  • L’enseignement par ordinateur, éd. PUF, coll. « Que-sais-je ? », 1987, 128 pages.
  • Rôles et communications dans les organisations, Éd. E.S.F, Paris, 1983, 2e éd. 1987, 150 pages.
  • Les mentalités, analyse et compréhension, Éd. ESF, Paris, 1983, 150 pages.
  • Les réactions de défense dans les relations interpersonnelles, Éd. E.S.F., Paris, 1978, 2e éd.1980 ; traduction allemande, 1981 ; traduction italienne, 1983, 140 pages.
  • Psychosociologie des organisations, éd. ESF, Paris, 1979, 150 pages.


Ouvrages de vulgarisation

  • Influencer, persuader, motiver : de nouvelles techniques, Armand Colin, Paris, 2009, 245 pages.
  • L’art d’influencer, Armand Colin, Paris, 5e éd.2006, traduction roumaine (2006), traduction chinoise (2006), traduction serbe (2007), 176 pages.
  • Communication : rencontre et dialogue, éd. Paradigme, Nice, 2008, 256 pages.
  • Psychologie de la communication, P.U.F., Paris, 1995, traduction espagnole, 1996  (2e édition en 2007 pour la traduction espagnole).
  • Étude des communications : nouvelles approches, Armand Colin, Paris, 2006, 220 pages.
  • Dictionnaire des Sciences Humaines, sous la direction de Sylvie Mesure et de Patrick Savidan, PUF, 2006 : articles : Constructionnisme, p. 197-199 ; Scientisme, p. 1059-1060 ; Systémisme, p. 1151-1152.
  • La psychologie sociale, Hachette, Paris, 1994, 4e éd. 2004.
  • L’identité, P.U.F., 1988, coll. "Que sais-je ?", 6e éd., 2004, traduction espagnole, 2005, 128 pages.
  • La nouvelle communication, Armand Colin, Paris, 2000, 214 pages.
  • Approche systémique et communicationnelle des organisations, Armand Colin, Paris, 1998, 160 pages.
  • Nouvelles méthodes d’étude des communications, avec la coll. de J. Guivarchh, Armand Colin, Paris, 1998,180 pages.
  • Douze cas et exercices sur la communication, Armand Colin, Paris, 1998, 160 pages.
  • La nouvelle psychologie, P.U.F., coll. "Que sais-je ?", Paris, 1993, 2e éd. 1995, traduction arabe, 1997.
  • Communication interne et management de crise, éd d’Organisation, Paris, 1993, 207 pages.
  • Les mentalités, 1985, PUF, coll. "Que sais-je ?", Paris, traduction chinoise, (Taïwan), 1988 ; traduction turque, 1991, 128 pages.
  • Les motivations, P.U.F., 1981, coll. "Que sais-je ?", Paris, 7e éd. 2003, traduction italienne, 1982 ; traduction portugaise, 1983 ; traduction roumaine, 1991, 128 pages.
  • Les méthodes qualitatives, PUF, coll. "Que-sais-je ?", Paris, 1991, 2e éd. 1994, 128 pages.
  • Les jeux de rôles, P.U.F., coll. "Que sais-je ?", Paris, 1980, 3e éd. 1995, traduction italienne, 1985, 128 pages.
  • L'enseignement par ordinateur, PUF, coll. "Que-sais-je ?", 1987, traduction portugaise, 1988, 128 pages.
  • Cybernétique et cerveau humain, Bordas, Paris, 1972.

Notes et référencesModifier

  1. « CERIC Equipe de recherche CERIC »
  2. Peraya, « Alex MUCCHIELLI et Claire NOY, Études des communications : approches constructivistes. Paris, Éditions Armand Colin, 2005 », Communication. Information médias théories pratiques, no Vol. 26/1,‎ , p. 235–240 (DOI 10.4000/communication.797, lire en ligne)
  3. http://www.armand-colin.com/livre/269899/etude-des-communications-approches-constructivistes.php
  4. « Eska », sur eska-publishing.com

Liens externesModifier