Alec Douglas-Home

politicien britannique

Sir Alec Douglas-Home
Illustration.
Alec Douglas-Home en 1963.
Fonctions
Premier ministre du Royaume-Uni

(11 mois et 27 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouvernement Douglas-Home
Législature 42e
Prédécesseur Harold Macmillan
Successeur Harold Wilson
Chef de l'opposition officielle

(9 mois et 12 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Harold Wilson
Prédécesseur Harold Wilson
Successeur Edward Heath
Chef du Parti conservateur

(1 an, 9 mois et 10 jours)
Prédécesseur Harold Macmillan
Successeur Edward Heath
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères

(3 ans, 8 mois et 12 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Edward Heath
Prédécesseur Michael Stewart
Successeur James Callaghan

(3 ans, 2 mois et 23 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Harold Macmillan
Prédécesseur Selwyn Lloyd
Successeur Rab Butler
Lord président du Conseil

(9 mois et 13 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Harold Macmillan
Prédécesseur Quintin Hogg
Successeur Quintin Hogg

(5 mois et 19 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Harold Macmillan
Prédécesseur Robert Gascoyne-Cecil
Successeur Quintin Hogg
Leader de la Chambre des lords

(3 ans, 3 mois et 28 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Harold Macmillan
Prédécesseur Robert Gascoyne-Cecil
Successeur Quintin Hogg
Secrétaire d'État aux Relations du Commonwealth

(5 ans, 3 mois et 20 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Harold Macmillan
Prédécesseur Philip Cunliffe-Lister
Successeur Duncan Sandys
Sous-secrétaire d'État pour l'Écosse

(3 ans, 5 mois et 5 jours)
Monarque Élisabeth II
George VI
Premier ministre Winston Churchill
Prédécesseur Position établie
Successeur Thomas Galbraith
Sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères

(10 ans et 2 mois)
Monarque George VI
Premier ministre Winston Churchill
Prédécesseur George Hall
Successeur Hector McNeil
Chancelier de l'Ordre du Chardon

(21 ans et 13 jours)
Monarque Élisabeth II
Prédécesseur Walter John Montagu-Douglas-Scott
Successeur John Scott
Membre de la Chambre des lords
Lord Temporal

(20 ans, 9 mois et 15 jours)
Pairie à vie

(12 ans, 3 mois et 12 jours)
Pairie héréditaire
Prédécesseur Charles Douglas-Home
Successeur David Douglas-Home (1995)
Député britannique

(10 ans, 10 mois et 12 jours)
Circonscription Kinross et Western Perthshire
Prédécesseur Hon. Gilmour Leburn
Successeur Sir Nicholas Hardwick Fairbairn

(1 an, 4 mois et 18 jours)
Circonscription Lanark
Prédécesseur Hon. Tom Steele
Successeur Patrick Maitland

(13 ans, 7 mois et 19 jours)
Circonscription Lanark
Prédécesseur Hon. Thomas Dickson
Successeur Hon. Tom Steele
membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Titre complet Comte de Home
Date de naissance
Lieu de naissance Mayfair, Londres, Angleterre, Royaume-Uni
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès ColdstreamÉcosse, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Parti politique Parti conservateur
Père Charles Douglas-Home
Mère Lillian Lampton
Conjoint Elizabeth Alington
Enfants 4 enfants dont : David Douglas-Home
Diplômé de Collège d'Eton
Christ Church
Profession homme politique
Distinctions Ordre du Chardon Ordre du Chardon

Alec Douglas-Home
Premiers ministres du Royaume-Uni

Sir Alexander Douglas-Home, dit Alec Douglas-Home, né à Mayfair (Londres) le et mort près de Coldstream en Écosse le , comte de Home (1951-1963), baron Home de l'Hirsel (1974), est un homme d'État britannique, Premier ministre conservateur du Royaume-Uni du au et ministre des affaires étrangères à deux reprises dans les cabinets Macmillan et Heath.

BiographieModifier

Issu de l'aristocratie, il est le fils de Charles Douglas-Home (13e comte de Home). Il fréquente le collège d'Eton et Christ Church à Oxford.

Il est élu député conservateur de Lanark (Écosse) en 1931 sous le nom de Lord Dunglass. Il est secrétaire particulier du premier ministre Neville Chamberlain, qui pratique une politique d'apaisement avec Adolf Hitler (accords de Munich).

Battu aux élections de 1945, il retrouve son siège en 1950, mais est contraint de démissionner l'année suivante, car il hérite du siège de son père à la Chambre des lords et devient le 14e comte de Home.

Il est secrétaire d'État chargé du Commonwealth en 1955 dans le ministère d'Anthony Eden, titre auquel il ajoute ceux de leader de la Chambre des lords et de Lord président du Conseil. Il fut membre conservateur de la chambre des Communes (1931-1945, 1950-1951, 1963-1974) et de la Chambre des lords (1951-1963 ; après 1974). Puis il devient secrétaire d'État aux Affaires étrangères sous Harold Macmillan en 1960.

Alors que l'on s'attend à ce que le vice-premier ministre Richard Butler succède à Macmillan, démissionnaire en 1963 pour raison de santé, les dirigeants du Parti conservateur proposent à la reine Élisabeth II d'appeler Lord Home à former le gouvernement. Home renonce alors à son titre héréditaire et se fait élire député à la chambre des Communes pour le siège de Kinross et comté de Perth occidental (Écosse).

Home perd le pouvoir lors des élections de 1964, qui voient le retour des travaillistes sous la direction de Harold Wilson, qui l'emportent avec une majorité beaucoup plus réduite que prévu. Home fit preuve d'un humour tout britannique en répondant pendant la campagne électorale à Wilson qui le raillait pour être le 14e comte Home : « Et alors, je suppose que Monsieur Wilson n'est après tout que le 14e Monsieur Wilson. »

Il abandonne la fonction de chef du Parti conservateur qui échoit à Heath en . Les conservateurs appliquent alors des statuts prévoyant la désignation de leur chef par des mécanismes démocratiques.

Professant une politique étrangère pro-européenne, Home est à nouveau secrétaire d'État aux Affaires étrangères sous Edward Heath (1970-1974). Il renonce à se représenter aux élections d'octobre 1974. Il se voit élever à la pairie et retrouve son siège à la Chambre des lords sous le titre de Baron Home of the Hirsel. Il est chevalier de l'Ordre du Chardon. Son fils David Douglas-Home (15e comte de Home) lui succède comme comte.

Il a été président du comité directeur du groupe Bilderberg[1].

On lui doit une autobiographie, The Way the Wind Blows (1976).

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Former Steering Committee Members », sur Bildergbergmeetings.org

Liens externesModifier